• Palestine - « Jenin Jenin » - vidéo sur l’un des nombreux Oradours israéliens - 2002

     Film de Mohamed Bakri (2002 - 50 mn)

     

    Le massacre de Jénine en 2002, l’un des oradours commis par Israël.

     

    À IYAD SAMOUDI
    producteur exéxutif de "jenin Jenin"
    assassiné à Alyomoun par
    les soldats israéliens immédiatement
    après le tournage de ce film
    le 23 juin 2002
    Mohamed Bakri

     

    Pour acheter ce film afin de soutenir la lutte et pour avoir une meilleure qualité d’image, c’est ici :

     

    http://www.palestineonlinestore.com…

     


     

     

    SNIPERS À JÉNINE

     

     

    Cliquez sur la photo pour la voir en grand
    Agrandissez la nouvelle page et cliquez F11

     

        Texte du 2 mars 2004 : La photo montre quelques-uns des assassins du peuple palestinien. Je trouve très expressif ce visage du sionisme. On voit immédiatement qu'à Jénine, les sionistes ont exterminé tout ce qu'ils ont pu et que, bien sûr, c'est le chiffre palestinien de 500 morts qui est le bon. Jénine, ce n'était pas un film d'horreur intitulé "massacre au bulldozer", Jénine, c'était la réalité du projet sioniste. Même si tout a été fait pour le masquer, même si, sous la pression d'un réseau d'influence qui prétend ne pas exister, le film palestinien "Jenine, Jenine" a été censuré sur ARTE, et remplacé par un film bien plus anodin reprenant à peu près le chiffre officiel israélien d'environ 50 morts, il n'en est pas moins vrai qu'à Jénine tout un quartier fut rasé alors que les habitants étaient encore dans les maisons, puisqu'il y avait simultanément couvre-feu, et que quiconque sortait de chez lui se faisait aligner par de gentils messieurs comme ceux que l'on peut voir sur la photo.

        Vous trouverez quelques autres précisions dans le journal N° 75 du 12 avril 2003 (Un futur Jénine géant à Bagdad ?)

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • Le partage Afghan

     

     

     

    Notre Président (ou notre gouverneur), Monsieur Hollande, s'est aujourd'hui rendu en Afghanistan. Après avoir atterri à Kaboul avec l'Air Force One de Sarko qu'il avait critiqué, il a pris l'hélicoptère pour se rendre dans une base militaire française afin de rencontrer nos soldats encore vivants (mais dont au moins l'un d'entre eux mourra certainement).

     

    A la descente, sa cravate s'est posée sur son épaule gauche (près de son cou) comme si le Vent voulait le chasser (ou le pendre), un moment rare et précieux ou même un flan peut se transformer en un Hulk pudding. Merveilleux ! Question: Où étaient planqués les ventilateurs ?

     

    Il a voulu leur dire qu'il était avec eux dans ce conflit, qu'il les soutenait. Il ne leur a pas dit qu'il aimait la poésie. Nos soldats ont ensuite entonné à 400 une "émouvante" (selon BFM) Marseillaise à capella pour lui rendre hommage. 

     

    Ensuite, Monsieur Hollande a fait une allocution de l'ambassade de France à Kaboul pour nous dire avant de s'enfuir (partir) qu'il fallait rester pour mieux partir avant que les Talibans restés non loin de chez eux reviennent et voient ce qu'il reste: que des restes humains (militaires et civils). Fin de partie.

     

    Après un  passage éclair de six heures, il est reparti, Fabius aura l'occasion de revenir dans quelques semaines (maximum) pour rapatrier des corps, avant de repartir.

     

    Voici maintenant pour vous une carte du bordel Afghan: une dizaine de nations occidentales qui se partagent le territoire car, évidemment, il faut la paix, la sécurité, et l'amour; car évidemment, ces pays ne cherchent rien d'autres...

     

     

     

    Marc Bildermann pour WikiStrike

     

    bordel afghan-copie-1 

    Lien permanent Catégories : asie 0 commentaire
  • LA FRANCE EST-ELLE DEVENUE UNE COLONIE ISRAÉLIENNE ?

     Chaque produit israélien acheté est comme une balle qui tue des Palestiniens !Tel est le propos qui vient d’être condamné par la censure officielle en nôtre beau pays de France. En effet, Le tribunal a jugé Olivia Zémor coupable d’avoir diffusé sur le site de la CAPJPO une vidéo qui reproduisait cette phrase, prononcée par le maire du village palestinien d’Al Masara, entouré par le Mur de l’appartheid en Cisjordanie. On comprend pourtant que le maire de ce village ait eu envie de dire ce qu’il pensait. En effet, regardez donc cette vidéo-reportage très explicite au sujet de l’un des nombreux Oradours israéliens effectué, celui-ci, à Jénine du 1 au 13 avril 2002 :

    Boycott de produits israéliens : amende confirmées pour des militantes propalestiniennes

    http://www.assawra.info/spip.php?article43

    jeudi 24 mai 2012, par al Oufok

    La justice française a rendu deux décisions défavorables à des militants propalestiniens, impliqués dans des appels au boycott des produits israéliens dans des supermarchés en région parisienne et près de Bordeaux (sud-ouest), a-t-on appris jeudi de sources judiciaires.

    Dans la première affaire, la cour d’appel de Paris a infirmé jeudi la relaxe d’une militante propalestinienne et l’a condamnée à 1.000 euros d’amende avec sursis pour avoir mis en ligne en juillet 2009 une vidéo tournée dans un supermarché d’Evry (sud de Paris) appelant au boycott des produits israéliens.

    La présidente de l’association CAPJPO-EuroPalestine, Olivia Zemor, a été reconnue "coupable d’avoir provoqué à la haine ou à la violence à l’égard d’un groupe de personnes, les producteurs israéliens, à raison de leur appartenance à une nation déterminée, l’Etat d’Israël".

    Elle devra également verser un euro de dommages et intérêts au Bureau de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) et à la chambre de commerce France-Israël, ainsi que 1.500 euros au titre des frais de justice. Diffusée sur le site de l’association, la vidéo montrait des militants appelant au "boycott d’Israël" lors d’une manifestation dans un supermarché le 4 juillet 2009 à Evry. Cette action s’inscrivait dans une campagne destinée à lutter contre "l’illégalité" de l’exploitation économique par Israël des territoires occupés après 1967, selon ses promoteurs.

    En première instance, les juges avaient estimé que la diffusion de la vidéo, dans le cadre d’une campagne soutenue par des personnalités "non susceptibles de se voir imputer une attitude hostile vis-à-vis du peuple israélien", ne constituait pas une "provocation à la discrimination, la haine ou la violence".

    La cour d’appel de son côté a estimé qu’"en choisissant de diffuser ces propos outranciers et notamment l’affirmation selon laquelle acheter un produit en provenance d’Israël équivaut à acheter une balle qui va tuer un enfant palestinien, (…) Olivia Zemor a incité à la haine ou à la violence". Dans la seconde affaire, la Cour de cassation, plus haute instance judiciaire française, a rejeté le pourvoi formé par une militante de la Ligue des droits de l’Homme qui avait apposé un autocollant "boycott apartheid Israël" sur des jus de fruits dans un supermarché de la région de Bordeaux (sud-ouest), rendant ainsi définitive sa condamnation.

    (24 mai 2012 - Avec les agences de presse)

    Voici le site internet de la CAPJPO d’Olivia Zemor :

    http://www.europalestine.com

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • Amnesty "délégitime" Israël

    JPEG - 39.7 ko

    Dans son dernier rapport sur la situation des droits de l’homme dans 155 pays, Amnesty International condamne Israël, ses destructions, emprisonnements, torture, son mur, ses annexions et colonies. Un vrai modèle de démocratie ! Une intolérable "déligitimation" diront les soutiens inconditionnels des fascistes au pouvoir en Israël. Et d’ailleurs pourquoi pointer Israël, alors que cela va mal dans bon nombre d’autres pays, n’est-ce pas ? Réponse : une occupation et une colonisation qui s’emploient, depuis plus de 60 ans, AVEC NOTRE AIDE, à chasser par la répression tout un peuple de ses terres, n’a pas son équivalent.

    Amnesty relève qu’Israël a tué 55 civils, dont 11 enfants, dans la Bande de Gaza et en Cisjordanie en 2012.

    La répression brutale, parfois mortelle, contre des manifestations pacifiques des Palestiniens est mise en exergue. Mais aussi la crise humanitaire créée par le blocus de Gaza, la construction du Mur qui annexe des terres palestiniennes et sert de prétexte pour implanter de nouvelles colonies.

    Amnesty condamne également la destruction de très nombreuses maisons et autres infrastructures palestiniennes en Cisjordanie et à l’intérieur d’Israël où des villages entiers "non reconnus par Israël" ont été rasés.

    L’ONG souligne par ailleurs qu’Israël ne traduit que très rarement en justice les Israéliens, et notamment les colons qui s’attaquent aux Palestiniens, rappelant que ces derniers ont tué 3 Palestiniens l’année passée.

    Le rapport s’en prend également à l’emprisonnement de milliers de prisonniers palestiniens, dont 307 en détention administrative. Les tribunaux militaires, la pratique de la torture et les mauvais traitements dont ils sont victimes sont également dénoncés.

    CAPJPO-EuroPalestine

    http://www.europalestine.com/spip.p...

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • Les americains et les francais ont volé l'argent des libyens

    Les americains et les francais ont volé l'argent des libyens en Europe soit 850 milliards d'euros. Il est evident que Al Baghdadi vivant a condamné Sarkozy a la prison. Mais le demantelement des reseaux juifs sionistes doit se faire et permettre de detruire les partis politiques, les loges maconniques, et une bonne partie des services (interieur, defense, justice) a Paris. Des enquetes qui semeront la destruction des reseaux coloniaux dans tout le Maghreb. La France et ses elites racialistes sionistes a un grand besoin d'un veritable 'Printemps Arabe'!

