• La prière, Un trésor inestimable. Garde La jalousement

     La prière, Un trésor inestimable. Garde La jalousement

     
     
    Les femmes ne l'ont pas délaissée
     
     
    Les enfants ne l'ont pas délaissée
     
    Sur les routes, ils ne l'ont pas délaissée
     
    Dans les pays corrompus, ils ne l'ont pas délaissée
     
    Au milieu des ruines et de la destruction, ils ne l'ont pas délaissée
     
     
    Sous les bombardements, ils ne l'ont pas délaissée
     
    Sous la pluie, ils ne l'ont pas délaissée
     
    Sur les marches d'escaliers, ils ne l'ont pas délaissée
     
    Sur les toits des voitures, ils ne l'ont pas délaissée
     
    Dans les gares de trains, ils ne l'ont pas délaissée
     
    Dans les avions, ils ne l'ont pas délaissée
    Sur la neige, ils ne l'ont pas délaissée
     
    Sur les plages, ils ne l'ont pas délaissée
     
    Sous l'eau, ils ne l'ont pas délaissée

    Il est en plongée sous-marine, c'est son métier …

    Il ne peut pas abandonner son travail…mais il ne peut pas rater la prière de FAJR…

    donc il prie sous l'eau’ SubhanAllah !!!.

     
    Avant d'être capturés, ils ne l'ont pas abandonnée

                               Et après s'être fait arrêtés, ils ne l'ont pas abandonnée
     
    Les personnes handicapées ne l'ont pas abandonnée
     
     
    Alors pourquoi le ferais-tu ? 
    POURQUOI?? POURQUOI L'AS-TU DÉLAISSÉE??

    Savais-tu que c'est l'action la plus aimée d'Allah et le meilleur acte d'adoration?

    Si tu n'observes pas tes prières comme elles te sont prescrites,

     
     Alors il viendra un jour où on priera sur toi,
     
    Et tu seras incapable de rattraper ce que tu as raté
     
    Tu entreras alors tout seul…
    Avec personne comme compagnons à part tes actions

    Et ce que vous avez présenté auparavant 
     
    Prie avant que l'on ne prie sur toi
    Ci-dessous on a une photo d'un pélerin mort en soudjout (prosternation) à Médine
     
     

    Et ici un autre pélerin mort à la Mecque les mains levées vers le ciel en invocation (du'aa)

    Ne rate pas une prière


    Ne meurs pas comme un perdant

     
    Allah SWT dit dans le Saint Coran (traduction relative et rapprochée) :  "Certes la prière a été prescrite au croyant à des heures fixes "
     
    donc,
     

    Prie avant que l'on ne prie sur toi

     

     O Allah, compte nous parmis ceux que tu as décrit dans ton Livre, 

    Ceux qui ont le `khushoo` (sincérité et humilité) dans leurs prières,

    Ceux qui observent régulièrement leurs prières et y accordent beaucoup d'attention

    Amine

    Pourquoi ne pas envoyer ce message à tout ce qui compte pour vous ?
     
    Cela pourrait leur être bénéfique et à vous aussi par la même occasion.
    Qu'Allah bénisse ceux d'entre vous qui le feront.
    Lien permanent Catégories : Islam 0 commentaire
  • L'occupation réprime une marche de solidarité avec les prisonniers à Hébron, des militants blessés

     [ 28/04/2012 - 19:42 ]

     

     Hébron – CPI

    Les forces armées de l'occupant israélien ont réprimé samedi 28/4, la marche pacifique de Beit Amr, pour soutenir les prisonniers palestiniens grévistes de la faim dans les prisons sionistes, où quatre militants ont été blessés par les forces occupantes et un cinquième arrêté.

     Des sources locales ont déclaré que le citoyen kidnappé a été attaqué par les soldats occupants avant l'arrestation, et embarqué vers une direction inconnue.

     

     

    [ 28/04/2012 - 17:37 ]

     
     
    Hébron-CPI

     

    Les forces d’occupation sionistes ont pris d’assaut, samedi 28/04, plusieurs villes et villages à l’ouest d’Hébron, au sud de la Cisjordanie, perquisitionné un certain nombre de maisons et tendu des embuscades.

    Selon des témoins oculaires au CPI, les soldats de l’armée israélienne ont attaqué les villages d’el-Majed, Dir el-Assal, et Beit el-Roush et installé un barrage militaire près de la région de Marah el-Bakar qui mène à ces villages. Les forces de l’ennemi ont fouillé les véhicules des citoyens, tandis que des patrouilles sionistes ont agressé la région d’Ithna, Tarkomia à l’ouest de la Cisjordanie et pris d’assaut un certain nombre de ses quartiers.

     

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • La guerre pour le pétrole détruit l’Occident

    La guerre pour le pétrole détruit l’Occident (via http://stcom.net)

    Les décisions des autorités de l’Argentine et la Hongrie, de renforcer leur souveraineté nationale a une incidence négative sur la domination absolue de l’Occident. Depuis quelques jours, le monde a été témoin de deux actes de manifestation de souveraineté nationale, qui sont destinés à…

    Lien permanent Catégories : europe 0 commentaire
  • Les Amis de la France en Israël organise un grand meeting de soutien pour Nicolas Sarkozy

     

    Nicolas Sarkozy à la KnessetNicolas Sarkozy qui ne cesse de dénoncer le communautarisme surtout s'il est musulman, se garde bien en revanche de vitupérer contre d'autres appels communautaires à le soutenir. Ainsi, "Les Amis de la France en Israël" organise un grand meeting de soutien pour Nicolas Sarkozy ce dimanche 29 avril à Netanya à l’hôtel Palace, 33 rue Gad Mahnes. De nombreuses personnalités de la communauté francophone d'Israël seront présentes"

     

    Dans l'affiche de présentation de ce meeting,  il est clairement mentionné que : "Sarkozy est le dirigeant francais le plus proche de la communauté juive". Pour justifier un soutien inconditionnel à Sarkozy, les raisons invoquées par Les amis de la France en Israël se réduisent pratiquement toutes à des arguments strictement "communautaristes" (voir prospectus ci-dessous). Puis dans une rhétorique qui verse dans "le clash des civilisations", Sarkozy est également présenté comme celui qui "est le seul capable de lutter contre le terrorisme islamique".

    Bref, il est des soutiens communautaristes plus légitimes et plus présentables que d'autres.

     

    Oumma

    Grand meeting de soutien à Nicolas Sarkozy

    http://www.resistance-politique.fr/

    Lien permanent Catégories : france 0 commentaire
  • Le terroriste Breivik détestait ses jeunes compatriotes pro-palestiniens au point de les massacrer…

    Actuellement se déroule le procès de l’un des plus grands terroristes occidentaux contemporains,

     Comme trop souvent, l’histoire (avec un petit « h ») relatée par les médias alignés et les pseudo-experts est largement frelatée, l’appartenance de Breivik à la Franc Maçonnerie à un degré non négligeable, ainsi que ses idées ultra-sionistes étant totalement effacées par le Story Telling officiel au profit d’une image d’extrême-droite aux contours soit-disant un peu flous…

    Illustration – Les photos et les infos cruciales sur les attentats perpétrés par le terroriste extrémiste Breivik en Norvège, que vous ne verrez pas dans vos journaux, sauf à surfer sur quelques sites dits « conspirationnistes » – Source « Fil infos France »

     

    Ultra-sionisme, Islamophobie et Néo-conservatisme

     

    Or tout est au contraire très clair dans cette affaire, depuis le début ou presque : Le terroriste Breivik détestait ses jeunes compatriotes pro-palestiniens réunis sur la petite ile d’Utoya près d’Oslo au point de préparer des attentats complètement fous alors qu’ils manifestaient pour le Boycott d’Israël, un boycott pour la démocratie et pour l’égalité des peuples honni également par le CRIF en France, à l’origine d’une grande campagne anti-boycott au plus haut niveau de l’Etat.

     

    Breivik reprenait ainsi à son compte les discours particulièrement dangereux de ses comparses idéologiques plus ou moins initiés, à la gloire du Nouvel Ordre Mondial et du Choc des Civilisations.

     

    Les vraies questions qui demeurent, qui ne seront qu’au mieux effleurées par les « journalistes » et les grands médias alignés, c’est de savoir si Brevik a agi seul, s’il a été manipulé ou poussé à un tel acte aussi odieux qu’injuste, puisque perpétré contre des jeunes gens innocents qui n’avaient pour seul objectif un monde meilleur et pacifique.

     

    Cette affaire Breivik et son traitement assez infâme et manipulateur par les grands médias alignés doit être replacée dans le contexte de l’Histoire, avec un grand « H » cette fois ci, et de la manière dont la Vérité des faits peut être occultée, manipulée, orientée ou biaisée dès les origines.

     

    Lorsque le clan pro-NWO accuse le Mouvement pour la Vérité de prétendu « révisionnisme », c’est une fois de plus la parabole de la paille et de la poutre et le dicton populaire de l’Hôpital qui se fout de la Charité…

     

    Au moins, grâce à internet, quelques dizaines de milliers de personnes, peut être 1 ou 2 millions, disposeront en France non pas forcément de la Version officielle, mais en tout cas de la version qui se rapproche le plus de la Vérité.

     

    Sans internet, ce chiffre se serait limité à quelques dizaines ou centaines de personnes réellement informées, sans doute.

    le 


    Lien permanent Catégories : europe 0 commentaire
  • Sarkozy-Kadhafi: la preuve du financement (en entier)

     Sarkozy-Kadhafi: la preuve du financement

     

    mous69.jpg

    Grâce à WikiStrike l'article est désormais en accès libre.Nous avons fait chuter Mediapart ! Nous les remerions.

     

     AVERTISSEMENT, article en principe payant

    Source: Mediapart

    Avertissement: cet article est en principe  payant mais au vu de son contenu, il était capital de le diffuser.

    Nous espérons de la part de Mediapart, grands informateurs, de bien vouloir le mettre en accès libre pour que les citoyens français (qui le méritent) puissent juger par eux-mêmes.

    Monsieur Plenel et frère d'armes de l'information, je vous prie de croire en notre amité, mais il y a des moments, il faut agir. Ne pensez-vous pas ? Nous vous écrivons un email sitôt que vous sachiez bien que l'on ne veut pas vous faire de tort. Une ou l'information se doit d'être disponible aux moins aisés. C'est encore la seule chose que nous détenons. Merci.

    A Mediapart: nous sommes sous vos ordres au cas où vous décideriez de nous contacter. Nous l'enlèverons. Mais nous croyons en votre indulgence qui rend l'homme humain.

     

    L'nformation n'est pas une marchandise !


    Dans l'entre deux tours de la Présidentielle, il est grand temps que des vérités sortent. Voici notre seconde...

     

    ----------------

     

    Le régime de Mouammar Kadhafi a bien décidé de financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Mediapart a retrouvé un document officiel libyen qui le prouve. Cette note issue des archives des services secrets a été rédigée il y a plus de cinq ans. L’en-tête et le blason vert de la Jamahiriya préimprimés s’effacent d’ailleurs légèrement. Ce document, avec d’autres, a échappé aux destructions de l’offensive militaire occidentale. D’anciens hauts responsables du pays, aujourd’hui dans la clandestinité, ont accepté de le communiquer à Mediapart ces tout derniers jours. 

     

     

    La note signée Moussa Koussa. Cliquez sur l'image pour l'agrandir. 

    La traduction intégrale du document est à lire sous l'onglet "Prolonger" de cet article 

     

    Dès 2006, le régime libyen avait choisi « d’appuyer la campagne électorale» de Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2007, et ce pour un « montant de cinquante millions d’euros » : c’est ce qu’indique en toutes lettres cette note datée du 10 décembre 2006, signée par Moussa Koussa, l’ancien chef des services de renseignements extérieurs de la Libye. 

     

    Un accord « sur le montant et les modes de versement » aurait été validé quelques mois plus tôt par Brice Hortefeux, alors ministre délégué aux collectivités locales, en présence de l’homme d’affaires Ziad Takieddine, qui a introduit dès 2005 en Libye les proches du ministre de l’intérieur, notamment Claude Guéant, et Nicolas Sarkozy lui-même. Le directeur de cabinet de Mouammar Kadhafi, Bachir Saleh, alors à la tête du Libyan African Portfolio (LAP, soit l'un des fonds d'investissement financier du régime libyen), aurait de son côté été chargé de superviser les paiements. 

     

     

     

    MM. Kadhafi et Sarkozy© Reuters 

    « Mon client n'était pas présent à la réunion indiquée dans le document, nous a indiqué Me Samia Maktouf, l’avocate de M. Takieddine. En revanche, il pense que ce document est crédible, vu la date et les personnes qui apparaissent dans ce document outre lui-même. » 

    « Ce document prouve qu'on est en présence d'une affaire d'Etat, que ces 50 millions d'euros aient été versés ou non, a lui-même commenté M. Takieddine, rencontré par Mediapart vendredi 27 avril. L'enquête sera difficile parce que beaucoup d'intervenants sont morts pendant la guerre en Libye, mais c'est déjà important de rendre public ce document ». Cette réponse de Ziad Takieddine – malgré son hostilité exprimée de multiples fois à notre égard – est celle d’un acteur clé de la lune de miel franco-libyenne, qui a secrètement conseillé Claude Guéant jusqu’à la veille de la guerre, comme en attestent de nombreuses notes publiées par Mediapart. 

     

    L’une d’entre elles, rédigée le 6 septembre 2005 par Ziad Takieddine et adressée à Claude Guéant, affirmait ainsi que certains pourparlers franco-libyens devaient « revêtir un caractère secret ». « L’autre avantage : plus d'aise pour évoquer l'autre sujet important, de la manière la plus directe...», précisait le document, mystérieusement. 

     

    L’élément nouveau que nous publions aujourd’hui vient désormais confirmer les accusations portées par les principaux dirigeants libyens eux-mêmes peu avant le déclenchement de la guerre sous l'impulsion de la France, en mars 2011. Mouammar Kadhafi, son fils Saïf al-Islam et un ancien chef des services secrets, Abdallah Senoussi, avaient en effet tous trois affirmé publiquement détenir des preuves d'un financement occulte du président français. La découverte de la note de M. Koussa exige désormais que s’engagent des investigations officielles – qu’elles soient judiciaires, policières ou parlementaires – sur cet épisode sombre et occulte des relations franco-libyennes. 

     

    La face cachée de l’arrivée de Nicolas Sarkozy sur la scène libyenne, en 2005, puis en 2007, apparaissait déjà en filigrane dans le dossier des ventes d’armes à l’Arabie Saoudite et au Pakistan instruit par les juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire, en particulier à travers l’activité de lobbying déployée par M. Takieddine en faveur de l’ancien ministre de l’intérieur auprès de Tripoli. Or l’enquête entre leurs mains vient d’être élargie par un réquisitoire supplétif, le 5 avril dernier, à tous les faits de blanchiment présumés apparus jusqu’à ce jour. 

     

    Les investigations visent l’intermédiaire, mais aussi plusieurs proches du chef de l’Etat, Thierry Gaubert, Brice Hortefeux, Nicolas Bazire ou encore plus indirectement Jean-François Copé. Echappée des secrets de la dictature déchue, la note décisive que nous reproduisons ci-dessus –  et dont la traduction intégrale est sous l'onglet Prolonger — vient en outre confirmer les propos de l'ancien médecin de M. Takieddine, qui avait suivi alors les déplacements de l'homme d'affaires, notamment en Libye, et avait rapporté des projets de financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par la Libye. 

     

    Selon des connaisseurs du régime libyen à qui nous l'avons soumis, ce document, dont le signataire et le destinataire appartenaient au premier cercle de Kadhafi, est conforme, jusque dans son style, aux habitudes bureaucratiques du régime. Outre celle du calendrier grégorien, la deuxième date qui y figure conforte son authenticité: elle n'est pas celle du calendrier musulman habituel, mais de celui imposé par le dictateur, qui part de l'année du décès du prophète Mahomet, l'an 632. 