     

    Chantage d’Etat autour des fonds secrets libyens

    Il est l’un des hommes clés de l’affaire Kadhafi/Sarkozy. Ecroué en Tunisie depuis neuf mois, l’ancien premier ministre libyen Baghdadi Ali al-Mahmoudi, qui a reconnu avoir lui-même « supervisé » le financement occulte de Nicolas Sarkozy par la Libye en 2007, se retrouve aujourd’hui au centre d’un marchandage d’Etat. Menacé cette semaine d’une extradition rapide vers la Libye par le ministre tunisien de la justice, l’ex-chef du gouvernement libyen a fait l’objet de « pressions »pour livrer les secrets bancaires de l’ancien régime, selon l’un de ses avocats à Paris, Me Marcel Ceccaldi.
    Alors qu’avocats tunisiens et français s’étaient disputé il y a quelques semaines le leadership de la défense de Baghdadi Ali al-Mahmoudi, ils sont désormais d’accord pour déjouer coûte que coûte le scénario d’une extradition précipitée.

    M. BaghdadiM. Baghdadi© Reuters
    Le chef des services secrets libyens, Salim El Hassi, accompagné d’un leader islamiste tunisien, a rendu visite, le 5 mai, à Paris, à Me Marcel Ceccaldi pour lui proposer une « négociation globale », incluant également le sort d’autres dignitaires en fuite, parmi lesquels Bachir Saleh, l’ancien directeur de cabinet de Mouammar Kadhafi, et Sabri Shadi, ancien dirigeant de la compagnie aérienne Afriqiyah Airways.
    « Il y a quinze jours, le chef actuel des services de renseignements libyens, Salim El Hassi, est venu me rencontrer à Paris, avec son directeur de cabinet et un membre du bureau politique d’Ennahda, Saïd Ferjani. Ils sont descendus au Georges V et je les ai invités au Fouquet’s », explique Me Ceccaldi, qui a conservé la note de restaurant et les cartes professionnelles de ses visiteurs.« Ils m’ont dit : “Ne faites pas d’actions sur le plan international”, confie Me Ceccaldi. Ils demandaient que le premier ministre livre les clés des comptes libyens à l’étranger. »
    Salim El Hassi, opposant historique à Kadhafi ayant participé dans les années 1980 à une tentative de coup d'Etat contre le dirigeant libyen, a été nommé en février dernier par le Conseil national de transition (CNT) à la tête des services secrets du pays. En déplacement à l’étranger, selon le CNT, il n’a pu être joint par Mediapart. Saïd Ferjani est de son côté un pilier du parti islamiste Ennahda, qui détient en Tunisie les portefeuilles de premier ministre et ministre de la justice.
    Contacté jeudi 24 mai par Mediapart, M. Ferjani a confirmé les« discussions officieuses » révélées par l’avocat parisien. « C’est une discussion entre la partie libyenne et Me Ceccaldi. J’ai essayé d’être une catalyse entre ces gens. Les Libyens voulaient récupérer l’argent de M. Baghdadi, qui appartient à l’Etat libyen. C’est tout à fait légitime. M. Ceccaldi a des informations sur ce sujet. Les gens qui font partie de l’ancien régime sont assez dangereux et ils ont de l’argent. Les Libyens veulent que ces gens-là cessent de causer des problèmes. C’est un problème de sécurité », assure le responsable islamiste tunisien.
     

    Confusion au sommet en Tunisie

    Me Ceccaldi assure avoir indiqué à ses interlocuteurs que le déblocage des fonds libyens ne dépendait pas du bon vouloir de l’ancien premier ministre incarcéré, mais de celui des Etats occidentaux qui en sont à l’origine. Il leur a, en revanche, demandé la libération de Baghdadi Ali al-Mahmoudi, ainsi que la levée du mandat d’arrêt visant Bachir Saleh. Selon l’avocat, le représentant du parti Ennahda, Saïd Ferjani, par ailleurs conseiller du ministère de la justice, a rendu visite dès son retour en Tunisie à l’ancien premier ministre libyen en prison.
     
    M. FerjaniM. Ferjani© Reuters
    « Oui, je l’ai vu en détention, confirme M. Ferjani. M. Baghdadi a menacé plusieurs fois de se suicider. Il a aussi essayé de s’échapper de la prison et ce n’est pas acceptable. Quant à son extradition, les Tunisiens ont eu des garanties sur les droits de l’homme en Libye. Il paraît que la situation n’est pas aussi mauvaise que certains le craignent. »
     
    De fait, quelques jours après la visite de M. Ferjani en prison, le ministre de la justice tunisien, Noureddine Bhiri, lui aussi membre d’Ennahda, annonçait l’extradition imminente de l’ancien dirigeant libyen. Il a ainsi fait savoir, le 22 mai, à l’agence Reuters, que « le gouvernement a décidé l’extradition de M. Mahmoudi et qu’il restait juste quelques formalités à effectuer ».
    Mais l’information a été contredite dès le lendemain par les porte-parole du président de la République tunisienne, Moncef Marzouki, issu du parti Congrès pour la République. La présidence reconnaît avoir en effet donné son aval pour l’extradition, mais elle assure qu’elle ne sera mise en œuvre que « sous réserve de certaines garanties ». Une façon de temporiser et de calmer l’opposition à cette extradition, dénoncée par plusieurs associations de défense des droits de l’homme compte tenu de l’instabilité institutionnelle de la Libye. 
    « L’ancien premier ministre m’a dit : “Ils ne me veulent pas en tant que personne physique mais pour les dossiers que j’ai”,explique de son côté Me Mabrouk Kourchid, avocat de l’ancien premier ministre libyen à Tunis. Il y a une volonté internationale de l’incarcérer. Nous sommes très inquiets. Nous craignons, comme des organisations des droits de l’homme l’ont souligné, qu’une fois extradé, il soit torturé, tué ou exécuté. Jusqu’à présent aucun pays n’a encore extradé d’agent de Kadhafi. »
    Le 25 octobre dernier, l’ancien premier ministre avait publiquement déclaré devant la cour d’appel de Tunis  : «Oui, en tant que premier ministre, j’ai moi-même supervisé le dossier du financement de la campagne de Sarkozy depuis Tripoli, des fonds ont été transférés en Suisse et Nicolas Sarkozy était reconnaissant pour cette aide libyenne et n’a cessé de le répéter à certains intermédiaires », selon l’un des avocat présents, Me Mehdi Bouaouaja.
    Un autre avocat présent à l’audience, Me Slim Ben Othman, a précisé à Mediapart : « Baghdadi Ali al-Mahmoudi a dit avoir remis à une délégation française envoyée par Sarkozy de l’argent, beaucoup d’argent, des millions d’euros en liasses de billets. Il a des documents comptables. On ne remet pas des millions d’euros sans aucune signature. »

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Des musulmans de Sydney réalisent un « flash mob » contre les massacres en Syrie

     Des musulmans de Sydney réalisent un « flash mob » contre les massacres en Syrie

     

    Le samedi 19 mai des jeunes australiens musulmans activistes ont organisé une manifestation flash mob contre le régime syrien à Sydney. Le groupe de 90 personnes ont organisé la confrontation flash-mob de protestation pour sensibiliser le conflit en Syrie.

     

    Un « flash mob », ou « foule éclair » en français est le rassemblement d’un groupe de personnes dans un lieu public pour y effectuer des actions convenues d’avance, avant de se disperser rapidement. Le rassemblement étant généralement organisé au moyen d’Internet, les participants ne se connaissent pas pour la plupart.

     

    Les militants habillés en treillis de l'armée rejouent ce que vivent les syriens dans le régime de Bachar Assad en visant avec de faux pistolets des femmes et des enfants sans défense.

     

    Le flash mob, qui s'est tenue à 13 heures, a pris fin avec la libération d'une bannière sur l’une des autoroutes les plus fréquenté indiquant « Le silence est trahison ».

     

    L’organisateur Mohsen Saleh, 22 ans, a déclaré avoir eu cette inspiration en visionnant une vidéo sur YouTube d'un flash mob similaire au Canada.

     

    « C'est une action très puissante à mon avis. Un grand silence. Tout le monde s'arrête et regarde » a déclaré Saleh.

     

    Fiona Fonti, un passant confirme l’effet surprise, « C'est assez frappant. C’est différent des manifestations où vous ne savez pas vraiment ce qui se passe, les gens crient et chantaient, mais c'est vraiment différent. »

     

    Les Nations Unies comptent plus de 9 000 morts en Syrie depuis le soulèvement national qui a commencé en début d'année dernière.

    Lien permanent Catégories : Océanie 0 commentaire
  • Amnesty International fustige l'impunité de Bush et s'interroge sur la mort de Ben Laden

     

    Amnesty International s'est alarmée mercredi de l'impunité dont jouissent les anciens responsables de l'administration Bush en matière de violations des droits de l'homme et elle a regretté l'absence de clarification des Etats-Unis sur la mort de Ben Laden.

     

    Dans son rapport annuel 2011, l'organisation fustige le gouvernement canadien pour son "incapacité à arrêter l'ancien président américain George W. Bush quand il était en visite en Colombie britannique, en dépit des preuves attestant de sa responsabilité dans des infractions au droit international, comme la torture".

     

    "Personne n'a été reconnu responsable pour les violations des droits de l'homme commises sous l'administration Bush" dans le cadre du programme de la CIA de détention secrète, ajoute Amnesty, regrettant "l'impunité" dont bénéficient les dirigeants de l'ancienne administration républicaine.

     

    En juin, le ministre américain de la Justice a annoncé, à deux exceptions près, l'arrêt des investigations dans ce domaine alors même que la torture faisait partie du programme de la CIA pour des détenus qui encourent aujourd'hui la peine de mort dans des "procès injustes", note Amnesty.