     

    Un document authentique, selon Ziad Takieddine 

    Depuis plusieurs mois, nous avons entrepris des recherches pour retrouver des dépositaires d’archives du régime déchu, en rencontrant à Paris et à l’étranger plusieurs représentants de factions libyennes, dont certaines avaient conservé des documents et d’autres s’en étaient emparé, en marge des affrontements armés. Ainsi, Mediapart a publié ici, dès le 10 avril dernier, des documents des services spéciaux libyens demandant des mesures de surveillance d’opposants toubous domiciliés en France. 

     

     

    M. Koussa© Reuters 

    Le document décisif que nous publions aujourd’hui, sous la signature de Moussa Koussa, a été adressé, le 10 décembre 2006, à un ancien homme clé du régime libyen, Bachir Saleh, surnommé le « caissier de Kadhafi ». Directeur de cabinet du “guide” déchu, M. Saleh était aussi le responsable du Libyan African Portfolio (LAP), le puissant fonds souverain libyen crédité de plus de 40 milliards de dollars. Sous l’ère Kadhafi, le LAP a servi à d’innombrables opérations d’investissement. Certaines avouables (tourisme, pétrole, agriculture, télécommunications…). Et d’autres moins, comme l’ont confirmé plusieurs sources libyennes concordantes. Contacté sur son numéro de téléphone portable français, M. Saleh n’a pas donné suite à nos sollicitations. 

     

    Connu pour avoir été l’un des plus proches collaborateurs de Mouammar Kadhafi et le mentor de deux de ses fils (Motassem et Saïf al-Islam), Moussa Koussa a quant à lui été le patron pendant plus de quinze ans, entre 1994-2011, des services secrets extérieurs libyens (l’équivalent de la DGSE française), avant de devenir le ministre des affaires étrangères de la Libye. 

     

    Notons que l’auteur de cette note et son destinataire ont vécu, à l’heure de la chute du régime Kadhafi, des destins similaires. Moussa Koussa vit actuellement au Qatar, sous protection, après avoir fui la Libye en guerre, en mars 2011, ralliant d’abord Londres, puis quelques semaines plus tard Doha. Bachir Saleh, emprisonné brièvement par les rebelles du Conseil national de transition (CNT) avant d’être relâché en août dernier, a été exfiltré et accueilli par les Français. Comme l'a rapporté Le Canard enchaîné, lui et sa famille bénéficient toujours de la protection des autorités françaises qui leur ont accordé un titre de séjour provisoire. 

     

    Les deux paragraphes écrits par Moussa Koussa sont sans équivoque sur le sujet explosif abordé. «En référence aux instructions émises par le bureau de liaison du comité populaire général concernant l’approbation d’appuyer la campagne électorale du candidat aux élections présidentielles, Monsieur Nicolas Sarkozy, pour un montant d’une valeur de cinquante millions d’euros », peut-on d'abord y lire. Puis M. Koussa affirme transmettre et confirmer « l’accord de principe sur le sujet cité ci-dessus ». Le montant pharaonique promis par les Libyens est à rapprocher des 20 millions d’euros officiellement dépensées par Nicolas Sarkozy lors de sa campagne présidentielle de 2007. 

     

     

    Bachir Saleh 

    L’ancien chef des services secrets extérieurs de Mouammar Kadhafi ajoute dans sa note que l’accord évoqué est formulé « après avoir pris connaissance du procès-verbal de la réunion tenue le 6. 10. 2006, à laquelle ont participé de notre côté le directeur des services de renseignements libyens (Abdallah Senoussi, ndlr) et le président du Fonds Libyen des investissements africains (Bachir Saleh, ndlr), et du côté français Monsieur Brice Hortefeux et Monsieur Ziad Takieddine ». Ce serait « au cours » de cette entrevue qu’« un accord a été conclu pour déterminer le montant et le mode de paiement ». Le document ne précise cependant pas le lieu de cette réunion, qui s’est tenue un an jour pour jour après une visite de Nicolas Sarkozy en Libye. 

     

    Ziad Takieddine, rencontré par Mediapart en présence de ses avocats, vendredi 27 avril, n’a pas contesté l’authenticité du document que nous lui avons présenté, tout en précisant comme Me Samia Maktouf, son avocate, qu’il n’avait pas été présent, le jour indiqué, à cette réunion. 

     

    « Je n'ai pas assisté à cette réunion, mais elle a certainement pu avoir lieu, nous a indiqué M. Takieddine. Votre document reflète un accord signé par Moussa Koussa pour soutenir la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, et Brice Hortefeux a été effectivement là-bas à cette date ainsi qu'à d'autres dates, ça, c'est sûr. M. Moussa Koussa et les autres personnes citées étaient effectivement des relais avec la France ». 

     

    Selon M. Takieddine, Claude Guéant, l’ancien directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, et « son correspondant en matière de renseignement d'Etat », Bernard Squarcini, étaient parallèlement en lien étroit avec M. Koussa. « Cela se passait nécessairement en secret, vu la sensibilité des relations entre les services de renseignement », précise-t-il, tout en confirmant l’implication, côté libyen, de Béchir Saleh, comme représentant du LAP, et Abdallah Senoussi lui-même « dans les relations de la Libye avec la France ». 

     

    « J'ai les éléments et je n'hésiterai pas à les sortir » 

    Les relevés des voyages de M. Takieddine, dont la justice française détient la copie depuis plusieurs mois, montrent toutefois que l’homme d’affaires était à Tripoli le 9 décembre 2006, soit la veille de la rédaction de la note de Moussa Koussa. Il était également en Libye quelques jours plus tôt, les 20 et 21 novembre. 

     

    Dans une entretien accordé le 25 avril à l’hebdomadaire Jeune Afrique, M. Takieddine déclare avoir été informé en mars 2011 par Saif al-Islam Kadhafi de l’existence d’un « versement d’argent » pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. 

     

    « Lors de ma dernière rencontre avec Seif al-Islam que j'ai interrogé, il m'avait bien dit: “J'ai les éléments et je n'hésiterai pas à les sortir”, explique M. Takieddine à Mediapart. En réalité, il ne pensait pas que Nicolas Sarkozy irait jusqu'au bout. On peut penser que c'est pour cette raison que le système a protégé Bachir Saleh (exfiltration et production d'un passeport diplomatique) et qu'ils ont essayé par tous les moyens de tuer Saif al-Islam qui a été à l'origine de ces révélations. Par ailleurs, cela explique l'accueil que Monsieur Claude Guéant m'a réservé dès mon retour de Libye, en m'arrêtant à l'aéroport (ndlr, le 5 mars 2011), car il pouvait penser que j'étais moi-même en possession de ces documents, pour pouvoir les subtiliser. » 

     

     

     

    MM. Hortefeux et Takieddine, en 2005© dr 

    Ce n’est pas la première fois que le nom de Brice Hortefeux est associé à l’arrière-plan financier des relations franco-libyennes. Mais le haut responsable de l’UMP, intime de Nicolas Sarkozy, a toujours démenti. « Je n'ai jamais rencontré Moussa Koussa et Bachir Saleh, a déclaré M. Hortefeux à Mediapart, le 27 avril. J'ai déjà rencontré Abdallah Senoussi, qui connaissait beaucoup de monde, mais nous n'avons jamais de discussion sur un financement électoral. Je suis allé en Libye une seule fois dans ma vie, en 2005. J'oppose donc un démenti catégorique et vérifiable ». 

     

    Comme Mediapart l’avait rapporté (ici), les confessions de l’ancien médecin de M. Takieddine, couchées sur papier le 20 décembre 2006 par le directeur d’une société de renseignements privés suisse, Jean-Charles Brisard, évoquaient déjà le nom de M. Hortefeux dans un schéma de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par la Libye en 2007. En des termes plus télégraphiques : « MODALITES FIN CAMPAGNE NS », « FIN LIB 50 ME », « MONTAGE INCLUT SOC BH PAN + BANQUE SUISSE (ND) » et « FIN CAMPAGNE TOTALEMENT REGLE ». Le mémo Brisard avançait aussi le chiffre de 50 millions d’euros affectée à la campagne de M. Sarkozy. 

     

    « C'est grotesque », avait réagi Nicolas Sarkozy sur le plateau de TF1, le 12 mars dernier. « S'il (Kadhafi, ndlr) l'avait financée (la campagne, ndlr), je n'aurais pas été très reconnaissant », avait ironisé le président-candidat, en référence à l’intervention militaire française en Libye. Contacté vendredi 27 avril, l'Elysée n'a pas souhaité faire de nouveaux commentaires. 

     

    L’actuel ministre de l'intérieur français, Claude Guéant, directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy place Beauvau, en 2006, a lui même admis ses contacts répétés avec Moussa Koussa, début 2007, devant la commission d'enquête parlementaire sur la libération des infirmières bulgares. La sollicitude de la France vis-à-vis de Bachir Saleh pourrait aujourd’hui trouver son explication par sa connaissance des lourds secrets franco-libyens. Et des circuits financiers qu'il a lui même supervisés. 

     

     

    A. Senoussi© Reuters 

    Quant à Abdallah Senoussi, également cité dans la note de décembre 2006, comme ayant participé aux réunions préparatoires avec Brice Hortefeux, au sujet du financement de la campagne électorale de 2007, il aurait été arrêté il y a quelques semaines en Mauritanie, mais aucune image n’est venue confirmer une telle affirmation. Il est réclamé par la Libye, mais également par la Cour pénale internationale (CPI), et la France, ayant été condamné par contumace à Paris dans l’affaire de l’attentat contre le DC-10 d’UTA. 

     

    Une chose est en revanche certaine : les forces de l’Otan ont bombardé le 19 août 2011, à 5 heures du matin, la maison d’Abdallah Senoussi, située dans le quartier résidentiel de Gharghour, à Tripoli. Un cuisinier indien avait trouvé la mort dans le raid et une école avait été détruite. « C'est un quartier résidentiel. Pourquoi l'Otan bombarde ce site ? Il n'y a pas de militaires ici », avait alors dénoncé un voisin, Faouzia Ali, cité par l’Agence France Presse. 

     

    La réponse se trouve peut-être dans les secrets qui lient M. Senoussi à la France. « C'est le principal témoin de la corruption financière et des accords qui ont impliqué de nombreux dirigeants et pays, dont la France », a affirmé en mars dernier à l'agence Reuters une source « haut placée dans le renseignement arabe ». 

     

     

     

     

     

    _________________________ 

     

    Lettre traduite 

    __________________________ 

     

     

     

    amahirya arabe libyenne populaire glorieuse 

     

    « Pas de démocratie sans conférence populaire » 

     

    Date : 10. 12. 2006 

     

    Correspondant à : 10. 12. 1375 

     

    N° 1917 68 P 

     

    Service de la sécurité extérieure 

     

    Frère / Président du Fonds libyen des investissements africains 

     

    Que la paix soit sur vous… 

     

    En référence aux instructions émises par le bureau de liaison du comité populaire général concernant l’approbation d’appuyer la campagne électorale du candidat aux élections présidentielles, Monsieur /Nicolas Sarkozy, pour un montant d’une valeur de cinquante millions d’euros. 

     

    Nous vous confirmons l’accord de principe quant au sujet cité ci-dessus, et ce après avoir pris connaissance du procès-verbal de la réunion tenue le 6. 10. 2006, à laquelle ont participé de notre côté le directeur des services de renseignements libyens, et le président du Fonds libyen des investissements africains, et du côté français, Monsieur /Brice Hortefeux, et Monsieur /Ziad Takieddine, et au cours de laquelle un accord a été conclu pour déterminer le montant et le mode de paiement.

     

    Que la paix soit sur vous et la miséricorde de Dieu et ses bénédictions… 

     

    Moussa Imuhamad  Koussa 

     

    Chef du service de la sécurité extérieure

     

     

     

    Les documents:

    Le régime de Mouammar Kadhafi a bien décidé de financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Mediapart a retrouvé un document officiel libyen qui le prouve. Cette note issue des archives des services secrets a été rédigée il y a plus de cinq ans. L’en-tête et le blason vert de la Jamahiriya préimprimés s’effacent d’ailleurs légèrement. Ce document, avec d’autres, a échappé aux destructions de l’offensive militaire occidentale. D’anciens hauts responsables du pays, aujourd’hui dans la clandestinité, ont accepté de le communiquer à Mediapart ces tout derniers jours.

    La note signée Moussa Koussa. Cliquez sur l'image pour l'agrandir.La note signée Moussa Koussa. Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

    La traduction intégrale du document est à lire sous l'onglet "Prolonger" de cet article

    Dès 2006, le régime libyen avait choisi « d’appuyer la campagne électorale» de Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2007, et ce pour un « montant de cinquante millions d’euros » : c’est ce qu’indique en toutes lettres cette note datée du 10 décembre 2006, signée par Moussa Koussa, l’ancien chef des services de renseignements extérieurs de la Libye.

    Un accord « sur le montant et les modes de versement » aurait été validé quelques mois plus tôt par Brice Hortefeux, alors ministre délégué aux collectivités locales, en présence de l’homme d’affaires Ziad Takieddine, qui a introduit dès 2005 en Libye les proches du ministre de l’intérieur, notamment Claude Guéant, et Nicolas Sarkozy lui-même. Le directeur de cabinet de Mouammar Kadhafi, Bachir Saleh, alors à la tête du Libyan African Portfolio (LAP, soit l'un des fonds d'investissement financier du régime libyen), aurait de son côté été chargé de superviser les paiements.

     

    MM. Kadhafi et SarkozyMM. Kadhafi et Sarkozy© Reuters
    « Mon client n'était pas présent à la réunion indiquée dans le document, nous a indiqué Me Samia Maktouf, l’avocate de M. Takieddine. En revanche, il pense que ce document est crédible, vu la date et les personnes qui apparaissent dans ce document outre lui-même. »

     

    « Ce document prouve qu'on est en présence d'une affaire d'Etat, que ces 50 millions d'euros aient été versés ou non, a lui-même commenté M. Takieddine, rencontré par Mediapart vendredi 27 avril. L'enquête sera difficile parce que beaucoup d'intervenants sont morts pendant la guerre en Libye, mais c'est déjà important de rendre public ce document ». Cette réponse de Ziad Takieddine – malgré son hostilité exprimée de multiples fois à notre égard – est celle d’un acteur clé de la lune de miel franco-libyenne, qui a secrètement conseillé Claude Guéant jusqu’à la veille de la guerre, comme en attestent de nombreuses notes publiées par Mediapart.

    L’une d’entre elles, rédigée le 6 septembre 2005 par Ziad Takieddine et adressée à Claude Guéant, affirmait ainsi que certains pourparlers franco-libyens devaient« revêtir un caractère secret ». « L’autre avantage : plus d'aise pour évoquer l'autre sujet important, de la manière la plus directe...», précisait le document, mystérieusement.

    L’élément nouveau que nous publions aujourd’hui vient désormais confirmer les accusations portées par les principaux dirigeants libyens eux-mêmes peu avant le déclenchement de la guerre sous l'impulsion de la France, en mars 2011. Mouammar Kadhafi, son fils Saïf al-Islam et un ancien chef des services secrets, Abdallah Senoussi, avaient en effet tous trois affirmé publiquement détenir des preuves d'un financement occulte du président français. La découverte de la note de M. Koussa exige désormais que s’engagent des investigations officielles – qu’elles soient judiciaires, policières ou parlementaires – sur cet épisode sombre et occulte des relations franco-libyennes.

    La face cachée de l’arrivée de Nicolas Sarkozy sur la scène libyenne, en 2005, puis en 2007, apparaissait déjà en filigrane dans le dossier des ventes d’armes à l’Arabie Saoudite et au Pakistan instruit par les juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire, en particulier à travers l’activité de lobbying déployée par M. Takieddine en faveur de l’ancien ministre de l’intérieur auprès de Tripoli. Or l’enquête entre leurs mains vient d’être élargie par un réquisitoire supplétif, le 5 avril dernier, à tous les faits de blanchiment présumés apparus jusqu’à ce jour.

    Les investigations visent l’intermédiaire, mais aussi plusieurs proches du chef de l’Etat, Thierry Gaubert, Brice Hortefeux, Nicolas Bazire ou encore plus indirectement Jean-François Copé. Echappée des secrets de la dictature déchue, la note décisive que nous reproduisons ci-dessus –  et dont la traduction intégrale est sous l'onglet Prolonger — vient en outre confirmer les propos de l'ancien médecin de M. Takieddine, qui avait suivi alors les déplacements de l'homme d'affaires, notamment en Libye, et avait rapporté des projets de financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par la Libye.

    Selon des connaisseurs du régime libyen à qui nous l'avons soumis, ce document, dont le signataire et le destinataire appartenaient au premier cercle de Kadhafi, est conforme, jusque dans son style, aux habitudes bureaucratiques du régime. Outre celle du calendrier grégorien, la deuxième date qui y figure conforte son authenticité: elle n'est pas celle du calendrier musulman habituel, mais de celui imposé par le dictateur, qui part de l'année du décès du prophète Mahomet, l'an 632.

    Un document authentique, selon Ziad Takieddine

    Depuis plusieurs mois, nous avons entrepris des recherches pour retrouver des dépositaires d’archives du régime déchu, en rencontrant à Paris et à l’étranger plusieurs représentants de factions libyennes, dont certaines avaient conservé des documents et d’autres s’en étaient emparé, en marge des affrontements armés. Ainsi, Mediapart a publié ici, dès le 10 avril dernier, des documents des services spéciaux libyens demandant des mesures de surveillance d’opposants toubous domiciliés en France.

    M. KoussaM. Koussa© Reuters

    Le document décisif que nous publions aujourd’hui, sous la signature de Moussa Koussa, a été adressé, le 10 décembre 2006, à un ancien homme clé du régime libyen, Bachir Saleh, surnommé le « caissier de Kadhafi ». Directeur de cabinet du “guide” déchu, M. Saleh était aussi le responsable du Libyan African Portfolio (LAP), le puissant fonds souverain libyen crédité de plus de 40 milliards de dollars. Sous l’ère Kadhafi, le LAP a servi à d’innombrables opérations d’investissement. Certaines avouables (tourisme, pétrole, agriculture, télécommunications…). Et d’autres moins, comme l’ont confirmé plusieurs sources libyennes concordantes. Contacté sur son numéro de téléphone portable français, M. Saleh n’a pas donné suite à nos sollicitations.

    Connu pour avoir été l’un des plus proches collaborateurs de Mouammar Kadhafi et le mentor de deux de ses fils (Motassem et Saïf al-Islam), Moussa Koussa a quant à lui été le patron pendant plus de quinze ans, entre 1994-2011, des services secrets extérieurs libyens (l’équivalent de la DGSE française), avant de devenir le ministre des affaires étrangères de la Libye.

    Notons que l’auteur de cette note et son destinataire ont vécu, à l’heure de la chute du régime Kadhafi, des destins similaires. Moussa Koussa vit actuellement au Qatar, sous protection, après avoir fui la Libye en guerre, en mars 2011, ralliant d’abord Londres, puis quelques semaines plus tard Doha. Bachir Saleh, emprisonné brièvement par les rebelles du Conseil national de transition (CNT) avant d’être relâché en août dernier, a été exfiltré et accueilli par les Français. Comme l'a rapporté Le Canard enchaîné, lui et sa famille bénéficient toujours de la protection des autorités françaises qui leur ont accordé un titre de séjour provisoire.

    Les deux paragraphes écrits par Moussa Koussa sont sans équivoque sur le sujet explosif abordé. «En référence aux instructions émises par le bureau de liaison du comité populaire général concernant l’approbation d’appuyer la campagne électorale du candidat aux élections présidentielles, Monsieur Nicolas Sarkozy, pour un montant d’une valeur de cinquante millions d’euros », peut-on d'abord y lire. Puis M. Koussa affirme transmettre et confirmer « l’accord de principe sur le sujet cité ci-dessus ». Le montant pharaonique promis par les Libyens est à rapprocher des 20 millions d’euros officiellement dépensés par Nicolas Sarkozy lors de sa campagne présidentielle de 2007.

    Bachir SalehBachir Saleh

    L’ancien chef des services secrets extérieurs de Mouammar Kadhafi ajoute dans sa note que l’accord évoqué est formulé « après avoir pris connaissance du procès-verbal de la réunion tenue le 6. 10. 2006, à laquelle ont participé de notre côté le directeur des services de renseignements libyens (Abdallah Senoussi, ndlr) et le président du Fonds Libyen des investissements africains (Bachir Saleh, ndlr), et du côté français Monsieur Brice Hortefeux et Monsieur Ziad Takieddine ». Ce serait « au cours » de cette entrevue qu’« un accord a été conclu pour déterminer le montant et le mode de paiement ». Le document ne précise cependant pas le lieu de cette réunion, qui s’est tenue un an jour pour jour après une visite de Nicolas Sarkozy en Libye.

    Ziad Takieddine, rencontré par Mediapart en présence de ses avocats, vendredi 27 avril, n’a pas contesté l’authenticité du document que nous lui avons présenté, tout en précisant comme Me Samia Maktouf, son avocate, qu’il n’avait pas été présent, le jour indiqué, à cette réunion.

    « Je n'ai pas assisté à cette réunion, mais elle a certainement pu avoir lieu, nous a indiqué M. Takieddine. Votre document reflète un accord signé par Moussa Koussa pour soutenir la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, et Brice Hortefeux a été effectivement là-bas à cette date ainsi qu'à d'autres dates, ça, c'est sûr. M. Moussa Koussa et les autres personnes citées étaient effectivement des relais avec la France ».

    Selon M. Takieddine, Claude Guéant, l’ancien directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, et « son correspondant en matière de renseignement d'Etat », Bernard Squarcini, étaient parallèlement en lien étroit avec M. Koussa. « Cela se passait nécessairement en secret, vu la sensibilité des relations entre les services de renseignement », précise-t-il, tout en confirmant l’implication, côté libyen, de Béchir Saleh, comme représentant du LAP, et Abdallah Senoussi lui-même « dans les relations de la Libye avec la France ».

    « J'ai les éléments et je n'hésiterai pas à les sortir »

    Les relevés des voyages de M. Takieddine, dont la justice française détient la copie depuis plusieurs mois, montrent toutefois que l’homme d’affaires était à Tripoli le 9 décembre 2006, soit la veille de la rédaction de la note de Moussa Koussa. Il était également en Libye quelques jours plus tôt, les 20 et 21 novembre.

    Dans une entretien accordé le 25 avril à l’hebdomadaire Jeune Afrique, M. Takieddine déclare avoir été informé en mars 2011 par Saif al-Islam Kadhafi de l’existence d’un « versement d’argent » pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

    « Lors de ma dernière rencontre avec Seif al-Islam que j'ai interrogé, il m'avait bien dit: “J'ai les éléments et je n'hésiterai pas à les sortir”, explique M. Takieddine à Mediapart. En réalité, il ne pensait pas que Nicolas Sarkozy irait jusqu'au bout. On peut penser que c'est pour cette raison que le système a protégé Bachir Saleh (exfiltration et production d'un passeport diplomatique) et qu'ils ont essayé par tous les moyens de tuer Saif al-Islam qui a été à l'origine de ces révélations. Par ailleurs, cela explique l'accueil que Monsieur Claude Guéant m'a réservé dès mon retour de Libye, en m'arrêtant à l'aéroport (ndlr, le 5 mars 2011), car il pouvait penser que j'étais moi-même en possession de ces documents, pour pouvoir les subtiliser. »

     

    MM. Hortefeux et Takieddine, en 2005MM. Hortefeux et Takieddine, en 2005© dr

     

    Ce n’est pas la première fois que le nom de Brice Hortefeux est associé à l’arrière-plan financier des relations franco-libyennes. Mais le haut responsable de l’UMP, intime de Nicolas Sarkozy, a toujours démenti. « Je n'ai jamais rencontré Moussa Koussa et Bachir Saleh, a déclaré M. Hortefeux à Mediapart, le 27 avril. J'ai déjà rencontré Abdallah Senoussi, qui connaissait beaucoup de monde, mais nous n'avons jamais de discussion sur un financement électoral. Je suis allé en Libye une seule fois dans ma vie, en 2005. J'oppose donc un démenti catégorique et vérifiable ».

    Comme Mediapart l’avait rapporté (ici), les confessions de l’ancien médecin de M. Takieddine, couchées sur papier le 20 décembre 2006 par le directeur d’une société de renseignements privés suisse, Jean-Charles Brisard, évoquaient déjà le nom de M. Hortefeux dans un schéma de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par la Libye en 2007. En des termes plus télégraphiques : « MODALITES FIN CAMPAGNE NS », « FIN LIB 50 ME », « MONTAGE INCLUT SOC BH PAN + BANQUE SUISSE (ND) » et « FIN CAMPAGNE TOTALEMENT REGLE ». Le mémo Brisard avançait aussi le chiffre de 50 millions d’euros affectés à la campagne de M. Sarkozy.

    « C'est grotesque », avait réagi Nicolas Sarkozy sur le plateau de TF1, le 12 mars dernier. « S'il (Kadhafi, ndlr) l'avait financée (la campagne, ndlr), je n'aurais pas été très reconnaissant », avait ironisé le président-candidat, en référence à l’intervention militaire française en Libye. Contacté vendredi 27 avril, l'Elysée n'a pas souhaité faire de nouveaux commentaires.

    L’actuel ministre de l'intérieur français, Claude Guéant, directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy place Beauvau, en 2006, a lui même admis ses contacts répétés avec Moussa Koussa, début 2007, devant la commission d'enquête parlementaire sur la libération des infirmières bulgares. La sollicitude de la France vis-à-vis de Bachir Saleh pourrait aujourd’hui trouver son explication par sa connaissance des lourds secrets franco-libyens. Et des circuits financiers qu'il a lui même supervisés.

    A. SenoussiA. Senoussi© Reuters

    Quant à Abdallah Senoussi, également cité dans la note de décembre 2006, comme ayant participé aux réunions préparatoires avec Brice Hortefeux, au sujet du financement de la campagne électorale de 2007, il aurait été arrêté il y a quelques semaines en Mauritanie, mais aucune image n’est venue confirmer une telle affirmation. Il est réclamé par la Libye, mais également par la Cour pénale internationale (CPI), et la France, ayant été condamné par contumace à Paris dans l’affaire de l’attentat contre le DC-10 d’UTA.

    Une chose est en revanche certaine : les forces de l’Otan ont bombardé le 19 août 2011, à 5 heures du matin, la maison d’Abdallah Senoussi, située dans le quartier résidentiel de Gharghour, à Tripoli. Un cuisinier indien avait trouvé la mort dans le raid et une école avait été détruite. « C'est un quartier résidentiel. Pourquoi l'Otan bombarde ce site ? Il n'y a pas de militaires ici », avait alors dénoncé un voisin, Faouzia Ali, cité par l’Agence France Presse.

    La réponse se trouve peut-être dans les secrets qui lient M. Senoussi à la France. « C'est le principal témoin de la corruption financière et des accords qui ont impliqué de nombreux dirigeants et pays, dont la France », a affirmé en mars dernier à l'agence Reuters une source « haut placée dans le renseignement arabe ».

     

    Depuis près de dix mois, Mediapart enquête sur les secrets libyens de Nicolas Sarkozy, de son élection en 2007 comme de sa présidence depuis. Cet article s'inscrit dans ces investigations au long cours, confirmant leur légimité et leur gravité (lire nos autres explications ici).

    Nous avons compris l'ampleur de ces secrets libyens au seuil de l'été 2011 avec les documents Takieddine, découverts au cours de nos investigations sur l'affaire Karachi. Cette affaire met en cause les financements illégaux de la campagne présidentielle menée en 1995 par Edouard Balladur avec pour bras droit Nicolas Sarkozy. Or ce dossier a révélé le rôle central dans le premier cercle de Nicolas Sarkozy, depuis ces années-là jusqu'aux lendemains de son élection en 2007, de Ziad Takieddine, intermédiaire financier jusqu'alors pratiquement inconnu, ayant fait fortune dans les ventes d'armes.

    Issus des archives personnelles de M. Takieddine, les documents dont nous avons commencé la publication en juillet 2011 ont prouvé que, dans les années qui ont précédé son élection en 2007, Nicolas Sarkozy et son entourage avaient tissé des liens de proximité et entretenu des relations suivies avec le régime libyen de Mouammar Kadhafi. Les enjeux financiers de ces fréquentations sont explicites dans les documents que nous avons révélés et la reconnaissance officielle accordée, fin 2007, en grande pompe par le nouveau président français au dictateur libyen y apparaît comme un remerciement pour services rendus.

    Tel est le contexte de l'enquête qui, aujourd'hui, aboutit avec la découverte par Mediapart d'un exceptionnel document libyen dont Ziad Takieddine lui-même, auquel nous l'avons soumis vendredi 27 avril, affirme qu'il est authentique. La révélation de ce document exige que toute la lumière soit faite sur son contenu, tant il conforte le soupçon d'une immense affaire d'Etat: le financement, pour des montants faramineux, de la campagne électorale de l'actuel président de la République française par un Etat étranger, qui plus est dictatorial. Que la France soit, depuis, militairement intervenue pour renverser cette dictature ne fait qu'alourdir ce soupçon.

     

    • http://www.wikistrike.com

     

    Lien permanent Catégories : afrique 0 commentaire
  • Hébron : Des colons hissent des drapeaux sionistes sur la Mosquée d’Ibrahim

      27/04/2012 - 10:02 ]

     

     

     

     

    Hébron – CPI

    Un groupe de colons sionistes ont hissé des drapeaux sionistes sur le Mosquée d’Ibrahim (Caveau des Patriarches) dans la ville de Khalil. C’est un acte sans précédent depuis l’occupation sioniste de la ville d’Hébron en 1967.

    Le directeur des Legs pieux d’al-Khalil, Zayd Jaabari, a affirmé qu’un groupe de colons sionistes ont brandi jeudi le drapeau israélien sur le toit de la mosquée. Il a ajouté dans des déclarations à la presse que cet incident représente « une atteinte à la sacralité de la Mosquée d’Ibrahim et à son statut religieux et historique pour les musulmans, il n’était jamais arrivé que l’occupation procède à ce type d’acte depuis qu’elle a pris le contrôle de la ville d’Hébron, c’est une agression qui affecte les sentiments des musulmans et un acte provocateur grave qui nous a surpris aujourd’hui. L’occupation doit retirer ses drapeaux des toits de nos mosquées car c’est une provocation de tous les musulmans du monde ».

    Le gouvernement d’occupation avait décidé il y a deux ans d’inclure la Mosquée d’Ibrahim dans la prétendue « liste du patrimoine juif

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • EN AVANT-PREMIÈRE, LE PROCHAIN GOUVERNEMENT DE FRANÇOIS HOLLANDE

     .. du moins si l’on en croit les rumeurs récoltées par Emmanuel Ratier, qui est généralement bien informé !

     [Faits & Documents n° 335 - Avril 2012]

     

    Les rumeurs vont bon train quant à la composition du (probable) premier gouvernement de François Hollande, nombre des dirigeants socialistes s’y voyant déjà. Ce gouvernement, sans doute nombreux, sera à coup sûr nettement rajeuni avec une disparition des vieux caciques socialistes dont Jack Lang est le parfait représentant.

     

    Jean-Marc Ayrault, président du groupe PS à l’Assemblée nationale, est donné comme favori pour le poste de Premier ministre. Principaux outsiders, la maire de Lille Martine Aubry (mais qui prendra plus sûrement la présidence de l’Assemblée nationale en juin pour cause d’incompatibilité d’humeur avec Hollande) et Michel Sapin, ancien ministre de l’Économie et des Finances.

     

    À Bercy, est évoquée l’arrivée de Jérôme Cahuzac, président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale (qui pourrait sinon prendre le Budget, les Comptes publics et la Fonction publique), avec pour outsider Pierre Moscovici.

     

    Manuel Valls paraît être le favori pour la Place Beauvau. Il aura, à ce poste, la lourde tâche d’organiser les élections législatives. Principal concurrent, François Rebsamen, responsable du pôle sécurité de la campagne présidentielle et influent franc-maçon (comme Manuel Valls…).

     

    Au Quai d’Orsay, la place de ministre des Affaires étrangères paraît promise à Laurent Fabius, de préférence à Pierre Moscovici, jugé trop inexpérimenté. À la Justice, place Vendôme, on attend André Vallini, responsable de la justice dans l’équipe Hollande, ou l’ami personnel de ce dernier, Me Jean-Pierre Mignard (qui vient d’embaucher Thomas Hollande).