     

    L'organisation dénonce aussi "l'usage excessif de la force" sur le territoire des Etats-Unis, mais aussi au Yémen ou au Pakistan dans la lutte antiterroriste américaine.

     

    Elle demande que les autorités américaines s'expliquent sur la mort d'Oussama ben Laden, le 1er mai 2011 à Abbottabab au Pakistan. "L'administration américaine a dit clairement que l'opération avait été menée selon la théorie américaine d'un conflit mondial armé entre les Etats-Unis et Al-Qaïda dans laquelle Washington ne reconnaît pas la législation internationale sur les droits de l'homme", écrit Amnesty.

     

    "En l'absence de plus de clarifications des autorités américaines, la mort d'Ousama ben Laden apparaîtrait illégale", ajoute l'organisation, qui dit ne pas avoir reçu non plus de réponse de Washington, fin 2011, à ses demandes d'explication sur la mort de l'imam américano-yéménite Anwar Al-Aulaqi et celle de l'Américain Samir Khan en septembre au Yémen. Amnesty craint que ces morts ne s'apparentent à des "exécutions extrajudiciaires".

     

    L'organisation de défense des droits de l'homme s'alarme aussi du processus judiciaire réservé aux détenus de Guantanamo, soulignant qu'un seul de ces hommes, le Tanzanien Ahmed Ghailani, avait été traduit devant un tribunal de droit commun, fin 2011.

     

    Le rapport déplore que les cinq accusés des attentats du 11-Septembre, après neuf ans de détention dont quatre au secret, soient finalement traduits devant une justice militaire controversée, et que le Saoudien Abd-Al-Rahim Nachiri puisse être "maintenu en détention illimitée même s'il est acquitté".

     

    Il souligne que 171 hommes restaient détenus à Guantanamo fin 2011 (169 aujourd'hui, ndlr) en dépit des promesses du président Barack Obama de fermer la prison.

     

    Le Canadien Omar Khadr, qui devait être transféré en octobre au Canada en vertu d'un accord entre Washington et Ottawa, est toujours à Guantanamo à ce jour. "Le gouvernement canadien n'avait pas mis en œuvre de décision pour son transfert à la fin 2011", accuse le rapport.

     

    Amnesty "s'inquiète des conditions de détention cruelles" persistantes dans les prisons américaines et relève que 43 hommes ont été exécutés par injection létale en 2011, portant à 1.277 le nombre d'exécutions depuis le rétablissement de la peine de mort aux Etats-Unis en 1976.

     

    Elle se félicite cependant que l'Illinois ait aboli la peine capitale et que le gouverneur de l'Oregon ait imposé un moratoire. Depuis, le Connecticut est devenu le 17e Etat américain à abolir la peine de mort.

    Lien permanent Catégories : Web 0 commentaire
  • Caledoun, une exposition retraçant l’histoire des « Arabes » en Nouvelle-Calédonie

    A vos mémoires!

    Dans le cadre de l’Année des Outre Mers, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie avec le soutien de la Maison de la Nouvelle-Calédonie à Paris, organise en partenariat avec l’Institut du Monde arabe la mise en lumière de l’histoire des Arabes de Nouvelle-Calédonie.

    Caledoun, affiche

    Cette manifestation, appelée « Calédoun 2011 », à laquelle la commune de Bourail et l’Association des Arabes de Nouvelle-Calédonie prendront une part active, s’articule autour d’une exposition, avec projections de films, conférences et débats, témoignages et rencontres sur trois thèmes majeurs : l’histoire de cette émigration forcée, l’enracinement de cette communauté à partir d’exemples matériels et la situation actuelle.

    Afin d’illustrer l’exposition, les différents responsables, relayés sur place par l’Association des Arabes, auraient besoin de la contribution des descendants des Arabes pour le prêt de photographies anciennes, lettres et documents pouvant témoigner de la vie quotidienne à cette époque.

    Merci de contacter Myriam au 79 34 34.

    Retrouvez le calendrier des conférences et projections ici, et un article de l’historien José-Louis Barbançon sur ce thème, accompagné de la liste des déportés, transporté et relégués – rahimahum Allah - sur ce lien.

     

    Ces informations sont diffusées via le site de la mairie de Bourail :

    http://www.mairie-bourail.nc/

    Lien permanent Catégories : Kanaky 0 commentaire
  • La Cisjordanie vers une troisième intifada ?

     

     
    Al-Khalil – CPI

    Les affrontements entre les jeunes palestiniens et les forces sionistes d'occupation, en Cisjordanie, peuvent se transformer à tout moment en une intifada, une troisième intifada, disent des sources politiques et médiatiques.

    Bien que les caractéristiques de ce qui se passe actuellement soient différentes de l’atmosphère de l’intifada d’Al-Aqsa de l’an 2000, dans la forme comme dans le fond, des observateurs croient que les éléments d’une explosion à venir sont là, mais ils sont gelés jusqu’au moment où l’intifada éclatera pour répondre aux violations incessantes de l’occupation.

    Affrontement sans attaque

    On dit que l’attaque est la meilleure défense. Et durant l’intifada d’Al-Aqsa, après chaque attaque de la résistance contre les colonies, les occupants sionistes étaient dans un désarroi total. Pareillement, lorsque les occupants attaquent, ce sont les résistants qui se trouvent désorientés.

    Actuellement, le problème est que les Palestiniens sont sur la défensive ; c’est pour cette raison que les colons augmentent leurs attaques contre les villages, les maisons, les mosquées, les fermes et les véhicules. De plus, les arrestations sont pratiquées même dans les villes qui sont normalement sous l’autorité palestinienne !

    L’analyste Dr. Abdou Assattar Qassem dit à notre Centre Palestinien d’Information (CPI) que ce qui se passe actuellement en Cisjordanie, ce ne sont pas de vrais affrontements avec les occupants sionistes. Ce sont les colons qui attaquent les Palestiniens, encouragés par l’argent comme par les armes pour terroriser les Palestiniens. Et les services de sécurité de l’autorité de Ramallah enchaînent les mains des Palestiniens qui ne peuvent même pas se défendre, sans parler des fardeaux économiques. Parler d’une troisième intifada n’est que des paroles en l’air.

    Le problème, ajoute Qasser, c’est que les résistants palestiniens font toutes sortes de sacrifices, mais malheureusement, beaucoup ne comprennent pas que ces sacrifices sont pour eux, pour leur cause. Un état de méfiance règne entre les factions palestiniennes, et si cela continue, les agressions des occupants et leurs colons ne feront qu’augmenter.

    Une ligne de conduite en échec

    En cette année 2012, les violations de l’occupation sioniste, dans la ville d'Al-Quds et en Cisjordanie, sont plus grandes et plus dangereuses que celles de l’an 2000 où l’intifada d’Al-Aqsa a ébranlé les occupants et frappé leur économie.

    Le député Bassem Az-Zaarir croit de son côté que l’atmosphère de l’Intifada est très différente de celle qui règne actuellement. A l’époque, le mouvement du Fatah et l’autorité avaient décidé de participer à l’Intifada ; il y avait également eu un accord entre la population et les factions palestiniennes. Toutes ces factions ont donné des martyrs, ainsi que le service palestinien de sécurité.

    Mais maintenant, ajoute Az-Zaarir en se confiant au correspondant du Centre Palestinien d’Information (CPI), l’autorité interdit toute action et sème la peur au sein de la population. Les conditions sont largement différentes.

    Finalement, tout Palestinien s’attend à un changement de la vie politique actuelle chargée de mots ennuyants comme Conseil de sécurité, Organisation des Nations Unies, déclaration de l’Etat, condamnation de la colonisation, des assassinats, des arrestations, des destructions, des confiscations. Aucun Palestinien ne se sent en sécurité, même dans sa maison ; à tout moment, on peut être le sujet d’une agression des colons, d’une décision de déportation, d’une démolition. Tout cela à cause d’un abandon de la politique de l’équilibre des terreurs.

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • JO-2012 et Danemark : Une gifle au Sionistan

    JO-2012 et Danemark : Une gifle au Sionistan
    La cérémonie d'ouverture des jeux Olympiques de Londres ne sera pas ponctuée par une minute de silence commémorant la mort des 11 athlètes israéliens tués il y a 40 ans lors des JO de Munich, comme le réclamait l'entité sioniste.  Lors d’une déclaration faite mardi à Québec, une porte-parole du CIO qui indique que la décision avait été prise en concertation avec le Comité olympique israélien, ajoute que « ce n'est pas à proprement parler un refus d'organiser une minute de silence".
    Réaction virulente du vice-ministre israélien des affaires étrangères Danny Ayalon , qui sur le site du ministère "cette réponse est inacceptable et contredit les principes de fraternité sur lesquels l'idéal olympique est censé reposer. Les assassinats terroristes des athlètes israéliens ne furent pas seulement une attaque envers des gens en raison de leur nationalité ou de leur religion, ce fut une attaque contre les jeux Olympiques et la communauté internationale", peut-on lire dans ce communiqué.
    "Il est donc nécessaire pour les jeux Olympiques de commémorer cet événement lors de leur ouverture plutôt que dans une cérémonie marginale", poursuit le ministre qui avait réclamé fin avril au CIO d'inclure une minute de silence dans la cérémonie d'ouverture des JO de Londres. Il conclut en espérant que l'autorité olympique reviendra sur sa décision.
    Pendant ce temps, plus aux nord, le Danemark vient d’annoncer que "le gouvernement est en train de préparer un système d'information basé sur la participation volontaire des commerçants répertoriant les produits alimentaires issus de colonies israéliennes".
    Le porte-parole du ministère des Affaires Etrangères danois précise que "c'est un pas qui montre clairement aux consommateurs que ces biens là sont produits dans des circonstances qu'un gouvernement danois, ainsi que d'autres gouvernements européens, refusent. Et il appartient ainsi aux consommateurs de décider s'ils veulent acheter ces biens ou pas".
    "Je crois vraiment que ces indications auront un effet assez direct et important sur les importations mais dans quelle mesure précisément, il est impossible de le calculer", ajoute t-il.
    Les modalités de ce projet ne sont pas encore décidées mais "le Danemark s'inspire de la Grande-Bretagne" qui a pris des mesures conseillant aux supermarchés du Royaume-Uni de faire la distinction entre les produits alimentaires qui viennent des colonies et les produits palestiniens, a informé Ellermann-Kingombe.
     