     

    À l’Éducation nationale, Vincent Peillon a toutes ses chances bien qu’il ait été le porte-parole de Ségolène Royal en 2007.

     

    Les Affaires sociales (ou la Santé) devraient revenir à Marisol Touraine, à moins que Jean-Marie Le Guen ou Claude Bartolone ne l’emporte.

     

    À la Défense, le poste paraît promis à Jean-Yves Le Drian, d’autant qu’il a déjà effectué tout dernièrement plusieurs voyages aux États-Unis pour rencontrer les responsables de l’OTAN.

     

    La Culture pourrait être attribuée à l’ambitieuse féministe Aurélie Filippetti, en charge de la culture et des médias dans l’équipe Hollande, mais elle pourrait devoir se contenter de la Communication et des Médias en raison des forcings effrénés de Jérôme Clément, l’ancien patron d’Arte, et d’Olivier Poivre d’Arvor, directeur de France Culture. Voire Anne Hidalgo ou Fleur Pellerin.

     

    À l’Industrie, on évoque Alain Rousset, Arnaud Montebourg ou l’ex-patronne d’Areva Anne Lauvergeon (qui pourrait sinon prendre les Transports, l’Énergie, voire le Commerce extérieur).

     

    L’Agriculture, poste peu prisé, reviendrait à Stéphane Le Foll, le ministère du Travail à Alain Vidalies, la Recherche et l’Enseignement supérieur à la mélenchoniste Clémentine Autain, les Affaires européennes à Elisabeth Guigou, le Logement à Vincent Feltesse, le Sport à Valérie Fourneyron, le Tourisme à Patrick Mennucci, la Coopération à Kader Arif, à l’Outre-Mer Victorin Lurel, Juliette Médéal ou Marie-Arlette Carlotti aux Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem ou Clémentine Autain à la Jeunesse, Bruno Le Roux ou Stéphane Le Foll aux Relations avec le Parlement.

     

    Favorite pour le ministère de l’Écologie (à la différence d’Eva Joly, qui va être rapidement oubliée), Cécile Duflot n’obtiendra ce poste qu’à la condition de parfaitement contrôler les troupes et cadres d’Europe Ecologie-Les Verts, en particulier lors des élections législatives où les candidatures de socialistes dissidents vont être pratiquement systématiques. Autres personnalités possibles : Denis Baupin, Yannick Jadot, Jean- Vincent Placé et le député François de Rugy (qui a soutenu Hollande aux primaires socialistes).

     

    Le Parti socialiste pourrait revenir à Pierre Moscovici, voire demeurer à Martine Aubry. En outsider est cité celui qui a assuré l’intérim de Martine Aubry pendant les primaires, Harlem Désir, le premier président de SOS Racisme, à moins que son ancien camarade trotskyste Jean- Christophe Cambadélis ne l’emporte. Le choix du premier traduirait l’orientation du PS voulue par Terra Nova en direction des groupes ethniques (ce d’autant que le droit de vote aux immigrés noneuropéens sera accordé d’ici mai 2013).

     

    Le poste de président de l’Assemblée nationale pourrait revenir à Martine Aubry (plus à sa place qu’à Matignon) ou à Pierre Moscovici, voire à Ségolène Royal, que François Hollande préférerait ne pas avoir dans le gouvernement. La présidence du groupe socialiste serait normalement accordée à Bruno Le Roux.

     

    A l’Élysée, on évoque comme secrétaire général Aquilino Morelle, Jean-Pierre Jouyet (ce très vieil ami de François Hollande, un temps secrétaire d’État sarközyste aux Affaires européennes puis président de l’Autorité des marchés financiers, aura de toute manière un poste important afin de tenter de rassurer les marchés financiers internationaux, les turbulences devant sans doute réapparaître avant même le second tour de l’élection présidentielle) voire Jean-Louis Bianco ou Stéphane Le Foll.

     

    http://www.faits-et-documents.com

    Lien permanent Catégories : france 0 commentaire
  • Les preuves du complot contre la Syrie : Les alliances, la presse «mainstream», Kofi Annan et l’OSDH

     

    Les preuves du complot contre la Syrie : Les alliances, la presse «mainstream», Kofi Annan et l’OSDH

    Les preuves du complot contre la Syrie :
    Les alliances, la presse «mainstream», Kofi Annan et l’OSDH
    ------------

    Pour mettre à exécution le projet américano-arabo-sioniste au Moyen-Orient, la presse et les agences d'informations ont été perverties en instruments de guerre pour instaurer la division et le chaos. On les nomme les médias «mainstream» déployés désormais en première ligne du front pour appuyer la politique de la «canonnière», actuellement du «porte-avions», pour servir les intérêts économiques et géostratégiques occidentaux.

    Pour le cas de la Syrie - comme pour l'Irak, la Libye et d'autres - il s'agit de tromper, diaboliser, en vue d'éliminer, le «régime de Bachar El Assad», qui entrave leur stratégie de domination. La déstabilisation de ce pays entre dans le cadre du projet de démembrement du monde arabe sur des bases ethniques, tribales ou confessionnelles inspiré du Plan Yinon de 1982. Pour son cas il est prévu de reconstituer les fédérations, du temps du mandat français, créées par le général Gouraud en 1920, c'est-à-dire les Etats de Damas, d'Alep, Alaouites et Druzes qui furent un échec.

    Dès lors, tous les moyens, même les plus abjects, sont permis pour atteindre ce but. La désinformation constitue le moyen redoutable pour manipuler les consciences. Tous leurs articles, reportages, compte-rendu et «infos» nous dévoilent, chaque jour de mieux en mieux, les détails et les secrets de leur conspiration.

    La Syrie, pays de la résistance contre le sionisme et l'hégémonie américaine, est donc bien immunisé, par son expérience, contre la diversion et à la subversion d'autant que les objectifs des ennemis sont clairs et déclarés et leurs moyens identifiés. Son armée et forte et cohérente, son peuple uni et cultivé. Comment dès lors peut-on croire pouvoir rouler facilement ce pays à Histoire riche et continue, surtout par des pays factices dits «arabes» dont les populations n'étaient, depuis seulement le siècle dernier, que des tribus nomades sans repères.

    Après avoir utilisé, sans succès, toutes les ruses les voici user de leur dernière carte politique avant le son du glas qui annoncera l'échec de toute leur stratégie dans cette région et au-delà.

    La mission de Koffi Annan, avions-nous dit par ailleurs, n'est que l'expression de l'échec de leur projet dans le Moyen-Orient contre les remparts de Damas - qui était une étape décisive visant l'influence grandissante de l'Iran (allié de la Syrie) qui gêne leurs plans géostratégiques afin de casser l'axe Chine-Russie-Iran organisés dans le bloc baptisé BRICS – certainement l'ultime tentative/tactique pour justifier de la nécessité «de venir en aide aux civils» par une intervention militaire ‘internationale' légalisée par l'ONU. La dernière, celle de la «ligue arabe» ayant échoué, pour cause de vérité, à l'avantage de la Syrie.

    Avant même l'arrivée des observateurs, cette fois–ci de l'ONU, les revoilà avec les mêmes mensonges éhontés et fourberies essayer de suborner et influencer ces nouveaux témoins en fixant, à l'avance, leur chance de réussite à 3% - dont la cause, comme convenue, sera imputée au «régime de Bachar» et non les «révolutionnaires pacifistes» - à rapporter partiellement les propos de Kofi Annan pour donner l'impression que cet envoyé fait des reproches uniquement au pouvoir syrien, à justifier le lamentable échec du nouvel appel à manifester par la brutalité des services de répression en annonçant leur «au moins sept personnes ont trouvé la mort au cours des manifestations...». Ces personnes sont en fait les victimes de leurs attentats qui continus, malgré la trêve, dans les villes de Hama, Idlib, Deraa, Halab et les environs de Damas où l'on enregistre des dizaines d'attentats et d'assassinats des forces de l'ordre et de citoyens. La dernière mission des observateurs de la «Ligue arabe» a échoué devant les pressions et les tentatives de leur faire dire ce qu'ils déclarent n'avoir pas vu c'est-à-dire «les massacres des populations par l'armée» mais avoir constaté ce que le américano-arabo-sionistes ne veulent pas que le monde sache c'est-à-dire «le massacre des civils (hommes femmes et enfants), des policiers, des militaires, des intellectuels, des hommes de culte ainsi que les destructions des infrastructures économiques, sociales, culturelles et sanitaires» par des «groupes armés» et organisé par leurs valets arabes ; le Qatar, l'Arabie Saoudite et la Turquie. Et comme programmé ce sera, selon leurs médias, comme toujours le «régime» qui est fautif par son armée qui continu à «tuer les civils pacifiques.

    Mais le monde a déjà tout vu et entendu! Leurs faux discours, les dizaines d'enregistrements qui montrent bien les groupes armés dans leurs œuvres macabres, les manipulations d'images et des faits surtout d'Aljazeera, CNN, Alarabia, France 24, BBC arabic et Orient News que les modestes télés syriennes ne cessent, tous les jours, de mettre à nu avec des preuves et un professionnalisme exceptionnel. Les preuves par l'image que présentent ces chaines sont d'une crédibilité et d'une persuasion telle qu'il est impossible d'émettre le moindre doute ; mettant ces méga-média internationaux dans le désarroi. Il est, en effet, difficile sinon impossible, de présenter le moindre argument – pour sauver votre «honneur et crédibilité» - lorsqu'on vous montre «vos propres» journalistes/reporters diriger des «acteurs» pour des mises en scènes que vous présenterez comme des faits qui se sont réellement déroulés. L'échappatoire par l'Observatoire syrien des droits de l'homme (l'OSDH) basé à Londres - qui fournit des ‘informations' à de nombreux médias occidentaux - est une autre grosse tromperie que les médias connaissent parfaitement comme étant «artifice». Cet OSDH – qui n'existe nulle part ailleurs - a été créé par la CIA pour les besoins de la stratégie. Selon Alexandre Loukachevitch, le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, cet observatoire ne comprend que deux personnes: le directeur et son secrétaire-interprète. Il est dirigé par un certain Rami Abdel Rahmane qui «ne possède ni de formation journalistique ou juridique ni même d'instruction secondaire.» Dans une interview accordée aux médias en novembre dernier, il a fait savoir que ce Rami «résidait en permanence à Londres, était citoyen britannique et exerçait un métier d'entrepreneur (propriétaire d'un snack-bar)». Loukachevitch souligne aussi que les employés de l'OSDH évitent tout contact avec les diplomates russes.

    Malheureusement, de nombreux médias, qui font autorité dans les pays arabes en particulier, se sont transformés en relais de leur propagande reprenant, comme des perroquets, leurs ‘informations' ; même si elles desservent leur cause ou leur pays et en payant en plus. Quelle déchéance !

    Même pour la mission de Annan/ONU, les États-Unis - ces arrogants qui méprisent le monde piétinent les lois - et leurs valets arabes feront tout pour faire échouer sa mission, car d'une part aucune garantie n'a été donnée à Annan et à la Syrie pour que le ‘scénario' d'avec la Ligue ne se reproduise pas et d'autre part parce que leur objectif stratégique reste bien la «chute du régime» qui est une condition sine qua non pour la domination du régime sioniste de la région.

    A notre sens, le but visé, par Annan interposé, est bien de gagner du temps par cette tactique «élimination /reconstitution» des groupes pour faire croire à une persistance de la crise par la résistance du «peuple» face à la répression de «l'armée de Bachar» tout en espérant faire échouer les réformes profondes, politiques et économiques engagées par le pouvoir syrien. Des réformes, en fait, que redoutent, par contagions, les monarchies du golfe contrairement au souhait qu'ils affichent, perfidement, de voir la «démocratisation» de la Syrie.

    Mais la contre-tactique syrienne - soutenue surtout par la Russie, la Chine, l'Iran et d'autres - consiste à accepter le plan en six points proposé par Annan/l'ONU en faisant admettre une «condition» que la logique et la raison ne peuvent rejeter: «Oui pour la trêve contrôlée par l'ONU» tout en questionnant sur «l'avis l'autre partie». Là est le piège devant lequel se trouvent les conspirateurs. S'il y a appel à une trêve, c'est que les deux parties sont armées et les deux doivent l'accepter ! Il serait irrationnel de l'exiger à l'une et pas à l'autre. Passons !

    MAIS QUELLE EST BIEN L'AUTRE PARTIE ?

    Les groupes armés et les terroristes? Les USA? Le Qatar ? L'Arabie Saoudite? La Turquie ? Tous ? Les premiers, qui sont un instrument, qui obéissent à des ordres, on peut les exclure. Reste les autres. Mais leur problème est que toute garantie exprimée de leur part supposerait une confirmation qu'ils sont les commanditaires du drame syrien et non un «soulèvement spontané» d'un peuple «réclamant des droits légitimes». Ils confirmeraient ainsi qu'il s'agissait bien d'un «complot et manipulation extérieur» contre un État souverain ; donnant du coup raison au pouvoir syrien qui ne cesse de le crier et de le prouver! Ce sera alors toute leur stratégie qui s'effondrera ; pour longtemps ! Ils ne s'y donc prononceront jamais ! Ils sont bien comme disent les Algériens, dans la situation ou «d'un côté c'est très chaud et de l'autre c'est brulant».

    La solution doit donc venir des groupes armés en les convainquant qu'ils sont les objets d'un complot en voie d'échec, que leur entêtement les conduira au suicide par une présence militaire dissuasive et déterminée qui n'attend que l'ordre d'en découdre avec eux d'une part tout en leur présentant les assurances quant à leur sort s'ils abdiquent d'autre part. L'on voit déjà des centaines d'éléments qui composent ces groupes se livrer, sans conditions, aux services de sécurité syriens avec leurs armes et leurs ‘informations'. D'ailleurs la majorité des armes et matériels sophistiqués fournis aux «groupes armés» ont été récupérés par l'armée syrienne.

    Il sera extrêmement difficile aux comploteurs de reconstituer les réseaux dont les préparatifs ont exigé du temps, de la patience, des plans, des tactiques, des recrutements et beaucoup d'argent. D'où les profonds troubles qu'ils manifestent avec leurs «amis de la Syrie» version III, leur persistance dans des mensonges encore plus débiles, leurs déclarations stupides et funestes que condamnent la raison et le Droit international, leurs ennuyeux salmigondis ; attitudes déraisonnables et insensées qui ne mèneront jamais aux résolutions onusiennes souhaitées.

    Même si le Plan de l'ONU/Annan devait échouer, il le sera, comme celui de la «Ligue», à l'avantage de la Syrie et en mieux! Surprise de dernière minute, le Secrétaire général de la Ligue Arabe, Nabil El Arabi, vient de faire un virage à 180° en déclarant qu' «aucun pays n'est disposé à participer à une intervention militaire en Syrie». Tous montrent une réticence à cette option qui a instauré un chaos indescriptible en Libye.

    L'échec du complot contre la Syrie est bien consommé ! Les conditions d'hier pour le dialogue ne sont plus celles d'aujourd'hui ; celles de demain ne seront plus celles actuelles !

    Une anecdote : Discussion entre un vieux sage fellah algérien avec son fils qui n'avait pas saisi cette «crise syrienne» d'autant qu'il n'entend que «dictateur Bachar», «répression du régime», «massacre de civils par l'armée» etc...

    Le vieux questionne : Qui est clairement contre la Syrie ? Le fils répond : l'Amérique, l'Angleterre, la France, Israël, la Turquie, l'Arabie Saoudite et le Qatar. Le vieux : Qui est clairement pour la Syrie ? Le fils répond : la Russie, la Chine, l'Iran, l'Irak, le Venezuela, le Hezbollah, le Hamas palestinien, le... le vieux l'arrête net en lui lançant «Eh bien les choses claires et le choix du camp est évident, non ? Rappelle-toi la Libye!»

    Terminons en rappelant que les puissants détenteurs du Grand Capital trouvent toujours chez les pays moins puissants, à défaut des siens, les solutions à ses crises multiformes, en fomentant des guerres, faire tomber des régimes, assassiner des personnalités gênantes. Pour faire accepter des décisions impopulaires majeures, il leur faut préparer l'opinion en la mettant sous pression «de conformité» par leurs médias de masse. D'où l'invention du «False flag» que Wikipédia définit comme des «opérations secrètes destinées à tromper le public de telle manière que les opérations apparaissent comme si elles sont menées par d'autres entités». Les «False flags» sont donc des mensonges, de la diversion, de la subversion, des déformations grossières et délibérées de la vérité utilisée comme tactique de propagande pour faire accepter l'inacceptable. On trouvera toujours des raisons «logiques» pour cela, puisque l'histoire montre que l'on est passé de «civilisation», «évangélisation», «progrès» à «sécurité», «démocratie» «liberté», «droits de l'homme» en inventant les prétextes «ADM», «protection des civils», «aides humanitaires», «ingérence humanitaire».

    La Yougoslavie, L'Irak, l'Afghanistan, la Somalie, le Soudan, la Côte d'Ivoire, la Tunisie, la Libye, le Yémen, le Bahreïn, le Mali, l'Egypte et la Syrie sont, jusque-là, les pays victimes de leur stratégie funeste de domination qui consiste soit à détourner des révoltes légitimes contre la mauvaise gouvernance et les compromissions de leurs dirigeants afin de maintenir leurs vassaux ou les faire remplacer par des semblables, soit à faire carrément tomber les régimes réfractaires à leur projet en leur fomentant des troubles pour les démembrer.

    DJERRAD Amar

    Alterinfo.net

    Lien permanent Catégories : moyen orient 1 commentaire
  • Israël renonce à 21 ans d’intox sur la prétendue bombe iranienne

     

    Réseau Voltaire | 26 avril 2012

    Dans un entretien accordé au quotidien Haaretz, à l’occasion de l’anniversaire de l’auto-proclamation de l’État d’Israël, le général Benny Gantz a admis que l’Iran ne cherche pas à fabriquer la bombe atomique.

    C’est au détour d’une question que le chef d’état-major a déclaré : « L’Iran se dirige étape par étape vers le moment où il sera en mesure de décider de fabriquer une bombe nucléaire. Il n’a pas encore décidé s’il fallait franchir le pas. Aussi longtemps que ses installations ne sont pas l’épreuve des bombes, ce programme est trop vulnérable, du point de vue iranien. Si le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, le veut, il dirigera vers l’acquisition d’une bombe nucléaire, mais la décision doit d’abord être prise. Ce sera le cas si Khamenei estime qu’il est invulnérable à une réponse. Je crois qu’il ferait une énorme erreur, et je ne pense pas qu’il franchira le pas. Je pense que la direction iranienne est composée de gens très rationnels. Mais je suis d’accord qu’une telle capacité, dans les mains de fondamentalistes islamiques qui, à des moments particuliers pourraient faire des calculs différents, est dangereuse. » [1].

    Depuis 1991, Israël mène campagne dans la presse internationale pour alerter l’opinion publique sur l’acquisition imminente de la bombe atomique par la République islamique d’Iran. Cependant, en 21 ans, ce danger « imminent » ne s’est jamais concrétisé.

    Durant cette période, les dirigeants iraniens n’ont cessé de répéter qu’ils prohibaient l’usage, la menace, le stockage et la fabrication de l’arme nucléaire en vertu des principes énoncés par l’imam Rouhollah Khomeiny. Cette prohibition a pris force de loi avec un décret promulgué par l’ayatollah Ali Khamenei, le 9 août 2005.

    En outre, les dirigeants iraniens ont souligné que s’ils disposaient d’une telle arme, ils ne pourraient en faire usage contre leurs adversaires car en cas de bombardement de l’Arabie saoudite, ils se détruiraient aussi, et en cas de bombardement d’Israël, ils détruiraient aussi les Palestiniens.

    Les États-Unis et leurs alliés ont régulièrement accusé l’Iran de masquer un programme nucléaire militaire. Depuis 2006, ils ont obtenu diverses résolutions du Conseil de sécurité (1696, 1737, 1747, 1803, 1929) et ont imposé des sanctions unilatérales contre l’Iran [2]. Ils ont également utilisé cette intox pour masquer leurs véritables intentions belliqueuses, par exemple à propos du déploiement de missiles contre la Russie, sous couvert d’un système anti-missiles iraniens.

    Craignant que cette intox ne débouche sur une guerre, une faction de l’appareil d’État US a multiplié les démentis depuis 2007. Récemment, le 29 janvier 2012, le secrétaire à la Défense Léon Panetta a confirmé à 6o Minutes (CBS) que l’Iran n’avait pas décidé de se doter de la bombe [3]. Le 31 janvier 2012, le directeur national du Renseignement US, James Clapper, a réitéré cette affirmation par écrit devant la Commission du Renseignement du Sénat [4]. Pourtant, les négociations engagées par les Européens pour convaincre les Iraniens d’interrompre leur programme nucléaire militaire se poursuivent.

    Ainsi donc, alors que les multiples inspections de l’AIEA n’ont jamais trouvé le moindre indice de l’existence d’un programme nucléaire militaire iranien, et que plus aucune autorité compétente aux États-Unis et en Israël ne croit à cette intox, les Européens ont programmé une nouvelle réunion de négociation avec l’Iran, le 23 mai prochain à Bagdad.

    Lien permanent Catégories : afrique 0 commentaire
  • Les Etats-Unis projettent des essais grandioses du bouclier antimissile

     Les Etats-Unis projettent des essais grandioses du bouclier antimissile

     Les Etats-Unis projettent des essais grandioses du bouclier antimissile

     

     

    Les Etats-Unis se proposent pour la première fois de détruire 5 missiles d'un ennemi éventuel (3 missiles balistiques de courte et moyenne portée et 2 missiles de croisière) pendant les essais, dans le cadre du programme de défense antimissile. Cela a été annoncé par le général Patrick O'Reilly, chef de l'agence de défense antimissile.

    Il s'agira, selon lui, des « essais les plus compliqués de l'histoire et de la plus grande envergure des composantes de combat du système de défense antimissile ». Le Pentagone fera participer aux essais les systèmes Patriot, THAAD, Aegis et un radar mobile de stationnement avancé.

    A l'heure actuelle les Etats-Unis créent de tels systèmes régionaux en Europe de concert avec d'autres pays de l'OTAN, dans la région d'Asie-Pacifique avec le Japon et l'Australie et au Proche-Orient avec Israël. 

     

    Source: Voix de la Russie 

    Lien permanent Catégories : Amérique 0 commentaire
  • A l’école militaire, on enseignait que les USA sont "en guerre avec l’islam"

     A l’école militaire, on enseignait que les USA sont "en guerre avec l’islam" 

    BLACKWATER-Ste-militaires-privees-mercenaires-des-USA.jpg Le Pentagone a ouvert une enquête sur un cours dispensé à l'Ecole d'état-major interarmées dans lequel on enseignait aux officiers des "idées incendiaires", notamment que les "Etats-Unis sont en guerre avec l'islam", a affirmé un porte-parole du ministère de la Défense. 


    Le chef d'état-major interarmées, le général Martin Dempsey "a ordonné une enquête sur ce cours spécifique afin de déterminer comment ce matériel pédagogique s'est retrouvé dans ce cours", a confié à des journalistes le capitaine de vaisseau John Kirby, confirmant des informations du magazine Wired. 
    Le cours intitulé "Perspectives sur l'islam et le radicalisme islamique", destiné à des officiers du rang de lieutenant-colonel afin qu'ils puissent occuper des fonctions d'état-major, dispensait dans des présentations PowerPoint certaines "idées incendiaires". 
    Le cours, qui a été suspendu, était dispensé depuis 2004 mais le Pentagone déclare ne pas savoir quand ces éléments ont été introduits dans l'enseignement. 
    Le contenu du cours avait été dénoncé en mars par un officier aux responsables des écoles militaires.

     

    Source: alter Info 
    Lien permanent Catégories : Amérique 0 commentaire
  • Annonce à Paris de la création d'un gouvernement syrien de transition

    Préparez-vous, ils deviennent dangeureux !

    syrie--1-.jpg PARIS - Un homme d'affaires syrien vivant en Arabie saoudite, Nofal Dawalibi, a annoncé jeudi à Paris la création d'un gouvernement de transition pour répondre aux besoins de l'opposition en Syrie.

    La situation en Syrie s'aggrave de jour en jour. Le chaos va en augmentant, a déclaré cet homme d'affaires au cours d'une conférence de presse organisée dans un grand hôtel parisien.

    Nous avons décidé de remplacer les structures existantes par une structure purement exécutive qui coordonne les opérations des divisions combattantes pour la liberté et suit la volonté du peuple syrien souverain, a-t-il précisé.

    Nofal Dawalibi n'a pas précisé de quelle manière cette nouvelle structure allait articuler son action avec le Conseil national syrien (CNS), présidé par l'universitaire Burhan Ghalioun et qui est considéré comme l'instance politique la plus représentative de l'opposition syrienne.

    Dans le domaine militaire, l'opposition armée au régime de Bachar al-Assad s'organise autour de l'Armée syrienne libre (ASL).

    Les membres du CNS et de l'ASL sont nombreux à appuyer notre gouvernement, a dit Nofal Dawalibi. D'autres sont victimes de pressions, a-t-il ajouté.

    Malheureusement le CNS, qui a choisi un organe législatif alors que nous c'est un corps exécutif, n'a pas pu prouver que sa structure représente le peuple syrien et la révolution, a-t-il ajouté.

    Nofal Dawalibi est le fils d'un ancien Premier ministre syrien, Maarouf Dawalibi, dernier chef du gouvernement avant la prise de pouvoir du parti Baas.

    Les objectifs de ce gouvernement de transition sont d'armer les combattants, d'oeuvrer à une intervention militaire internationale directe, et assurer le retour de la sécurité et la stabilité en Syrie, a affirmé l'homme d'affaires.

    Les noms des 35 membres du gouvernement, présentés comme des Syriens de l'intérieur, militaires et civils, seront annoncés pour des raisons de sécurité dans quelques jours, a-t-il dit.

     

    Source: Romandie

     

    La prochaine échéance : le 5 Mai…

    …Le nouveau cessez-le-feu pour 5 mai pourrait s’avérer un point tournant dans le conflit syrien. Si la trêve échoue, une intervention de maintien de la paix internationale pourrait devenir une réalité…

      

    http://rt.com/news/syria-ceasefire-truce-crucial-034/

     

    A mettre en perspective avec la déclaration de Juppé et les échéances électorales , comme on peut supposer une opposition au conseil de sécurité de la Chine et de la Russie , ce sera un false flag Turc en réponse à une soi-disant agression syrienne , comme d’hab…

     

    Source: Com liesi

    Lien permanent Catégories : moyen orient 0 commentaire
  • Le Hamas désigne son nouveau bureau politique

     Après avoir annoncé qu'il y renonçait Khaled Mechaal brigue finalement un nouveau mandat.

    Interview télévisée de Khaled Mechaal, chef du Hamas en exil à Damas, le 21 janvier 2009.
    (Photo : AFP)
    Après avoir annoncé qu'il y renonçait Khaled Mechaal brigue finalement un nouveau mandat.

     

    Par RFI

    Le mouvement islamiste palestinien Hamas renouvelle actuellement sa direction. Selon des sources au sein du mouvement, Ismaël Haniyeh vient ainsi d’être désigné comme chef du Hamas pour la bande de Gaza. Mais c’est une consultation beaucoup plus vaste qui se déroule en ce moment et qui doit aboutir à la désignation du chef du bureau politique du mouvement.

     

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Nicolas Falez

     

    C’est une élection complexe et discrète qui se déroule actuellement au sein du Hamas. Les membres du parti islamiste élisent 4 conseils consultatifs et 4 bureaux politiques simultanément dans la Bande de Gaza, en Cisjordanie, dans les prisons israéliennes, ainsi qu’à l’étranger. A l’issue du processus, probablement le mois prochain, le Hamas se dotera d’un nouveau bureau politique central et surtout d’un nouveau chef.

     

    Khaled Mechaal sans doute reconduit

     

    Ce sera d’ailleurs peut-être le même puisqu’après avoir annoncé qu’il ne briguerait pas un nouveau mandat, Khaled Mechaal, semble aujourd’hui bien parti pour se succéder à lui-même. Ces élections internes, ont lieu alors que le Hamas est confronté à plusieurs défis.

    Sur fond de répression en Syrie, le mouvement palestinien a quitté ses bureaux de Damas. Il s’est éloigné de l’un de ses principaux parrains et n’a plus vraiment d’adresse. Et puis, la nouvelle direction que le Hamas doit prochainement désigner va hériter du dossier de la réconciliation entamé il y a tout juste un an avec l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas. Il s’agit d’une réconciliation sur le papier mais sans aucun effet à ce jour sur le terrain.

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • Il n’y a pas de meilleure business que celui de la guerre

    Il n’y a pas de meilleure business que celui de la guerre (via http://stcom.net)

    Par Pepe Escobar -  Les privatiseurs de l’eau. Peu de gens dans l’Ouest savent peut-être que la Libye – ainsi que l’Egypte – se trouve sur le système aquifère nubien, c’est un océan d’eau douce extrêmement précieux. Oui, vous le voyez maintenant, vous n’aviez pas vu que l’eau…

    Lien permanent Catégories : afrique 0 commentaire
  • Le 1er mai, la grande fête des travailleurs

       
     

    Trente ans après sa première marche, l'édition 2012 aura un parfum électoral. Entre les deux tours de la présidentielle, l'USTKE appelle tous les travailleurs du pays à sa grande marche dans les rues de Nouméa.


     « On appelle l'ensemble des travailleurs du pays à participer à notre traditionnelle marche du 1er mai », a lancé André Forest, 2ème vice-président de notre organisation syndicale. " Il y aura aussi une animation festive autour du siège avec notamment la présence de la troupe du Wetr  et vingt groupes feront une prestation musicale après le défilié des manifestants ", a ajouté notre responsable syndical. Cet appel est lancé à tous les travailleurs de Kanaky, un rassemblement qui se veut festif mais aussi politique.
    Après le premier tour de la présidentielle, cette grande marche aura un " parfum électoral ". " Le seul que l'on puisse soutenir est le candidat de gauche ", a affirmé l'USTKE. Mise à part l'actualité politique française, les membres du bureau confédéral sont revenus sur des problématiques qui nous concernent.
     " On parle aujourd'hui à deux ans de 2014 des échéances de l'Accord de Nouméa avec notamment la notion du rééquilibrage. Une thématique essentielle qui pose l'accès des kanak aux postes à responsabilité ", a-t-il rappellé. « Le principe de l'émancipation du pays ne pourra se faire sans les kanak », a conclu notre porte-parole. " Sur 96  postes de chefs d'établissements scolaires sur l'ensemble du pays, il n'y a qu'un seul kanak " , une situation très inégale selon Jacques Wabete, secrétaire général adjoint de la Fédération Enseignement USTKE.
    La conférence de presse s'est poursuivie avec l'état des discussions en cours au CDS et autres commissions en lien avec notre organisation syndicale.
    Le « Fond d'Assurance pour la Formation - FAF » : les négociations sont en cours sur ce point avec les partenaires sociaux. Un accord interprofessionnel devrait aboutir d'ici fin mai. Un autre dispositif est aussi en cours de discussion : la partie sur la productivité et la compétitivité. " Comment améliorer la productivité des salariés afin que les entreprises soient compétitives ? Alors que le SMIG est à 150 000 francs CFP ? Aujourd'hui le salarié génère de la productivité au niveau de son travail et les employeurs obtiennent des gains. La valeur ajoutée doit être partagée. Comment va-t-on partager le fruit de la croissance ? "
    L'USTKE affirme qu'il faut « une réelle volonté politique  tant de l'Etat que des institutions locales » pour changer la donne au niveau économique et sociale.  Autre point de discussion avec les partenaires sociaux : la représentativité syndicale à l'intérieur des entreprises.
     
     

    Rendez-vous à 8 heures devant le siège de l'USTKE à la Vallée-du-Tir.
     
     
    Après-midi festive autour d'un plateau musical et restauration sur place jusqu'à 18 heures.