    Notons que l’Afrique du sud a emboité le pas de la grande Bretagne en annonçant son souhait d’étiqueter le code de la Palestine pour les produits en provenance des colonies.

    Al Manar

    Lien permanent Catégories : europe 0 commentaire
  • France: Boycott de produits israéliens, amende confirmées pour des militantes

     

    France: Boycott de produits israéliens, amende confirmées pour des militantes

     




    IRIB-La justice française a rendu deux décisions défavorables à des militants propalestiniens impliqués dans des appels au boycott des produits israéliens dans des supermarchés en région parisienne et près de Bordeaux (sud-ouest), a-t-on appris jeudi de sources judiciaires. Dans la première affaire, la cour d'appel de Paris a infirmé jeudi la relaxe d'une militante propalestinienne et l'a condamnée à 1.000 euros d'amende avec sursis pour avoir mis en ligne en juillet 2009 une vidéo tournée dans un supermarché d'Evry (sud de Paris) appelant au boycott des produits israéliens. La présidente de l'association CAPJPO-EuroPalestine, Olivia Zemor, a été reconnue "coupable d'avoir provoqué à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes,.... les producteurs israéliens, à raison de leur appartenance à une nation déterminée, Israël".

    Elle devra également verser un euro de dommages et intérêts au Bureau de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA) et à la chambre de commerce France-Israël, ainsi que 1.500 euros au titre des frais de justice.

    Diffusée sur le site de l'association, la vidéo montrait des militants appelant au "boycott d'Israël" lors d'une manifestation dans un supermarché le 4 juillet 2009 à Evry. Cette action s'inscrivait dans une campagne destinée à lutter contre "l'illégalité" de l'exploitation économique par Israël des territoires occupés après 1967, selon ses promoteurs.

    En première instance, les juges avaient estimé que la diffusion de la vidéo, dans le cadre d'une campagne soutenue par des personnalités "non susceptibles de se voir imputer une attitude hostile vis-à-vis du peuple israélien", ne constituait pas une "provocation à la discrimination, la haine ou la violence".

    La cour d'appel de son côté a estimé qu'"en choisissant de diffuser ces propos outranciers et notamment l'affirmation selon laquelle acheter un produit en provenance d'Israël équivaut à acheter une balle qui va tuer un enfant palestinien, (...) Olivia Zemor a incité à la haine ou à la violence".

    Dans la seconde affaire, la Cour de cassation, plus haute instance judiciaire française, a rejeté le pourvoi formé par une militante de la Ligue des droits de l'Homme qui avait apposé un autocollant "boycott apartheid Israël" sur des jus de fruits dans un supermarché de la région de Bordeaux (sud-ouest), rendant ainsi définitive sa condamnation.

    http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/190423-boycott-de-produits-isra%C3%A9liens-amende-confirm%C3%A9es-pour-des-militantes http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/190423-boycott-de-produits-isra%C3%A9liens-amende-confirm%C3%A9es-pour-des-militantes

    Lien permanent Catégories : france 0 commentaire
  • Le Mérite de la science et des savants


                                  


    Allah a dit :   

        

    Traduction relative et approchée :

    "Allah atteste et aussi les anges et les doués de science qu’il n’y a point de Divinité à part Lui, Le Mainteneur de la justice. Point de divinité à part Lui, Le Puissant, Le Sage !" S3 V18

    Ce verset prouve le mérite de la science et de ses gens. En voici le sens : 

    1.    L’attestation est spécifique aux doués de science en dehors des autres humains.

     

    2.    Allah -Le Très Haut- a fait témoigner les savants sur la plus valeureuse, la plus immense et la plus grande des attestations qui est le témoignage : La ilaha illa Allah [1]

     

    3.    Cette attestation suffit pour donner aux gens de science la valeur qu’ils méritent lorsqu’Allah les a fait témoigner de Son unicité et qu’Il est Celui qui mérite l’adoration.[2]

    D’ailleurs, le savant Cheikh ibnou el ‘Outheïmine (Qu’Allah le préserve) a dit au sujet de ce verset :

    « Il est suffisant pour vouloir étudier la science religieuse. » [3] 

    Les preuves dans le Coran quant au mérite de la science.

    -   La parole d’Allah   :

    Traduction relative et approchée : ".. Dis : « Sont-ils égaux ceux qui savent et ceux qui ne savent pas ? » Seuls les doués d’intelligence se rappellent "  S39 V 9 

    Puis Allah  a dit :

     

    Traduction relative et approchée : "Celui qui sait que ce qui t’est révélé de la part de ton Seigneur est la vérité, est-il semblable à l’aveugle ? Seuls les gens doués d’intelligence réfléchissent bien."S13 V19.  

    Ne sont pas égaux ceux-ci et ceux-là, n’est pas égal celui qui sait que ce qui a été révélé par Allah est la vérité, la guidée, le chemin du bonheur, et celui qui s’est aveuglé ce chemin et cette science. Il y a une immense distinction entre ces deux là. Une distinction, une différence entre celui qui a connu la vérité et qui s’est éclairé par Sa lumière et celui qui est aveuglé.[4] 

    -   Puis Allah a démontré que les gens de la science sont ceux qui Le craignent réellement et dans la perfection (ou dans la totalité « al Kamal »), bien que la crainte existe chez l’ensemble des croyants... D’ailleurs, Allah a dit :

                                                    

    Traduction relative et approchée : ".. Parmi Ses serviteurs, Seuls les savants craignent Allah.." S35 V28 
                                                                                     
         (c’est à dire qu’ils ont la crainte parfaite ).[5]  

    Ø   Allah a ordonné à Son Prophète -prières et bénédiction d'Allah sur lui-  de demander un surplus de science. Allah a dit :

     

    Traduction relative et approchée : "Ne te hâte pas de réciter le Coran avant que ne te soit achevée sa révélation. Et dis : «  Ô mon Seigneur, accroît mes connaissances !" S20 V114 

    Ø   Allah-Le Très Haut- a informé qu’Il a élevé en degrés les gens de la science et de la foi. Il a dit :

     

    Traduction relative et approchée : "..Allah élèvera en degrés ceux d’entre vous qui auront crû et ceux qui ont reçu le savoir..."S58 V11 

    C’est pour cela que l’on constate que les gens de science sont évoqués de façon élogieuse. Lorsque les gens parlent d’eux, ils les complimentent, les louent et ceci est l’élévation des savants dans la vie ici-bas, quant à la vie de l’au-delà, ils seront élevés en fonction de leur appel à Allah (Da’wa) et aussi en fonction de la pratique de leurs connaissances. [6] 

    -   Allah a dit :

    Traduction relative et approchée :  "Les croyants n’ont pas à quitter tous leurs foyers. Pourquoi de chaque clan quelques hommes ne viendraient-ils pas s’instruire dans la religion pour pouvoir à leur retour avertir leur peuple afin qu’ils soient sur leur garde ?" S9 V122 

    Le sens de ce verset d’après les dires de la majorité des savants est le suivant :  
    « Il ne convient pas aux croyants d’aller tous au combat. Plutôt, il faut qu’un groupe s’élance au combat et qu’un groupe reste pour s’instruire dans la religion. Lorsque le groupe qui s’était élancé au combat revient, alors ceux qui sont restés pour s’instruire enseignent à ce groupe  ce qui a été révélé de la religion, le licite et l’illicite. »[7] 

    Les preuves dans la Sounnah quant au mérite de la science.

     -   Les dires du Prophète -prières et bénédiction d'Allah sur lui- :
    « Celui à qui Allah veut du bien, il lui fait comprendre la religion 
    (c’est-à-dire: la science) ».[8]

    Ce Hadith signifie que celui à qui Allah veut du bien, Il lui fait apprendre (saisir) la religion (la science).On comprend donc que celui à qui Allah ne veut pas de bien, Il ne lui fait pas saisir la religion. 

    -   L'imam Ahmed (Qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit :  
    « Les gens ont besoin de la science plus que la nécessité de s'alimenter, car la nourriture et la boisson, ils en ont besoin une à deux fois dans la journée, quant à la science, ils en ont besoin autant de fois qu’ils respirent (c’est-à-dire : à chaque instant) ».[9]
       

     

    -   Le Prophète -prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit aussi :

    « Ce bas-monde est maudit [10]et ce qu'il contient est maudit 
    sauf le rappel d'Allah et ce qui s'ensuit [11]
    de même qu'un savant ou un étudiant. 
    »
    [12]
     

    -   Ce qui appuie l’immense mérite des savants et leurs supériorités sur les autres créatures sont les dires du Messager d'Allah -prières et bénédiction d'Allah sur lui- où il est cité :
    « Le mérite (supériorité) du savant par rapport à l'adorateur est comme ma supériorité par rapport au moindre d'entre vous »
    .  

     

    Ensuite le Messager d'Allah -prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit :
    « Allah et Ses anges ainsi que les habitants des cieux et de la terre jusqu'à même la fourmi dans son trou et le poisson prient (invoquent) pour ceux qui enseignent le bien aux gens ».
     [13] 

    Ceci devrait suffire pour celui qui se comporte mal avec les savants et en fait un sujet de critiques (à moins que leur raison ne dépasse pas celle d'une fourmi ou d'un poisson...) Qu'Allah nous guide et fasse miséricorde à nos savants. [14]   

    Les avantages de la science

     -   Elle est bénéfique pour celui qui l’a apprise et la propage de son vivant, et après sa mort (par l’intermédiaire des livres, élèves et autres). Ce qui prouve cela est la parole du Messager d'Allah -prières et bénédiction d'Allah sur lui- qui dit :   
    « Lorsque le fils d'Adam meurt, ses œuvres s'interrompent
     
    à l'exception de ces trois :    
    ·           
    Une aumône continuelle[15] 
    ·           
    Une science dont on tire profit [16]   
    ·         
    Un enfant pieux qui invoque en sa faveur ».[17] 

    La science n’a de récompense que le paradis.