    Lien permanent Catégories : Kanaky 0 commentaire
  • Bosnie-Herzégovine : Un Serbe de Bosnie condamné pour le massacre de musulmans à Srebrenica

    26/04/2012

    Zeljko Ivanovic, a été condamné mardi à 13 ans de prison par le Tribunal bosnien pour crimes de guerre, pour sa participation au massacre des musulmans de Srebrenica commis peu avant la fin de la guerre de Bosnie (1992-95).

     

    Un Serbe de Bosnie, Zeljko Ivanovic, ancien membre d'une unité de police spéciale des forces serbes de Bosnie, a été reconnu coupable de "crime contre la population civile" et non pas de "génocide", dont il avait été inculpé, selon la radio nationale.

     

    Le tribunal a prouvé sa participation, le 13 juillet 1995, à des arrestations d'hommes musulmans qui avaient tenté de fuir Srebrenica, à l'arrivée des forces serbes dans cette enclave musulmane, placée à l'époque sous protection de l'ONU.

     

    Il a aussi participé, selon le juge Darko Samardzic, à l'incarcération de ces hommes dans un entrepôt à Kravica, une localité proche de Srebrenica, où quelque mille prisonniers avaient été tués.

     

    La participation d'Ivanovic aux exécutions n'a pas pu être prouvée, mais il n'a pas exprimé de regrets pour les victimes du massacre, selon la radio, citant le juge.

     

    Environ 8000 hommes et adolescents musulmans ont été massacrés en juillet 1995, en quelques jours, par les forces serbes de Bosnie dans l'enclave de Srebrenica. Ce massacre a été qualifié de génocide par la justice internationale.

    Lien permanent Catégories : europe 0 commentaire
  • Le Président syrien s'adresse à son homologue américain

     

    Le Président syrien s'adresse à son homologue américain

    IRIB- Réagissant aux menaces proférées par les Etats-Unis, le Président syrien, Bashar al-Assad, a déclaré : " La crise en Syrie n'est qu'au début chemin, et l'administration américaine aussi est contrainte d'œuvrer pour le cessez-le-feu. Assad a tenu, ces propos, lors d'une rencontre, loin des médias, avec l'une des figures saillantes de l'opposition intérieure.

    Le quotidien libanais, Al-Akhbar a publié les détails de cette rencontre. Selon ce quotidien, le Président Assad s'adressant aux autorités de la Maison blanche dit : " La crise en Syrie est au début du chemin. Cependant, les positions internationales sont positives. Avec l'arrivée de l'été, et à l'approche des élections présidentielles, l'administration Obama sera contrainte d'œuvrer pour une solution, susceptible de mettre un terme aux ingérences et d'instaurer le cessez-le- feu, en Syrie. Toujours selon ce quotidien, le Président syrien aurait dit : " A l'exception du Qatar, de l'Arabie saoudite et de la Turquie, la position de la communauté internationale a été positive, jusqu'à présent. » Entre-temps, la Secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton a déclaré Washington et ses alliés prêts à accentuer la pression sur le gouvernement syrien, si le plan de Kofi Annan échoue. " Washington s'est préparé pour la défaite du plan de 6 points de Kofi Annan, émissaire de la Ligue arabe et de l'ONU. La Secrétaire d'Etat américaine a déclaré que les Etats-Unis adopteront de nouvelles sanctions contre le gouvernement syrien afin de l'isoler, en cas d'échec du plan de Kofi Annan. Lors de la réunion des " Amis de la Syrie" à Paris, Hillary Clinton a haussé le ton contre la Syrie, tout en disant que le temps était venu d’adopter des mesures importantes contre la Syrie. Les Etats-Unis et leurs alliés ont mis tout dans la balance pour faire échouer le plan d'Annan. Ce, alors que Kofi Annan, émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe a appelé toutes les parties en Syrie à respecter son plan, composé de 6 points, pour cesser les violences.

    Lien permanent Catégories : moyen orient 0 commentaire
  • "La bataille des ventres vides" - Khader Adnan souligne le réconfort de la solidarité

    Cisjordanie - 26 avril 2012

    Par ISM

    Témoignage de Sylvia, activiste d'ISM (son nom a été changé).

    24.04.2012 - Le 17 avril, des prisonniers politiques palestiniens ont lancé une grève de la faim de masse contre le mépris de la quatrième convention de Genève et du droit international élémentaire affiché par les services pénitentiaires israéliens. L'appel à action coïncide avec la Journée des prisonniers palestiniens après qu'une vague de grèves de la faim de grande envergure ait provoqué une réaction mondiale.

     

    'La bataille des ventres vides' - Khader Adnan souligne  le réconfort de la solidarité

     

    L'association de soutien aux prisonniers palestiniens et aux droits de l'homme Addameer a initialement estimé à 1200 le nombre de prisonniers palestiniens qui y participeraient, avec environ 2300 autres refusant de se nourrir en préparation d'une campagne plus large. Aujourd'hui, des avocats israéliens disent que le nombre de participants est de 3000.

    Les revendications des prisonniers en grève de la faim comprennent : la fin de l'isolement pour des raisons de "sécurité", qui touche actuellement 19 prisonniers, dont certains ont passé 10 ans en isolement ; la fin de l'incarcération des Palestiniens sans charge ni procès dans le cadre de la détention administrative, régime sous lequel 322 prisonniers sont actuellement détenus ; l'abrogation d'une série de mesures punitives prises contre des prisonniers palestiniens suite à la capture du soldat israélien Gilad Shalit, dont le refus de visites familiales pour tous les prisonniers de Gaza depuis 2007 et le refus d'accès à l'enseignement universitaire depuis juin 2011.

    Ces exigences ont été reprises hier lorsque Khader Adnan est venu à Tubas, village au nord de la Cisjordanie occupée, où des proches des prisonniers politiques s'étaient rassemblés dans une tente devant la municipalité. Debout devant un mur couvert des photos des absents bienaimés, Adnan a parlé de ses 66 jours de grève de la faim, réconfortant les parents inquiets :
    "Nous avons un message pour ces mères : nous vous honorons. Si les portes des prisons sont fermées, la porte de Dieu sera toujours ouverte."

    L'ISM a accompagné des membres du Club des prisonniers de Tubas et Khader Adnan pendant la visite aux familles des prisonniers chez elles. Le prisonnier Mohammad Taj, 42 ans, est en grève de la faim depuis le 15 mars. Sa famille n'a pas obtenu la permission de lui rendre visite et elle attend des nouvelles de son état de santé. La visite d'Adnan lui a apporté force et résolution, lorsqu'il a souligné la nécessité de la solidarité parmi les prisonniers en gardant en vue un objectif clair. Il a déclaré que les prisonniers étaient unis malgré leurs différences politiques en dehors des murs des prisons.

    Des actions comme celles-ci ont lieu dans toute la Palestine. La tente de la solidarité avec les prisonniers est installée à Tubas depuis la Journée des prisonniers palestiniens et elle accueille les visiteurs qui veulent exprimer leur soutien et écrire un message dans le livre d'or.

    Photo



    Le visage de Hassan Safadi (ci-dessus) est présent au milieu des nombreuses photos affichées sur les parois de la tente. Alors qu'il en est à son 53ème jour de grève de la faim, sa famille n'a toujours pu avoir aucun contact avec lui et on ne sait rien de son état de santé. Alors que 3000 prisonniers partagent sa lutte, la communauté internationale se tient en solidarité contre Israël sur le même objectif.

    LIBERTE POUR HASSAN SAFADI
    LIBERTE POUR TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES DE PALESTINE


     

    Source : Palsolidarity

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • Vivre au quotidien sous l'occupation sioniste

     

    Vivre au quotidien sous l'occupation sioniste

    Quelques-unes des dépêches de l'agence palestinienne de presse Wafa, entre dimanche 22 et lundi 23 avril.
    Jérusalem, 22.04.2012 (WAFA*) - L'armée israélienne rase une terre près de Jérusalem
    - Des soldats israéliens accompagnés de bulldozers ont rasé dimanche une terre agricole dans le village de Qalandia, au nord-ouest de Jérusalem. Les témoins ont dit que les autorités israéliennes voulaient s'emparer de 40ha pour construire et étendre le mur de séparation qui sépare le secteur de Ramallah et de Jérusalem, et y installer des jardins talmudiques au bénéfice des colonies israéliennes.

     

    Les sources locales ont souligné que les autorités israéliennes ont pris plus de 400ha, ne laissant au village que 100 ha de terre, pour tenter d'isoler complètement le village de Jérusalem.
    *http://english.wafa.ps/index.php?action=detail&id=19614


    L'armée israélienne attaque la famille palestinienne qui protestait contre le vol de sa terre à Qalandia
    Jérusalem, 23 avril 2012 (WAFA) – Des soldats israéliens ont agressé lundi une famille palestinienne à Qalandia pendant qu'ils tentaient de confisquer sa propriété. Selon les témoins, des affrontements ont éclaté entre la famille et les soldats lorsque ces derniers ont tenté de forcer les membres de la famille à quitter leurs maisons pour confisquer un jardin adjacent aux maisons.


    Deux puits démolis près d'Hébron
    Hébron, 23 avril 2012 (WAFA) – Des soldats israéliens ont détruit ce matin deux puits à Halhoul, au nord d'Hébron, situés en zone C.
    Ils ont empêché les habitants et les journalistes de s'approcher des lieux.


    Israël menace de fermer une école pour protéger les colons
    Hébron, 23 avril, 2012 (WAFA) – Israël a menacé de fermer une école palestinienne dans les collines du sud d'Hébron, au prétexte de "protéger la sécurité des colons israéliens", a dit le principal de l'école. Wajeh al-Adrah, directeur de l'école élémentaire Zif, a dit à Wafa que le commandant israélien de la région sud avait menacé de fermer "définitivement" l'école pour garantir la sécurité de plusieurs colonies israéliennes illégales construites dans les collines.


    Des colons attaquent une terre, abattent des arbres à Tulkarem
    Tulkarem, 23 avril 2012 (WAFA) – Des colons juifs de la colonie Avni Heifetz ont fait irruption sur un pan de terre et ont abattu des dizaines d'oliviers appartenant à un agriculteur palestinien au nord de Tulkarem. Les témoins ont raconté que les colons, protégés par des soldats israéliens, ont coupé les oliviers à la tronçonneuse.


    Des colons s'emparent d'une terre et se la partagent
    Bethléem, 23 avril, 2012 (WAFA) – Des dizaines de colons juifs ont déboulé sur une terre palestinienne à Taqoa, dans le secteur de Bethléem, en ont fait un relevé et ont décidé de la partager entre eux.
    Taysir Abu Mofreh, chef du conseil local de Taqoa, a dit à Wafa que les colons de la colonie Romaan ont installé une clôture autour des 6ha de terre avant de la partager.
    Le terre appartient à plusieurs familles palestiniennes et elle est planté d'oliviers.


    Les forces israéliennes arrêtent 6 Palestiniens dans le secteur d'Hébron
    Hébron, 23 avril, 2012 (WAFA) – Des forces israéliennes ont fait irruption lundi matin dans plusieurs secteurs du gouvernorat d'Hébron et arrêté 6 Palestiniens, dont 2 mineurs.
    Des sources de la sécurité ont dit que les soldats avaient attaqué Beit Ommar, au nord d'Hébron, et arrêté 4 Palestiniens, dont deux enfants de 16 et 15 ans après avoir envahi et fouillé leurs domiciles.
    Des soldats ont fait une descente dans la ville d'Hébron où ils ont arrêté Fatimah al-Zahra', 24 ans, sœur d'un prisonnier condamné à 12 ans d'emprisonnement dans les geôles israéliennes et fiancée à un autre prisonnier.
    De plus, l'armée a attaqué plusieurs maisons à Yatta, au sud d'Hébron, et arrêté un Palestinien.
    Dans le camp de réfugiés d'al-Arroub, les forces israéliennes ont remis plusieurs notifications exigeant que les Palestiniens interrompent la construction dans plusieurs structures.


    Des colons attaquent une école et blessent 8 élèves près de Naplouse
    Naplouse, 23 avril, 2012 (WAFA) – Des soldats israéliens de la colonie Yitzhar, au sud de Naplouse, ont fait une descente lundi dans le village voisin de Urif et ont attaqué l'école locale, blessant 8 élèves.

    Photo
    (AFP Photo/Jaafar Ashtiyeh)

    Photo
    (Photo Ayman Nubana/Wafa)

    Photo
    (Photo Ayman Nubana/Wafa)

    Photo
    (Photo Ayman Nubana/Wafa)

    Photo
    (Photo Ayman Nubana/Wafa)



    Ghassan Daghlas, qui recense les activités des colons dans le nord de la Cisjordanie , a dit que les colons ont attaqué l'école à coup de grenades lacrymogènes. Les 8 écoliers qui ont suffoqué sous les gaz ont été soignés sur place.


    Les forces israéliennes ouvrent le feu sur des fermiers à Gaza
    Khan Younis, 23 avril, 2012 (WAFA) – Les forces israéliennes ont ouvert le feu sur des fermiers palestiniens à Al-Farahi, à l'est de Khan Younis, au sud de la Bande de Gaza, alors qu'ils faisaient leur récolte près de la frontière sud avec Israël. Il n'y a pas eu de blessés.


    Les forces israéliennes s'abattent sur un village près de Jenin, les Palestiniens ripostent
    Jenin, 23 avril, 2012 (WAFA) – Des confrontations ont éclaté lundi entre les Palestiniens de Silat al-Harithiya, à l'ouest de Jenin, et les forces israéliennes. Les forces ont envahi le village et ont provoqué les habitants, qui ont répondu en leur jetant des pierres. Il n'y a pas eu de blessés.
    Toujours autour de Jenin, les forces israéliennes ont fondu sur le village de Ta'nak et installé un checkpoint militaire provisoire entre les villages de Rummana et Zububa, pour stopper les véhicules palestiniens et les fouiller.


    De nombreux palestiniens asphyxiés lors d'un raid israélien près de Jenin
    Jenin, 22 avril, 2012 (WAFA) – Plusieurs palestiniens ont suffoqué sous les gaz lacrymogènes tirés par les soldats israéliens à l'intérieur des maisons palestiniennes à Fahmah, village au sud de Jenin.
    Les témoins ont dit à Wafa que des affrontements ont éclaté entre les soldats et les jeunes du village, suite à l'attaque israélienne sur les villageois, les jeunes jetant des pierres sur les soldats.
    D'autres soldats israéliens ont lancé un raid sur les villages voisins de Arraba et Kaf Ra'i, ont installé un checkpoint volant au sud de Jenin, fouillé les véhicules palestiniens et vérifié les papiers d'identité des passagers.



    Source : Wafa

    Lien permanent 0 commentaire
  • Israel tente d'empêcher la diffusion d’un rapport sur l’expulsion des Chrétiens de Palestine

    Le Réseau américain de télévision "CBS" a révélé, le mardi 24/4, que l’occupant israélien a tenté d’exercer des pressions sur le réseau pour éviter la diffusion d'un rapport dans le programme "60 Minutes" sur la politique de l’occupation israélienne à expulser les chrétiens de Jérusalem et de Bethléem.

     Israel tente d'empêcher la diffusion d’un rapport sur l’expulsion des Chrétiens de Palestine

     

     

    Le journaliste Bob Simon a réprouvé l’ambassadeur de l’ennemi occupant aux États-Unis pour son intervention et sa tentative d'empêcher la diffusion du rapport, ce qui conduirait à «une explosion dans la relation avec les chrétiens des Etats-Unis et Israël", selon les propos de l’ambassadeur.

    Simon a dit à l’ambassadeur de l’occupation, Michael Oren, selon l'agence de "Sama": "Je ne me souviens pas d'un cas similaire pour l'intervention de l'Etat dans un rapport diffusé dans le programme. Alors que l'ambassadeur lui a répondu qu'il y a toujours une première fois, et il sert son Etat et tente de prévenir l'utilisation abusive contre lui», en soulignant qu'il incombe à la chaîne de diffuser des rapports sur la situation des chrétiens dans d'autres pays de la région.

    La chaîne a diffusé la nuit dernière, le rapport qui dévoile la politique de l'occupation israélienne à déplacer les chrétiens de Terre Sainte, où le programme a révélé les harcèlements des chrétiens par l'occupation qui transforme leur vie en enfer.

    L'ambassadeur a déclaré à son premier ministre, Benjamin Netanyahu, qui a intervenu dans la gestion de la chaîne d'arrêter la diffusion du rapport ou du moins le réduire, "si le rapport a été publié, selon les informations que j'ai reçu, comme il est, il serait une explosion des relations stratégiques avec les chrétiens aux États-Unis."

    Dans ce contexte, le journal hébreu « Haaretz » a rapporté que Netanyahu était au courant de ce qui a été accompli par l'Ambassadeur de l'ingérence dans le travail de la chaîne. L'ambassadeur avait essayé d'atténuer l'impact du rapport, et a publié à l'avance un article dans un journal américain sur la liberté religieuse dont jouissent les chrétiens dans les territoires palestiniens, à l'opposé de ce qui se passe, selon ses allégations, dans le monde arabe. Le journal américain a refusé de publier à ce moment-là les réactions des chrétiens de Bethléem et de Jérusalem.

    Il est à noter que les chrétiens de l'Eglise évangélique d'Amérique soutiennent l'ennemi occupant, c’est pourquoi que Netanyahu avait peur de l'impact négatif du rapport sur la relation de l'Église d'Israël, ce qui a poussé de prononcer un discours durant la réunion de l'église dans lequel il a parlé de la liberté religieuse dont jouissent les chrétiens dans les territoires palestiniens.

    http://www.palestine-info.cc/Fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7vxL0DbiJx217%2bQKHT3WsbYx9z9ZXeFXHvbN9TCYCodBPM%2fPYWtn0MPD8s1lcl3Ng0QnOucCu3nqcmTHMpi8cVenL%2bOUMB%2fZ5MRyqj2%2bay2E%3d http://www.palestine-info.cc

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • "Israël" légalise trois colonies sauvages

    "Israël" légalise trois colonies sauvages
     

    colonies israéliennesL’entité sioniste a légalisé mardi trois colonies sauvages. Le gouvernement israélien a autorisé a posteriori les colonies de Bruchin (350 sionistes), Rechelim (240 sionistes), dans le nord de la Cisjordanie et Sansana (240 sionistes), dans le sud du territoire palestinien.

    Un comité ministériel a "décidé de formaliser les statuts de trois communautés établies dans les années 90 à la suite de décisions de gouvernements précédents", a indiqué le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

    Un responsable israélien a prétendu que "la décision ne change pas la réalité sur le terrain" et n'implique pas l'établissement "de nouvelles colonies ni l'extension de colonies existantes".

    Une réponse à la lettre d’Abbas

    Côté palestinien, "la décision de légaliser trois colonies sauvages est la réponse prévue à la lettre du président Abbas au Premier ministre Netanyahu", a déclaré à l'AFP le porte-parole de M. Abbas, Nabil Abou Roudeina, appelant "le gouvernement israélien à cesser immédiatement les actions unilatérales, en particulier la colonisation".

    Le négociateur palestinien Saëb Erakat a remis le 17 avril à Netanyahu une lettre de doléances de M. Abbas exigeant pour reprendre les négociations une série d'engagements: discussions sur la base des lignes de 1967 "avec des échanges de territoire mineurs et mutuellement agréés", gel de la colonisation, libération des détenus palestiniens et retour à la lettre des
    accords signés.

    Le Premier ministre israélien doit adresser sa réponse au président palestinien "dans les deux semaines", via son émissaire personnel Yitzhak Molcho.

    Mais les responsables palestiniens anticipaient une réponse négative en s'apprêtant à relancer leurs démarches aux Nations unies.

    "La question de la lettre palestinienne et de la réponse israélienne ne doit pas être surestimée, car nous connaissons la réponse israélienne", a souligné lundi une dirigeante de l'Organisation de libération de la Palestine
    (OLP), Hanane Achraoui.

    "Il faut aller à l'ONU et continuer à faire pression sur la communauté internationale pour qu'elle mette Israël face à ses responsabilités. La prochaine étape devrait être l'Assemblée générale de l'ONU", habilitée à accorder à la Palestine le statut d'Etat non membre, a-t-elle déclaré à la radio officielle "Voix de la Palestine".

    ONG anti-colonisation


    Pour Hagit Ofran, une responsable du mouvement israélien anticolonisation "La Paix maintenant", "le gouvernement israélien prouve quelle est sa véritable politique, qui est de construire de nouvelles colonies plutôt que de se diriger vers la paix".

    "C'est la première fois depuis 1990 que le gouvernement décide de l'établissement de nouvelles colonies, et la manoeuvre du gouvernement, de mettre sur pied un comité pour l'établissement de colonies, est un tour de passe-passe pour cacher (sa) véritable politique", a-t-elle ajouté.

    Aux yeux de la communauté internationale, toutes les colonies sont illégales, qu'elles aient ou non été autorisées par le gouvernement israélien.
     
    Plus de 340.000 colons israéliens habitent en Cisjordanie occupée et plus de 200.000 dans des quartiers de colonisation à l’Est de Jérusalem occupée.

     

    Source: Agences

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • La grève des captifs palestiniens met l'entité sioniste dans un grand embarras

    CPI


    Photo: CPI

    Mercredi 25 avril 2012

    Gaza – CPI

    A l’aube du mardi 17 avril 2012, un nouveau combat des plus durs a débuté dans les prisons de l’occupation sioniste. En fait, les captifs palestiniens ont entamé une grève ouverte de la faim qu’ils ont baptisée : « Nous vivrons dignes ». C’est une protestation contre l’administration pénitentiaire israélienne et ses mesures répressives.

    Avant cette date, plusieurs captifs avaient déjà entamé une telle action, mais en cette matinée du 17 avril, la grève est devenue collective, un défi à l’arrogance de l’occupation, une action menée jusqu’à l’obtention de leurs droits, jusqu’à la mort s’il le faut. la dignité est plus chère que la vie, disent-ils.

    La plus grande grève

    Fouad Al-Khafach, spécialiste des affaires des captifs, est sûr que sans de telles actions, les captifs n’auront rien de la part des occupants sionistes.

    Il a confié à notre Centre Palestinien d’Information : « L’administration pénitentiaire sioniste avait aggravé ses violations contre les captifs palestiniens et les avait privés de leurs droits des plus élémentaires ; ces agissements ont suscité de sérieuses discussions parmi les captifs ; ils ont entamé une grève, la plus vaste depuis celle de 2004, après une longue période de souffrances causées par l’administration pénitentiaire ».

    Al-Khaffach est certain de la réussite de cette action, car les captifs montrent un moral d’acier, croyant fermement à leurs droits bafoués par les bourreaux sionistes.

    Puis ces captifs ne doivent être seuls dans leur combat. Al-Khafach appelle la diplomatie palestinienne à réagir, les ambassadeurs palestiniens à parcourir le monde pour mettre en exergue les souffrances des captifs et obtenir le soutien nécessaire, sur la scène internationale.

    Les droits de l’homme

    De son côté, l’analyste politique Hassan Abdou, dans des déclarations faites à notre Centre, dit que les captifs palestiniens ont ouvert un front dans les prisons sionistes. Il n’est pas ouvert par un on deux détenus seulement. La plupart d’entre eux l’ont ouvert avec leurs « estomacs vides ».

    Cette grève de la faim a des objectifs bien clairs qui vont parfaitement avec les droits de l’homme. C’est une action menée contre les mesures de l’occupation qui viennent à l’encontre du droit humanitaire international.

    Abdou appelle à soutenir les captifs. Il est d’accord avec les factions palestiniennes que la meilleure façon sera d’enlever des soldats sionistes afin de les échanger avec des captifs palestiniens.

    Les médias sionistes

    La grève de la faim des captifs palestiniens intéresse les médias sionistes, remarque Tawfiq Abou Chomer, spécialiste des affaires sionistes. En fait l’action attire un bon soutien, à l’instar de ce qui s’est passé à l’aéroport de Ben Gourion.

    Il croit, lui aussi, à la réussite de la grève, à condition qu’elle soit bien utilisée.

    Le meilleur cadeau que les Palestiniens puissent faire aux captifs sera la réconciliation palestinienne et l’union face à l’occupation, souligne l’expert.

    A noter enfin que plus de 3500 captifs palestiniens et arabes mènent une grève ouverte de la faim, depuis le « jour du captif palestinien », le 17 avril 2012. Ils continueront leur action jusqu’ à l’obtention de leurs exigences justes.

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • Amnesty International tire la sonnette d’alarme contre l’islamophobie en France

     

     

    En pleine campagne présidentielle tournant à la chasse à l’électorat du Front National, Amnesty Internationale publie un rapport sur les discriminations contre les musulmans en Europe et épingle la France.

     

    Amnesty International dénonce…

     

    Marine Le Pen a obtenu un score indécent lors du premier tour électoral de ce week end. Un grand électorat doit être conquis aujourd’hui par les deux candidats sortis vainqueurs. Pour récupérer ces électeurs bleu marine, il va falloir les séduire. Nicolas Sarkosy a, depuis le début de sa campagne, joué sur le même terrain que le FN. Il connaissait d’avance l’enjeu, son gouvernement ayant contribué à ce climat islamophobe. Les sujets tels que l’immigration, et l’Islam vont certainement avoir une place prépondérante dans les trois débats prévus.

     

    Et, comme un cheveu sur la soupe, voici qu’Amnesty International publie son rapport : « Choix et préjudice : les discriminations contre les musulmans en Europe« , en pleine campagne présidentielle. Ils auraient pu s’abstenir ! Un rapport dénonçant les discriminations exercées par les gouvernements Français, Belge, Hollandais, Espagnol et Suisse à l’encontre de leurs citoyens musulmans. Ces gouvernements sont appelés «à faire d’avantage pour combattre les stéréotypes négatifs (…) contre les musulmans, qui attisent les discriminations, essentiellement au sein de l’éducation et du monde du travail».

     

    «Plutôt que de riposter face à ces préjugés, les partis politiques» les «encouragent bassement dans leur quête de voix électorales», remarque Marco Perolini, d’Amnesty International.

     

    «Des femmes musulmanes se voient refuser des emplois et des jeunes filles ne peuvent aller en classe simplement parce qu’elles portent des vêtements traditionnels comme le foulard », a-t-il relevé. « Des hommes peuvent être licenciés car ils portent des barbes associées à l’islam.»

     

    «Porter des symboles religieux fait partie du Droit de Liberté d’expression»

     

    La législation européenne violée

     

    Amnesty International, une Organisation de Défense des Droits de l’Homme accuse les employeurs français de discriminer les musulmans juste parce que «les symboles religieux ou culturels agaceront les clients ou les collègues». Ils violent la législation européenne, qui «semble être inefficace (…), car nous observons un taux plus élevé de chômage parmi les musulmans, en particulier chez les musulmanes d’origine étrangère».

     

    Amnesty International pointe implicitement du doigt la France lorsqu’il est question de «l’interdiction de porter des vêtements (…) (qui) n’est pas la bonne approche». La France est sommée d’abroger ces articles de loi :

     

    Pour le gouvernement français :

    Abrogation des articles 1, 2, 3 et 5 de la loi 2010-1192 du 11 Octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans les espaces publics.

     

    Pour tous les gouvernements :

    Abstenez-vous de l’adoption des lois qui impose une interdiction générale du port du voile intégral.

     

    L’association AD2L (Les Amazones de la Liberté) se félicite d’un tel soutien, et déplore le manque d’écho dans la presse traditionnelle. « L’avenir nous dira donc si les médias français sont complices d’une stigmatisation programmée à visées électoralistes » explique la Présidente.

     

    Amnesty International dénonce également l’interdiction en Suisse pour les mosquées de construire des minarets, et le manque de lieux de culte obligeant les musulmans à prier dehors, notamment en Catalogne dans l’Est de Espagne. Cette Organisation connue et reconnue fait le bilan et a rédigé des conclusions que les associations françaises telles que le CCIF ou CRI essayent de relayer depuis des mois. La sonnette d’alarme est tirée.

     

    http://www.ajib.fr/2012/04/amnesty-international-tire-la-sonnette-dalarme-contre-lislamophobie-en-france/

    Lien permanent Catégories : france 0 commentaire
  • Ziad Takieddine est le fusible de l'agent israelien Nicolas Sarkozy, il vient de le comprendre et il balance enfin !

     Questions a Takieddine : Les retro-commissions n'ont jamais été arretées mais detournées, mais on l'a dit avant tout le monde ici, elle ont été detournées dans les reseaux Hariri-Jean-Luc Lagardere. Les deux ont été assassinés par le mossad. Tu savais que ton 'ami Hariri' etait sur la liste en 2005 et que Sarkozy avait besoin de cet argent pour etre elu en 2007, tu savais que le Qatar, la Libye et la Syrie ont aidé Sarkozy a reprendre le controle des retro-commissions apres la liquidation de Hariri directement ou indirectement en detruisant les resaux Chirac et en imposant les reseaux israeliens sarkozystes au Moyen Orient, pourquoi tu te tais ? 


    Sachant que l'argent que les Gaddafas t'ont donné pour Sarkozy en 2005 etait l'argent des contrats iraquiens (mais aussi saoudiens, pakistanais) pré-negociés par Jean Luc Lagardere avant l'invasion de 2003, pres de 3.5 milliards de dollars a l'epoque et que Paul Wolfowitz, l'israelien de l'administration Bush, a fait assassiné Lagardere en 2003 pour punir Chirac. 

    Dans ces retro-commisssions detournées, il y avait l'argent des contrats saoudiens, pakistanais, et meme algeriens. Hariri etait l'entremetteur pour la France. Pour une election présidentielles et des legislatives en France, il faut au bas mot 500 millions d'euros, en temps de crise, pour acheter le systeme en France et les parties politiques. Les pakistanais ont confirmé cette version des faits eux aussi, et l'argent des reseaux Hariri-Chirac a été blanchi par la banque de l'emir du Qatar, les banques libyennes de la famille Gaddafi apres accord entre toutes les parties, Squarcini a joué un role majeur dans cet accord entre Chiraquiens et Pasqua-Sarkozytes-Balladuriens, il est multi-millionnaire maintenant, mais on va siphonner ses comptes bientot. 

    La famille Al Assad sait tout ca aussi, mais ne pipe mot car complice et surement detentrice d'une partie de cet argent, notamment les contrats iraquiens. Parle une bonne fois pour toute ou tais toi! Car tout le monde sait deja ce que tu dis et tu n'avances rien de nouveau.  

    Quand au financier secret de Sarkozy, Claude Drey, lui aussi abattu a Neuilly par des clans chiraquiens de la DGSE?  Et les reseaux des cartels colombiens de la drogue basés a Miami et tres liés aux services israeliens et ce meme Claude Drey, et qui font transiter la drogue depuis l'Amerique du Sud en passant par le Maghreb-Sahel, (le Mali, le Niger ou le Nigeria entre autres) puis vers la Corse-Sardaigne, l'Ex-Yougoslavie, la Macedoine-Grece, la peninsule iberique, tu en sais un rayon sur l'argent de la drogue de Mohammed VI, des generaux Mediene et des DAF, des Trabelsi-Ben Ali, des Gaddafas, et des liens etroits avec Bernard Squarcini, Corbin de Mangoux, Gueant et l'UMP de Copé mais aussi les services de l'OTAN... A quand un livre la dessus ? 
     
    AS
     
    Islamic Intel Blog



    J’ACCUSE ET JE DÉNONCE

     

     

    En ces jours, où notre pays va faire un choix essentiel pour son avenir, j’accuse et je dénonce le fonctionnement d’un système qui sape les fondements de notre démocratie et bafoue les droits élémentaires du justiciable.

     


     

    Après plusieurs mois d’un harcèlement judiciaire permanent dans le cadre de mises en examen injustifiées et injustifiables, tant en droit qu’en fait, j’ai décidé de porter sur la place publique les éléments attestant de l’état de déliquescence du système mis en place par le pouvoir et de la façon dont ce dernier entend, pourtant, le faire perdurer, pour son bénéfice exclusif et personnel.