     -   Abou Houreïra (qu’Allah l’agrée) a dit : le Messager d’Allah -prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit :
    « Celui qui emprunte un chemin pour chercher à apprendre,
     Allah lui en facilitera une voie au Paradis. »[18].

    Bien sûr les versets et les Hadiths concernant les mérites de la science et des savants sont nombreux, d'ailleurs plusieurs ouvrages ont été édités à ce sujet. 

    -   Maintenant, laissons place aux Salafs Salihs (ancêtres pieux), quant à leurs mérites, leurs efforts et leur patience dans l'acquisition de la science :

     

    ·         Il est rapporté d'après Malek, d'après Yahya ben Sa'd, d'après Sa’id ben el Moussayeb :  
    « Je voyageais des jours et des nuits à la recherche d'un seul Hadith. »
     [19] 

    ·         Ils allaient même confirmer ce qui leur parvenait en tant qu'information religieuse.

    Il est rapporté que abou el ‘Aliya a dit : 
    « Lorsque l'on entendait un rapportement d'après les compagnons du Messager d'Allah 
    -prières et bénédiction d'Allah sur lui- alors que l'on se trouvait à Bassora (Irak),cela ne nous satisfaisait pas, jusqu'à ce que l'on prenne nos montures vers Médine et que l'on entende (l’information) directement de leurs bouches. »[20]

     Leur manière d'apprendre la science

      Ibn el Madini a dit qu’il fut dit à Chafi’i :   
    « D'où as-tu acquis toute cette science ? »
    Il dit :   « En ne me reposant sur personne (ne s’en remettant qu'à Allah), en parcourant le(s) pays, en faisant preuve de patience comme est patient le chameau et en étant matinal comme est matinal le corbeau»[21]

    LEUR ATTITUDE DANS LA RÉVISION DE LA SCIENCE :

      ‘Ali ben el Hacen ben Chaquique a dit :  
    « Je me suis levé dans une nuit froide avec ‘Abdallah Ibn Moubarak qui sortit de la mosquée, il me rappela un Hadith à ma porte. Je lui en rappelai un également  puis il ne cessait de m'en rappeler jusqu'à l'arrivée du muezzin qui fit l'appel de l'aube ».[22]

      LA FAIM QU'ILS RESSENTAIENT LORS DE LEUR QUETTE DE LA SCIENCE:

      ·         Nous nous contenterons d’un extrait de ce récit : Ibn abi Hatim a dit : 
    « Nous étions en Égypte sept mois sans y manger un bouillon, la journée nous faisions la tournée des savants et la nuit nous révisions et réécrivions ce que l'on avait noté. » 
    A la fin du récit il dit : «  La science ne peut être avec le repos du corps. »[23]

     ·         Dans un autre récit, il est rapporté que l'imam el Boukhari disparût lorsqu'il fut à Bassora pour y collecter des Hadiths. Les gens le cherchèrent et finirent par le retrouver chez lui, nu, du fait qu'il avait tout dépensé dans sa recherche du Hadith, à tel point que les gens rassemblèrent de l'argent pour le vêtir, par la suite il put aller avec eux pour écrire les Hadiths. [24]

    ·         El Nazrou ben Choumail a dit : 
    « L'homme ne ressentira pas le plaisir de la science jusqu'à ce qu'il ressente la faim et qu'il l'oublie. »[25]

      ·         D'ailleurs, les récits des Salafs Salehs rapportés par des chaînes sûres, sont incroyables. Il est rapporté que l'imam Ahmed connaissait (par cœur) 1 million de Hadiths.[26]
    Soulaymane ben Chou'ba a dit : « On a écrit d'abi Daoud 40 000 Hadiths sans même qu'il est de livre avec lui».   
    Abou Zour‘a er Razy a dit : « Je connais 100 000 Hadiths (par cœur) comme une personne qui connaît (par cœur) : « Dis : Allah est unique[27] » 
    Puis il fut dit dans el Mouzakara : 300 000 Hadiths.[28]

    LES TRACES LAISSÉES PAR LES SALAFS SALEHS .

    ·         Ibnou abi Douniya a écrit 1000 ouvrages. 

    ·         Ibn ‘Assaker a écrit l'histoire de Damas en 80 volumes. 

    ·         Mohammad ibnou Ishaq a apprit avec 1700 cheikhs, puis il partit à la recherche de la science à l'âge de 20 ans et il ne revint dans son pays natal qu’à l'âge de 65 ans. 

    ·         Ibnou Rajab el Hanbali rapporte qu’abi el Wafa ibnou ‘Aquili disait :  
    « Il ne m’est pas permis de laisser passer une heure de ma vie sans que ma langue ne puisse plus réviser ou parler (de science) et que je ne puisse plus lire. »[29]
     

    ·         El Imam an Nawawi lisait, apprenait (par cœur), commentait et expliquait douze leçons par jour. [30] 

    ·         Ibn Jaouzi el Baghdadi a dit [31] :  
    « Sache que la première ruse d’Iblis (du diable) sur les hommes est de les détourner de la science car celle-ci est une lumière ; s’il  parvient à éteindre celle-ci, une fois dans l’obscurité, il les mènera comme bon lui semble.
     » 

    Le danger de la disparition des savants 

      -   Le compagnon ‘Abdallah ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée) a dit :  
    «  Ne viendra pas un temps sans qu’il ne soit pire que son précédent, mais je ne veux pas dire par cela un gouverneur mieux qu’un autre, ni même une année meilleure qu’une autre, mais plutôt vos savants et vos juristes disparaîtront et ensuite apparaîtra un peuple de gens qui répondront avec leur raison. »
     (Contrairement au savant qui répond avec science).[32]   

    -   D’ailleurs il est rapporté dans le Sahih el Boukhari que le Prophète -prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit :  
    «  Allah n’enlèvera pas la science en l’arrachant de la poitrine des savants
     mais plutôt en les faisant mourir jusqu'à ce qu’il n’en reste aucun, les gens prendront alors à leur place des ignorants, les gens les questionneront, en leur répondant sans science ils s’égareront et les égareront. » 

    -   Hilal ben Khabab a dit :  
    « J’ai demandé à Saïd ben Joubeïr : Ô père de ‘Abdallah ! Quels sont les signes de la perdition des gens ? »
      
    Il dit « La disparition de leurs savants. »[33]  

    Avertissement concernant la médisance à l’égard des savants

    -   Ils doivent se rappeler qu’Allah a dit :

     

     Traduction relative et approchée : "Et ceux qui offensent les croyants et les croyantes sans qu’ils l’aient mérités se chargent d’une calomnie et d’un péché évident."S33 V58 

    -   Allah a dit aussi :

     Traduction relative et approchée :  "Ô  vous qui avez cru ! évitez de trop conjecturer (sur autrui ) car  une partie des conjectures est péché et n’espionnez pas et ne médisez pas les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? (Non !) Vous en aurez horreur. Et craignez Allah, car Allah est Grand Accueillant au repentir, Très Miséricordieux" S49 V12 

    -   Et le Hadith : « N’est pas des nôtres celui qui n’honore pas les plus âgés parmi nous, qui n’est pas miséricordieux envers nos jeunes et ne reconnaît pas le droit de nos savants. » [34]

    On voit à travers ces textes, la gravité de s’en prendre aux savants. 

    -   Aboul Hatim ar Razi a dit :   
    « Parmi les signes des gens de l’innovation il y a le fait de s’acharner contre les gens du Hadith. »[35]    

     

    -   Et il est Rapporté d’après el Hakim avec une chaîne authentique, que Ahmed ibn Sinane el Quatane a dit : 
    « Il n’est pas sur terre un innovateur sans qu’il ne déteste les gens du Hadith. »[36]    

     

    -   Quant à Cheikh Mohammad ibn ‘Abdel Wahhab el Yemeni (le contemporain), il  a dit :  
    « Sache que ceux qui s’en prennent aux savants de la sunnah, sont de trois categories :Un innovateur (Moubtadi’),Un adepte d’un groupe égaré (Hizbi),Un ignorant(Jahil). »
     

    Quant aux savants innovateurs et égarés (tels que les fanatiques du Madhab, innovateurs, gens de la raison, et philosophes...), ceux là, il est un devoir de les dénoncer. Quant à l’ignorant, il  suffit de lui montrer la vérité. Et l’innovateur et le Hizbi qu’Allah -Le TrèsbHaut- les guide ou qu’Il leur brise le dos s’ils refusent de suivre la voie du Prophète -prières et bénédiction d'Allah sur lui- . 

    Il est malheureux de voir certaines personnes insulter les savants de la Sounnah en les qualifiant de «savants du roi», ou«savants bons que pour répondre aux questions relatives aux menstrues et aux lochies» et dire que «en dehors de cela ils ignorent l’actualité» ou bien «savants des livres jaunes»    ( c’est-à-dire les vieux livres). 

    Ô Musulmans craignez Allah quant à vos savants et sachez  que le Prophète -prières et bénédiction d'Allah sur lui- les a qualifiés comme étant les successeurs et héritiers des prophètes comme il a été rapporté dans le Hadith d’abou Daoud et Tirmidhi ! ! !                                       

    Références :  
    Le Coran ; 

    Talbis Iblis
      de ibn Jawzi ;
    Kitab Al ‘Ilm
      de ‘Otheymine ;
    Madarik Annadhar
      de ‘Abdal Malik ;
    Al ‘Ilm wa Akhlaq Ahlihi
      de ibn Baz;
    Riyad Assalihin
    e  de an Nawawi corrigé par al Albani ;
    Al Bahr Arraiq Azzouhd wa Raqaiq
      de Ahmed Farid ;
    Charh Riyad Assalihine
      de Salim al Hilali
    Charh Ousoul Assunna
     de l’imam Ahmad ;
    Al ‘Awda ila Assounna
      de ‘Ali Hassan                                                       Recherche effectuée par Abou Hajar.  


    [1] Voir Miftah Dar As-Sa’ada  de ibn al Qayyim.
    [2]
     Extrait de  ‘Ilm wa Akhlaq Ahlihi  du Cheikh ‘Abdel ‘Aziz ibn Baz.
    [3]
     Consulter le livre intitulé  Kitab al ‘Ilm  de Cheikh Ibn al ‘Otheymine, page 17 où se trouve une parole proche de celle qui est citée.
    [4]
     Extrait du livre d’Ibn Baz cité plus haut, pages 6 et 7.
    [5]
     Voir le livre d’ Ibn Baz, cité plus haut, page 8.
    [6]
     Extrait de  Kitab Al  ‘Ilm  de Cheikh Ibn Al ‘Outheymine, page 14.
    [7]
     Extrait du livre  El Bahr El Raiq Azzouhd wa Raqaiq  d’Ahmed Farid, page 21.
    [8]
     Rapporté par Boukhari et Mouslim.
    [9]
     Voir  Bahr raiq el zouhd wa raqaiq  de Cheikh Ahmad Farid, page 22.
    [10]
     Sens de « maudit » : détestable, méprisable, sans valeur, vil. Voir l’explication de  Riyad Assalihine  de Salim Al Hilali, vol 1, page 542.
    [11]
     Le sens voulu est l’obéissance d’Allah. Voir Bahr raiq el zouhd wa raqaiq  de Cheikh Ahmad Farid, vol 2, page 468.
    [12]
     Rapporté par Tirmidhi, par Bayhaqi dans Chou’ab el Imane , par Ibn Maja, par Ibn Abi A’cim dans  El Zouhd , par Baghawi dans  Charh Assunah .
    [13]
     Rapporté par Tirmidhi. Sa chaîne est considérée comme bonne.
    [14]
     Commentaire de abou Hajar
    [15]
     Par exemple : Construction d'une mosquée, d'une école, ou encore le fait de creuser un puit ou même le fait de planter des arbres
    [16]
     C’est-à-dire : bénéfique.
    [17]
     Rapporté par Mouslim.
    [18]
     Rapporté par Mouslim.
    [19]
     Voir Al Bidaya wa Nihaya  de Ibn Kathir 9/10.
    [20]
     Voir  El Kafiya fi ‘Ilm ar-Riwaya , page 403.
    [21]
     Voir Tazkirat el Houfadh , vol 1, pages 81 et 84.
    [22]
     Voir  Tazkirat El Houfadh, 1/277.
    [23]
     Voir  Tazkirat El Houfadh , 3/830.
    [24]
     Voir  Tarikh Baghdad , 2/13.
    [25]
     Voir  Tazkirat El Houfadh , 1/314.
    [26]
     Voir  Sifat as-Safwa , 2/337.
    [27]
     C’est-à-dire sourate al Ikhlas
    [28]
     Voir  Sifat as-Safwa , 4/88.
    [29]
     Extrait du récit de Abu El Wafa.
    [30]
     Pour plus de détails, consulter Charh Riyad El Salihine de Cheikh Salim El Hilali, volume1, p.8 à p.14.
    [31]
     Ibn Jaouzi El Baghdadi mort en 597 a dit p.360 dans son livre Talbis Iblis édt : Dar El Koutoub El ‘Ilmiya  
    [32]
     Voir  Fath El Bari  13/21 et ce Athar (récit d’un pieux prédécesseur) est authentique.
    [33]
     Rapporté par Darimi.
    [34]
     Hadith Hassan, rapporté par Ahmed et autres. El Moundiri et El Albani le considèrent comme bon, voir  sahih el tar’ghib wa tarhib , page 95.
    [35]
     Voir  Aquida Abou Hatim Al Razi  page 69.
    [36]
     Voir  Aquida Ashab el hadith ,page 103.

    Lien permanent Catégories : Islam 0 commentaire
  • Conflits au Liban : les failles politiques ou un nouveau front de guerre contre la Syrie

      liban-carte-confessions.jpg Cet article est la somme de mes lectures sur la situation actuelle du Liban.

     

    Depuis la mi-mai, le Liban vit des perturbations qui ont commencé par un accrochage armé entre deux régions ennemies dans la ville de Tripoli au Nord du pays. Ces incidents habituels à Tripoli qu’on croyait localisés se sont propagés près une semaine dans la ville voisine d’Akkar pour atteindre Beyrouth à la fin de la journée. Les médias français, peu prolixes sur la question, ont interprété schématiquement ces événements par l’exportation du conflit syrien au Liban (tension entre pro et anti-régime Bashar). Cependant, on a omis d’exposer ce que j’appelle « l’exception politique libanaise » et ses enjeux géopolitiques qui sous-tendent l’inscription du pays dans la crise régionale. La congestion de la rue libanaise traduite par des accrochages armés est visiblement contagieuse et donne à croire que le pays s’avance vers une crise difficile à freiner.

     

     

     

    L’exception politique libanaise

     

    Le modèle politique libanais se caractérise par ce qu’on peut appeler la « féodalité des partis » . Un nombre de personnes charismatiques monopolisent le pouvoir en s’appuyant sur l’ancrage socio-historique de leurs familles mais surtout sur la légitimité puisée dans le sectarisme qui divise la population depuis de longues années. Les grands partis feudataires comme le Hezbollah ou le Courant du Futur maintiennent une représentativité élevée grâce à l’argument de la toute-puissance et de la force militaire. Ils ravivent l’hostilité populaire à l‘état et fidélisent leurs partisans avec des services sociaux que le secteur publique ne peut toujours pas assurer. La propagande et le lavage de cerveau sont l’un des moteurs politiques puissants du pays. Chaque parti essaie d’exacerber les inimitiés voire la haine de ses électeurs vis-à-vis des partis représentant des rites opposés.

     

    Dans un contexte de division et de domptage populaire d’une part et d’un changement de position permanent des partis politiques d’autre part, le pays se trouve dans l’impossibilité de créer un consensus national autant sur les questions locales que régionales.

     

     

     

    Inscription dans le conflit syrien

     

    Les autorités libanaises appréhendaient déjà la répercussion du conflit syrien sur la sécurité des régions frontalières. Les réfugiés syriens dont le nombre ne cesse d’augmenter avec la montée de la répression du régime de Bashar ont été présentés par le gouvernement libanais-officieusement pro-Bashar- comme un « foyer de tension sur son territoire » qui « entrave les efforts déployés pour empêcher la propagation du feu syrien au Liban ». Cependant  le pouvoir n’a pas pu afficher une position officielle da la crise syrienne et se cache encore derrière la politique de distanciation imposée par la division du peuple entre pourfendeurs et sympathisants du régime syrien. Mais cette position n’est plus acceptable à présent. On y reviendra.

     

    Sur le terrain, les partis libanais participent depuis longtemps dans l’armement du conflit syrien, appuyés par leurs alliés géopolitiques. Le bloc anti-Bashar que sont les Etats-Unis et les pays du Golf finance l’Armée Syrienne Libre (sunnite) et a pour pion libanais le Courant du Futur (parti sunnite). Quant aux alliés du gouvernement syrien, ce sont l’Iran et le Hezbollah (parti shiite qui protège les alaouites).

     

    Les sanctions économiques imposées à la Syrie n’ont eu aucun effet à court terme. De plus, le bloc anti-Bashar  s’est trouvé dans l’impossibilité d’installer une base d’appui efficace qui ravitaille l’Armée Syrienne Libre sur les frontières iraquiennes, turques ou jordaniennes et qui puisse renverser le régime syrien. Dans ce contexte, le Liban départagé n’est pas non plus une carte gagnante pour le bloc anti-Bashar. Un scandale a éclaté le mois dernier quand un navire venu de Lybie et destiné à la rébellion syrienne a été intercepté près de Beyrouth. Les autorités libanaises urgées par le Hezbollah  avaient  saisi trois containers d'armes. Ceux sont autant de lignes de mire du régime syrien qui reste hors d’atteinte.

     

    L’intervention de l’Otan susceptible de mettre fin à la bataille n’est pas non plus envisageable car le bloc allié de la Syrie, Iran-Russie-Hezbollah est un adversaire de masse. Une guerre dans la région ne pourra être que mondiale et mettrait en danger Israël. L’équilibre de la terreur entre pro et anti-Bashar qui maintien un match nul au Liban devait donc être déstabilisé pour faciliter l’infiltration des forces opposées au régime syrien. C’est ainsi qu’on peut expliquer l’apparition des symptômes de « la contagion syrienne » apparus.

     

     

     

    Début de la crise à Tripoli

     

    De par sa proximité géographique et les échanges humains et économiques avec la Syrie, la ville du nord Tripoli, située seulement à 25 kilomètres de la frontière syrienne et appelée « Tripoli-Damas » par ses habitants, a toujours été perméable aux fluctuations de la situation de son pays voisin.

     

    La région du Nord morcelée comme tout le Liban entre les différents rites se caractérise par une concentration islamiste notable et fortement armée qui est cependant partagée entre shiites et alaouites d’un côté et sunnites de l’autre. L’armée et le gouvernement qui ne détiennent pas le véritable pouvoir- mais subissent l’autorité du Hezbollah- n’ont pu désarmer aucune des partis antagonistes malgré l’insécurité  de la ville et le mécontentement de la population.