     

     

    En effet, afin de surmonter la crise tant économique que morale qui chaque jour affaiblit l’unité nationale, il est essentiel de mettre à bas le système actuel caractérisé par une corruption généralisée touchant le plus haut niveau de l’Etat.

     


     

    La situation atone de l’économie française marquée par une baisse sensible de la demande intérieure aurait du conduire le pouvoir à prendre des décisions aussi courageuses qu’intelligentes pour relancer la croissance, en mettant l’accent sur les contrats internationaux dans les secteurs où la France a toujours été performante (principalement l’armement, les transports et l’énergie).

     


     

    Souvenons-nous des paroles du président candidat expliquant qu’il irait chercher la croissance avec les dents en soulignant l’importance de ces grands contrats à l’exportation.

     


     

    Or comment dans un tel contexte expliquer et justifier les choix ineptes en matière de politique étrangère effectués depuis 2007 et qui ont conduit à la perte de plusieurs contrats pour ne citer que les plus fameux :

     


     

    - échec lors de la vente de réacteurs nucléaires à Abu Dhabi par le trio Areva/EDF/Total,

     

    - fiasco retentissant d’Alstom, pourtant grandissime favori, lors de l’appel d’offre du TGV Médine la Mecque ;

     

    - absence de notre pays dans le cadre des récents achats d’armement de l’Arabie Saoudite pour plus de 400 milliards de dollars !!!

     


     

    Je dénonce l’incapacité du pouvoir qui uniquement, guidé par la nécessité d’occuper de façon permanente l’espace médiatique, n’a jamais pris le recul nécessaire à une analyse approfondie, seule à même de permettre la prise de décisions efficaces et structurantes pour notre pays.

     


     

    Quelles sont les raisons qui ont poussé le pouvoir à privilégier la Libye, la Syrie et le Qatar, en ignorant de toute sa morgue l’Arabie Saoudite ? Alors même que ce pays reste l’acteur central et la seule puissance de nature à influencer efficacement les intérêts occidentaux dans le golfe et le monde arabo-musulman par sa position géographique, ses ressources et son leadership « moral ».

     


     

    A ce titre, les récentes dénégations du Président actuel quant à sa volonté, réelle et établie, de procéder à la vente de réacteurs nucléaires à la Libye sont aussi vaines que ridicules. Ce sont vos décisions ayez au moins le courage de les assumer.

     


     

    Je vais, pour ma part, en donner les raisons à nos compatriotes et dénoncer ainsi les personnes qui ont, depuis plusieurs années, dicté la politique étrangère de notre pays : Messieurs Claude Guéant, Bernard Squarcini, et Ahmed Djouhri qui se fait appeler Alexandre.

     


     

    J’accuse en effet ce triumviratd’avoir capté l’appareil de l’Etat et sous le motif de le servir, agir in fine pour des intérêts personnels.

     


     

    La composition hétéroclite de ce triumvirat laisse, au premier abord, songeur. En effet, quel lien peut il unir un haut fonctionnaire à l’image immaculé, le policier le plus influent de France depuis sa nomination à la tête de la DCRI et un ancien petit caïd de la banlieue parisienne, devenu l'intermédiaire "officiel" de quelques gros contrats français à l'export?

     

    La réponse est aussi simple qu’évidente : l’argent pas pour la France mais pour eux et vraisemblablement pour la personne qui les a mis en place !!!

     


     

    La gestion du dossier Libyen l’illustre au plus haut point.

     


     

    En juillet 2007, à peine élu Président de la République, Nicolas Sarkozy a rendu visite au colonel Kadhafi à Tripoli. Ce dernier sera reçu en visite officielle à Paris en décembre de la même année.

     


     

    Quelques mois plus tard, Cecilia Sarkozy fera l'aller-retour pour ramener les cinq infirmières bulgares et un médecin palestinien détenus dans les geôles libyennes, dans les conditions que j’ai largement détaillées dans mon ouvrage.

     

    Dans le même temps, sous le prétexte d'une nécessitée d'une collaboration et d’échange d’informations avec les services de renseignement libyens devenus "partenaires" obligés de la France, Bernard Squarcini "rentre en scène" en sachant pertinemment que le retour d'informations n'allait jamais être "exploitable".

     

    Mais pour le « triumvirat », peu importe, le but était de mettre en place un partenariat à sens unique avec la Libye, identifié comme un fromage, grassement financé par l'Emir du Qatar l'ami depuis 2007 de Nicolas Sarkozy (200 mds de dollars), pour les industriels français, qui par le plus grand des hasards ont tous le même intermédiaire, membre du "triumvirat" : Alexandre Djouhri.

     

    Il est pour le moins surprenant de constater que systématiquement Alexandre Djouhri soit missionné par les plus grandes sociétés française sur des dossiers pour lesquels son track record semble peu performant (en ce qui concerne l’Arabie Saoudite pour le moins si l’on se réfère aux échecs des contrats Miksa et du TGV Médine la Mecque où son partenaire historique, le groupe Al Bugshan, a été tout aussi efficace que lui !). Seule la volonté de s’attacher les bonnes grâces du pouvoir le justifie.

     

    Le schéma est simple et bien rodé : les groupes français mandate Alexandre Djouhri, ce dernier facture alors son intervention pour obtenir des contrats d’ores et déjà financés par le Qatar. A charge pour Alexandre Djouhri de gratifier utilement ses bienfaiteurs membre du fameux triumvirat et de disposer à leur égard de moyens de nature à acquérir les fidélités et obligeances des personnes ainsi récompensées.

     

    Je dénonce, dans ces conditions, tant les déclaration de Monsieur Guéant qui n’hésite pas à propos d’Alexandre Djouhri de dire, dans Le Nouvel Observateur du 24 avril 2011: « Il a une connaissance de l’économie et des affaires qui est utile à notre pays. », que celles de Monsieur Squarcini qui également dans le même périodique, en 2010, indique “Djouhri sert notre pays et le bleu, blanc et rouge.. Bien sur, il fait des affaires pour lui, mais il en fait profiter le drapeau”.

     

    Drapeau dans lequel il se drape afin de bénéficier d’une impunité totale.

     

    A cet égard, je dénonce et j’accuse une justice aveuglée qui, malgré mes demandes répétées d’actes, refuse sans motif d’entendre Alexandre Djouhri dans cadre de l’enquête sur le contrat SAWARI II, qui m a valu d’être mis en examen des chefs de complicité et de recel d’abus de biens sociaux et de blanchiment.
     
    Alors même que le détournement de1.500.000.000 francs soit 228.673.530 d’euros n’est intervenu que grâce à Alexandre Djouhri et au profit de son partenaire historique le groupe Al Bugshan et plus précisément les sociétés Parinvest et Issham.

    J’accuse et je dénonce une justice qui, sur des faits vieux de plus de 16 ans :
    - m’a convoqué à 10 reprises en l’espace de cinq mois ;
    - m’a « entendu », sans même m’écouter, pendant plus de 70 heures
    - et ce pour tenter obtenir des aveux sur des faits que je n’ai jamais commis ;
    - tout en refusant de me confronter à mes seuls accusateurs Messieurs Aris et Menayas.
    Seule une justice aux ordres, désirant faire taire un témoin gênant, peut se livrer à un tel harcèlement à l’égard d’un justiciable, qui doit pourtant bénéficier d’un traitement identique et équitable comme n’importe lequel de ses compatriotes.

     

    Et seul un système implacable et déterminé est en mesure d’imposer de telle pratique à une justice dépassée, dépourvue de tout moyen et manipulée.
    J’accuse et je dénonce, les méthodes exécrables de ce triumvirat, qui gère la France depuis 2007, n’hésitant pas à recourir aux intimidations, pressions, harcèlement, écoutes téléphoniques, perquisitions et multipliant les atteintes à la vie privée des citoyens.

    J’accuse et je dénonce la volonté farouche de ce triumvirat de m’éliminer par tous moyens me privant de mes droits, bafouant mon honneur, m’interdisant d’exercer mon activité professionnelle et me supprimant un à un tout soutien.

     

    Sans doute est-ce un hommage du vice à la vertu.

     

    Un homme seul tel que je le suis serait il si puissant et dangereux pour le système en place ?

     J’ai tendance

    à le penser !

     

    Et c’est pourquoi j’accuse et je dénonce ce système qui, jour à après jour, détruit notre pays, asservi ses élites, instrumentalise sa justice et le conduit imperceptiblement à sa ruine.Ce système est à bout de souffle, ensemble unissons nos efforts pour y mettre un terme et permettre à notre pays de porter ses valeurs intemporelles.

     

    24/ 04 / 2012

     

    Lien permanent Catégories : moyen orient, Proche-Orient 0 commentaire
  • Le Qatar et le pétrole du Sahel

    Le Qatar et le pétrole du Sahel (via http://stcom.net)

    L’émirat du Qatar, sous-traitant des opérations occidentales en Libye et en Syrie, fer de lance avec les pétromonarchies voisine de la répression du « printemps arabe » au Bahrein, qui ne cesse de racheter des actifs en Europe et de propager sa propagande via la chaîne Al-Jazeera, est aussi…

    Lien permanent Catégories : moyen orient 0 commentaire
  • Le déploiement des radars sophistiqué à Gaza

     Le déploiement des radars sophistiqué à Gaza

    IRIB-L'Armée du régime sioniste a déployé des radars sophistiqués sur ses frontières avec gaza.

    Ces radars sont capables de prendre des images, de déterminer les positions à proximité des frontières ainsi que d'avertir les militaires sionistes afin d'ouvrir le feu sur les palestiniens. En allusion au fait que ces radars sont capable d'intercepter des missiles israéliens, les sources bien informées ont déclaré que ces radars pourront être contrôlés via la mer, l'air et la terre. Le déploiement des radars sophistiqués par le régime d'Israël à Gaza intervient alors que les autorités de ce régime ont émis des réserves sur l'efficacité de leur système balistique appelé "Dôme de fer" .

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 1 commentaire
  • "Israël" légalise trois colonies sauvages

    "Israël" légalise trois colonies sauvages
     

    colonies israéliennesL’entité sioniste a légalisé mardi trois colonies sauvages. Le gouvernement israélien a autorisé a posteriori les colonies de Bruchin (350 sionistes), Rechelim (240 sionistes), dans le nord de la Cisjordanie et Sansana (240 sionistes), dans le sud du territoire palestinien.

    Un comité ministériel a "décidé de formaliser les statuts de trois communautés établies dans les années 90 à la suite de décisions de gouvernements précédents", a indiqué le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

    Un responsable israélien a prétendu que "la décision ne change pas la réalité sur le terrain" et n'implique pas l'établissement "de nouvelles colonies ni l'extension de colonies existantes".

    Une réponse à la lettre d’Abbas

    Côté palestinien, "la décision de légaliser trois colonies sauvages est la réponse prévue à la lettre du président Abbas au Premier ministre Netanyahu", a déclaré à l'AFP le porte-parole de M. Abbas, Nabil Abou Roudeina, appelant "le gouvernement israélien à cesser immédiatement les actions unilatérales, en particulier la colonisation".

    Le négociateur palestinien Saëb Erakat a remis le 17 avril à Netanyahu une lettre de doléances de M. Abbas exigeant pour reprendre les négociations une série d'engagements: discussions sur la base des lignes de 1967 "avec des échanges de territoire mineurs et mutuellement agréés", gel de la colonisation, libération des détenus palestiniens et retour à la lettre des
    accords signés.

    Le Premier ministre israélien doit adresser sa réponse au président palestinien "dans les deux semaines", via son émissaire personnel Yitzhak Molcho.

    Mais les responsables palestiniens anticipaient une réponse négative en s'apprêtant à relancer leurs démarches aux Nations unies.

    "La question de la lettre palestinienne et de la réponse israélienne ne doit pas être surestimée, car nous connaissons la réponse israélienne", a souligné lundi une dirigeante de l'Organisation de libération de la Palestine
    (OLP), Hanane Achraoui.

    "Il faut aller à l'ONU et continuer à faire pression sur la communauté internationale pour qu'elle mette Israël face à ses responsabilités. La prochaine étape devrait être l'Assemblée générale de l'ONU", habilitée à accorder à la Palestine le statut d'Etat non membre, a-t-elle déclaré à la radio officielle "Voix de la Palestine".

    ONG anti-colonisation


    Pour Hagit Ofran, une responsable du mouvement israélien anticolonisation "La Paix maintenant", "le gouvernement israélien prouve quelle est sa véritable politique, qui est de construire de nouvelles colonies plutôt que de se diriger vers la paix".

    "C'est la première fois depuis 1990 que le gouvernement décide de l'établissement de nouvelles colonies, et la manoeuvre du gouvernement, de mettre sur pied un comité pour l'établissement de colonies, est un tour de passe-passe pour cacher (sa) véritable politique", a-t-elle ajouté.

    Aux yeux de la communauté internationale, toutes les colonies sont illégales, qu'elles aient ou non été autorisées par le gouvernement israélien.
     
    Plus de 340.000 colons israéliens habitent en Cisjordanie occupée et plus de 200.000 dans des quartiers de colonisation à l’Est de Jérusalem occupée.

     

    Source: Agences

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • Manœuvres militaires sino-russes en mer Jaune, Découverte des équipements chinois lors des exercices militaires conjoints sino-russes

    Les manoeuvres navales conjointes entre la Chine et la Russie doivent durer six jours.
    Les manoeuvres navales conjointes entre la Chine et la Russie doivent durer six jours.
    D.R.

     

    Par RFI

    Ce dimanche 22 avril ont débuté les premiers exercices maritimes conjoints entre Russes et Chinois près de la ville de Qingdao. Ces manœuvres, qui doivent durer six jours, interviennent au moment où les tensions ressurgissent entre la Chine et ses voisins asiatiques.

     

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

     

    Le croiseur Vayrag et trois navires tueurs de sous-marins sont venus directement de Vladivostok pour l’occasion : au total plus de 20 bâtiments de guerre participent à ces manœuvres baptisées « Union sur la mer 2012 » et lancées officiellement ce 22 avril au matin depuis le port de Qindao dans le Shandong - à l'est de la Chine - par le vice-amiral Leonid Soukhanov.

     

    Selon la télévision d’Etat CCTV, des opérations de défense anti-aériennes, de tactiques anti-sous-marines, de surveillance électronique et de sauvetage seront effectuées pendant ces six jours. Selon un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, ces opérations sont « prévues depuis longtemps entre la Chine et la Russie, et ont pour but de maintenir la paix régionale et la stabilité ».

     

    Main dans la main pour bloquer les actions de l’ONU en Syrie, Pékin et Moscou ont ici les pieds dans l’eau, bien décidés à se serrer les coudes dans la bataille du Pacifique. C’est en effet en Asie que les Etats-Unis doivent recentrer leurs forces, comme l’a annoncé le président Barack Obama lors de sa visite dans la région en novembre dernier. C’est aussi dans les mers de Chine que les tensions vont grandissantes ces derniers temps.

     

    En début de semaine, les autorités chinoises ont critiqué les manœuvres navales des marines philippines et américaines près de l’archipel des Spratleys. Vendredi le patrouilleur porte-hélicoptères Yuzheng 310 - « navire de surveillance de la pêche le plus avancé de Chine » selon le Quotidien du Peuple - a été dépêché sur place officiellement pour protéger les pêcheurs chinois.

    Malgré les différends récents sur la copie de technologies militaires russes par les Chinois, les deux armées élargissent donc aujourd’hui un partenariat stratégique et militaire jusqu’alors centré sur l’Asie centrale, dans le cadre de l’Organisation de coopération de Shanghaï.

    Le destroyer Harbin

    Le destroyer Harbin

    La frégate Mianyang

    La frégate Mianyang

    La frégate Luoyang

     

    Le navire de ravitaillement Hongzehu

    Le navire de ravitaillement Hongzehu

    Le navire-hôpital Arche de paix

    Le navire-hôpital Arche de paix

     

    L'avion de combat du modèle Jian-8

     

    L'avion de combat du modèle Jian-7

    L'hélicoptère « Z-9 »

    L'hélicoptère « Z-9 »

    http://french.china.org.cn/txt/2012-04/23/content_25215948_2.htm

    Lien permanent Catégories : asie 0 commentaire