     

    Depuis plus de trente ans, un conflit alimenté par les partis antagonistes oppose deux quartiers voisins de Tripoli : Jabal Mohsen (alaouites, pro-Hezbollah) et Beb Ettebene (sunnites anti-Bashar). Lors des accrochages, l’armée intervient généralement à postériori.

     

    La Sûreté Générale, organe gouvernemental dont le chef, le général Abbas Ibrahim est proche du Hezbollah pro-syrien, prétend ne jouer aucun rôle dans les enquêtes criminelles. Au début du moi de mai, cet organe a arrêté, en collaboration avec les services secrets syriens, un militant salafiste (sunnite) répondant au nom de Shadi Mawlawi, suspecté de coordonner avec et de financer des groupes terroristes. Cette arrestation éclair qui a ravivé les animosités a provoqué dimanche 12 mai des heurts entre Jabal Mohsen et Beb Ettebene. Les affrontements ont duré une semaine et fait dix morts et plusieurs blessés.

     

    L’armée a été déployée lundi 14 après un week-end de terreur. Saad Hariri, leader du Courant du Futur, s’est alors vu dans l’obligation d’appeler ses alliés salafistes- qu’il finance avec l’aide des Etats-Unis et du Golf- à la « retenue ».

     

     

     

    Assassinat d’un dignitaire sunnite anti-Bashar à Akkar

     

    On croyait l’agitation cantonnée dans la ville de Tripoli, surtout après un retour relatif et méfiant au calme mais elle a atteint la ville voisine d’Akkar samedi 19 mai. Le convoi d’un imam sunnite nommé Abdelwahed, proche des islamistes syriens et libanais et du Courant du Futur avait refusé de s’arrêter à un barrage de l’armée, provoquant des tirs qui ont causé sa mort. L’armée a déclaré avoir trouvé dans sa voiture des armes. La ville d’Akkar s’est alors soulevée et les habitants ont demandé le retrait de l’armée. Les forces de l’ordre sont alors intervenues.

     


     

    La crise atteint Beyrouth

     

    Des manifestations peu importantes ayant pour prétexte l’indignation de l’«assassinat » d’Abdelwahed ont commencé à Beyrouth et ont vite tourné au drame. Plusieurs routes d’entrée de Beyrouth ont été incendiées par des personnes cagoulées. S’accusant mutuellement de tirer sur les manifestants, eux même armés[sic!], le Mouvement du futur et le Parti du courant arabe -petite formation sunnite pro Bashar- sont entrés en confrontation à coups de mitrailleuses et de roquettes. Chaker Al Barjewi, leader du Parti du courant arabe, sunnite mais sympathisant avec le Hezbollah, a démenti la relation supposée entre la mort de l’imam à Akkar et les incidents de Beyrouth. Cependant l’immeuble du siège du parti de Barjawi a été assiégé par les forces de Hariri et son bureau saccagé. Malgré les appels des habitants à cesser le feu ou les évacuer, les affrontements n’ont cessé qu’à l’aube quand Barjawi a pu s’enfuir après l’assassinat de l’un de ses accompagnateurs. Les confrontations ont fait trois morts et 18 blessés. Hariri a accusé Damas de vouloir semer le chaos au Liban pour détourner l'attention de la crise en Syrie.

     

    Par ailleurs, Shadi Mawlawi est comparu aujourd’hui 22 mai devant le tribunal militaire de Beyrouth, déclarant appartenir à Al Qaida. Les activités des courants islamistes sunnites de Tripoli ont repris de plus belle aujourd’hui. Ces courants revendiquent  la libération de Mawlawi et menacent les autorités de venir à Beyrouth si elles ne s’exécutent pas. Il a finalement été libéré sans jugement.

     


     

    Le Liban, nouvelle carte du bloc anti-Bashar

     

    Les accrochages avaient donc commencé entre sunnites et alaouites à Tripoli puis ils ont opposé l’armée à un imam sunnite pro-Hezbollah à Akkar pour aboutir à un accrochage entre deux partis sunnites l’un pro l’autre anti-Bashar à Beyrouth. Le Mouvement du Futur, appuyé par d’autres parlementaires de l’opposition, réclame depuis hier 21 mai la démission d’un gouvernement qui ne sert pas trop l’intérêt de ses alliés géopolitiques. Il est évident que ces événements n’étaient pas innocents politiquement.

     

    Il est à noter que le pouvoir de ces mouvements salafistes (sunnites) est exponentiel à un tel point qu’il a même tiré sur le siège du Futur, le leader qui chapotait toutes les tendances sunnites du pays. Les Etats-Unis et le Golf appuient le milieu salafiste sunnite anti-Bashar et mettent en place une insurrection islamiste. Cette insurrection est à la fois contre le gouvernement-et donc l’armée- qui ne veut toujours pas prendre une position officielle de Bashar, contre ses leaders politiques qui n’ont toujours pas ouvert un véritable front qui appui l’opposition syrienne et contre tout autre mouvement sympathisant avec Le Hezbollah-comme la petite formation du Parti du courant arabe. Le bloc anti-Bashar ne recule devant rien, même pas nuire à leur allié Hariri, pour donner l’hégémonie aux salafistes susceptibles renverser l’armée libanaise et permettre une meilleure pénétration du sol syrien.

     

    Ce plan nous pourrait s’implémenter sans grands dégâts vu l’équilibre des forces. Dans cette perspective, les Emirats Arabes Unis, le Koweït, le Qatar, le Bahreïn ont invité leurs ressortissants à quitter le Liban. C’est une déclaration de guerre ouverte, sinon une preuve inéluctable de la crise qu’on est en train de fabriquer pour le Liban.

     

      Sources :

     

    "لهذه الأسباب إنفجرت في طرابلس" سيمون بولس

     

    "في أسس العلاقة مع النظام اللبناني: ديكتاتوريات إقطاعية" عماد البزّي

     

    الشارع السني لقيادته: الأمر لي! ابراهيم الأمين

     

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • Syrie: Manœuvres militaires en Jordanie...simple message ou signes avant-coureurs d’une opération militaire conjointe de 19 pays

     

    zzzzzzzzzzzz.jpg Lorsque les manœuvres militaires de grande envergure ont débuté en Jordanie, sous commandement des États-Unis avec participation de 19 pays arabes et étrangers, et sous la dénomination « el-assad el-mutaaheb » ou « lion en alerte » [1], il était logique de se demander s’il existait un lien quelconque entre ces manœuvres et ce qui se passe en Syrie. Mais les personnes concernées n’ont pas tardé à exclure toute relation entre cet exercice militaire international et les affaires syriennes. Où est la vérité ? Que se cache t-il derrière ces manœuvres ? Quels en sont les objectifs ?

     

    En science militaire, il est établi qu’on a recours à de tels manœuvres pour tester une formation militaire théorique, s’entraîner à coordonner des actions sur le terrain, ou se préparer à une opération militaire conjointe. Le premier de ces trois objectifs étant exclu, il convient  de s’intéresser aux deux autres en prenant obligatoirement en compte la réalité syrienne.

     

    Il est désormais évident que depuis que l’étincelle du « Printemps arabe » a prétendument gagné la Syrie, l’Occident sous la direction des USA tente de compenser ses défaites des deux dernières décennies  en travaillant à détruire la Syrie, isoler le Hezbollah puis, encercler l'Iran tout en empêchant l’Irak de rejoindre « l’arc de la Résistance », un front du refus qui s’étend de l'Iran jusqu’aux aux frontières de la Palestine.

     

    Les Occidentaux ont sous-estimé les difficultés croyant qu'ils avaient affaire à un gouvernement syrien fragile, à un État abandonné par ses citoyens, et à une armée croulant sous les charges et la fatigue. Partant de là, ils avaient imaginé que le résultat de leur offensive contre la Syrie était garanti et qu’ils pourraient, à coup sûr, se débarrasser d’un tel « régime ». C’est pourquoi, quelques semaines seulement après la fameuse étincelle printanière et avant même de distinguer les fils noirs des fils blancs, les États-Unis et les états qui leur sont inféodés se sont précipités pour mettre en œuvre un plan progressif, mais accéléré, pour dénigrer la légitimité du gouvernement syrien, faire suspendre la Syrie  des instances de la Ligue arabe, avant de lui imposer toutes sortes de sanctions économiques et politiques. Ce faisant, les planificateurs du plan étaient sûrs d’eux-mêmes et sont allés jusqu’à choisir la date du renversement souhaité pour Mai 2011… puis Août 2011… date définitive, selon eux, de la victoire de l’alliance occidentalo-sioniste et de ses agents arabo-islamiques sur la Syrie.   


    La réalité sur le terrain fut toute autre. Le peuple syrien ne s’est pas laissé duper par les média-mensonges  et n’a pas cédé à leurs provocations ; l’armée a témoigné de sa cohésion, de sa force, et de son courage en assumant le lourd fardeau de la situation ; les autorités ont montré sagacité, sang froid et nerfs d’acier… autant de surprises qui ont plongé l’ennemi dans une stupeur oppressante. Puis est arrivé le coup porté par une stratégie inattendue, celui donné par les prises de position de la Russie et de la Chine, suivi de leurs deux vétos répétés au Conseil de sécurité et prononcés contre une agression frauduleuse de l’OTAN et de ses alliés par des frappes militaires analogues à celles qui ont détruit la Libye.

     

    C’est à partir de Septembre 2011 que l’Occident a acquis la certitude  que le Président Bachar al-Assad ne pourra pas être renversé par une  « révolution colorée, pré-conditionnée, et truquée », actualisée par de prétendues manifestations civiles, parce que la grande majorité du peuple syrien le soutient, parce que  la  soi-disant    « Armée Syrienne Libre » est une supercherie incapable de renverser le gouvernement par la force militaire en dépit de l’arrivée soutenue de bandes terroristes venues de plusieurs pays arabes et islamiques, et parce que la porte du Conseil de sécurité est désormais fermée devant une intervention militaire de l’OTAN. Il ne restait plus à la coalition occidentalo-sioniste, armée de ses agents arabo-islamiques, que d’adopter  la stratégie de la vengeance et du chaos dans le but de perturber le pays, d’en torpiller la stabilité et la sécurité jusqu’à paralyser toutes ses capacités ;  et ainsi, préparer le terrain à une intervention militaire qui se passerait allégrement d’une résolution du Conseil de sécurité [procédé irakien par excellence !]. C’est à ce stade que s’est manifestée l’outrecuidance des agents arabo-islamiques appelant  à armer l'opposition syrienne, suivie par la décision des États-Unis d'organiser un « exercice militaire » regroupant tous ces coalisés sur le sol  jordanien… énième tentative de pression sur la Syrie, doublée d’une préparation à  l’intervention militaire, en attendant  que le plan Annan ait bien rempli son rôle : gagner du temps et préparer le terrain !

     

    Aujourd’hui, cette dernière manœuvre d’un « exercice militaire » conjoint est donc  en cours d’exécution avec la participation de19 pays sur une période de deux semaines ; ce qui mène aux observations suivantes :

     

    1. Les pays participants peuvent être classés en trois groupes fondamentaux auxquels s’ajoute un quatrième, hybride ; avec pour chacun de ces groupes son jeu spécifique contre la Syrie.

     

    1.1. Le groupe des pays limitrophes de la Syrie [Turquie, Irak, Jordanie, Liban], supposés participer au blocus projeté durant l’opération militaire, et censés prêter leurs territoires comme couloirs de passage aux forces d’intervention.

     

    1.2. Le groupe des pays du Conseil de Coopération du Golfe [CCG : Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Bahreïn, Qatar, Koweït], chargés du financement des opérations et de la désinformation médiatique de l’opinion publique ; en plus de fournir « une couverture arabe » par l'implication de certains de leurs corps militaires.

    1.3. Le groupe fondamental des pays de l’OTAN [Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Italie, Espagne], en tant que leaders politiques et forces militaires agissant au nom de cette organisation.

     

    1.4. Le groupe hybride [Égypte, Pakistan, Australie, Ukraine, Brunei] dont la fonction essentielle est d’amener une dimension internationale, arabe et islamique, en plus du camouflage des objectifs propres à chacun de ces pays.

     

    2. Quant aux ambitions et objectifs de cette dernière manœuvre des dirigeants des États-Unis, elle consiste à :

     

    2.1. Délivrer un message pressant à la Syrie, lui signifiant qu’une action militaire internationale est en cours de préparation et que la « Plan Annan » était sa  dernière chance [plan auquel personne n’a cru et que certains  pays fondamentaux de cette coalition ont enterré avant même qu’il ne soit prétendument adopté].

     

    2.2. Permettre aux pays participants de s’organiser en une sorte de « coopérative militaire » où chacun d’eux pourra ultérieurement assumer la fonction qui lui a été impartie.

     

    2.3. Achever les préparatifs militaires en vue d’une intervention internationale en Syrie, une fois que le plan Annan aura été un échec [ce dont ils sont convaincus !].

     

    3. Par conséquent la situation actuelle pourrait se résumer comme suit :

     

    3.1.  Au cas où une  intervention étrangère directe et militaire était enfin rendue nécessaire aux yeux de l’opinion internationale suffisamment travaillée à cet effet,  les forces d’intervention seront prêtes à intervenir rapidement et efficacement pour renverser le gouvernement syrien, tel qu’il en a été en Libye.

     

    3.2. Au cas où les émissaires terroristes et criminels sévissant en Syrie réussissaient à déborder l’État syrien ou à le faire abdiquer, ces mêmes forces d’intervention pourraient intervenir pour reprendre les choses en main et organiser la réalité qui leur convient.

     

    3.3. Au cas où la Syrie résiste [ce qui est fort probable à la lumière des données réelles], ces forces d’intervention auront le mérite d’exister et d’avoir distribué les rôles pour alimenter les besoins des gangs terroristes oeuvrant sur le sol syrien, interdisant ainsi la restauration de la stabilité et de la sécurité ; ce qui leur permettrait de gagner du temps avant de revenir à charge dans deux ans !

     

    4. Quant aux objectifs supplémentaires que cette manœuvre devrait pouvoir atteindre, ils concernent essentiellement le traitement des réfugiés et le transfert des populations ; ce qui est en relation directe avec les visées inavouées touchant aux questions du changement démographique et aux manipulations visant à déplacer les civils en « évacuant » et  « vidant », comme cela s'est produit pour les chrétiens d'Irak. Autrement dit, pousser au départ les habitants de certains quartiers et villages chrétiens tombés entre les mains des terroristes. Ici, il faudrait se demander sérieusement si  l'Occident ira plus en avant dans le tri et l’émigration forcée de cette population ; sans oublier comment  ont été fabriqués les prétendus réfugiés syriens, avant même qu’ils n’aient franchi le seuil de leurs maisons ; et sans oublier comment la Turquie a dressé par avance des tentes pour les accueillir, puis les a empêchés de faire le chemin inverse lorsqu’ils ont voulu regagner leurs foyers.

     

    5. Une dernière remarque indispensable concerne la participation du Liban et de l'Irak. Il est clair  que les déclarations de ces deux pays vont à l’encontre des objectifs réels de cette manœuvre dirigée contre la Syrie. Il n’empêche que l’on pourrait soulever la question de savoir si quelque chose a changé, puisque certains justifient leur participation « obligée » par la nécessité de ne  pas se laisser écarter d’un événement régional militaire et sécuritaire de première importance, ou encore par la nécessité de ne pas rompre leur lien avec les États-Unis desquels ils dépendent d’un point de vue militaire. Quoiqu’il en soit, nous ne pouvons imaginer  que ces deux pays puissent se retourner contre la Syrie ; ceci pour des considérations d’ordre subjectif et objectif, liées  à ceux qui y détiennent le pouvoir de décision, et aux  circonstances.

     

    Pour toutes ces raisons nous ne pouvons pas croire ceux qui disent que ces manœuvres militaires en Jordanie n’ont rien à voir avec les affaires syriennes. Nous disons qu’elles n’auraient pas eu lieu sans la défaite des Etats-Unis en Syrie, et qu’elles font partie intégrante d’un plan visant à transformer l’essai. Réussiront-ils à atteindre leurs objectifs ?

     

    Pour répondre à cette question, nous n’exposerons pas ce que nous avons maintes fois répété quant à l'impossibilité d'une intervention militaire étrangère en Syrie, et à l’improbabilité que le terrorisme puisse atteindre ses objectifs. Il n’en demeure pas moins que subsiste le danger d’une déstabilisation permanente recherchée par tous ces plans successifs, et qui risque de plonger le peuple syrien dans une souffrance insupportable, souffrance ordonnée par l’Étranger, souffrance infligée par l’Arabe et le Musulman, souffrance dont la victime sera un arabe ou un musulman et tous les autres innocents, mais souffrance qui n’empêchera pas une nouvelle défaite des États-Unis !

     

    Dr Amin Hoteit

    21/05/2012

     

    Article original : Al-Thawra

    http://thawra.alwehda.gov.sy/_kuttab_a.asp?FileName=2514171020120521013612

     

     

    Article traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.ca


    Le Docteur Amin Hoteit est libanais, analyste politique, expert en stratégie militaire, et Général de brigade à la retraite.

     

    [1]Des manœuvres géantes, mais "pas dirigées contre la Syrie"

    http://www.courrierinternational.com/breve/2012/05/16/des-manoeuvres-geantes-mais-pas-dirigees-contre-la-syrie

     

     


     Articles de Amin Hoteit publiés par Mondialisation.ca

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • Israël : Les colons tirent, l'armée laisse faire, et une vidéo accuse

    Des colons israéliens, armés de M16, font une descente sur un village palestinien. Les Palestiniens ripostent avec des pierres, et les colons tirent faisant un blessé grave, pendant que l'armée regarde sans intervenir. Comme tant d'autres fois... Seul problème : un militant de l'ONG B'Tselem a filmé la scène. 

    Yitzar est une colonie israélienne située au Sud de Naplouse, dans la partie Nord de la Cisjordanie. On est en territoire de Palestine occupée, du côté palestinien de ce qui est considéré comme la ligne de frontière de 1967. Yitzar fait partie de ces colonies construite en toute illégalité, et qui sont la preuve vivante de la dépossession des Palestiniens. 

    A proximité, plusieurs villages palestiniens, dont celui d'Asira Al-Qibliya. 

    Voici une photo de la colonie illégale de Yitzar.

    pales1382194053.jpg

    Ici la carte de l'Office des Nations Unies pour la Coordination des Affaires humanitaires dans les Territoires occupés de Palestine, qui fait le bilan des agressions commises par les colons de Yitzar. 

    http://www.ochaopt.org/documents/ocha_opt_yitzhar_map_february_2012_map_english.pdf 

    Les faits se sont déroulés samedi après-midi, lors de heurts, lorsque des colons se sont approchés du village, pour mettre le feu à des cultures. Les habitants du village palestiniens se sont approchés pour empêcher l'avancée du groupe des colons, en leur lançant des pierres. Les colons étaient armés, et ont ouvert le feu. L'un des Palestiniens a été grièvement blessé à la tête. 

    Un fait grave,... mais comme il en arrive tant. Mais ce samedi, une caméra était là, celle d'une militant de l'organisation israélienne de défense des droits de l'Homme B'Tselem. Une vidéo ne résume jamais une affaire. Mais ici, il y en a trois, et la scène filmée est explicite : les Palestiniens ont des pierres, les colons des armes, dont des fusils d'assaut M16, et pendant qu'ils tirent sur les Palestiniens, les soldats sont à leur côté et laissent faire. 

    Sur la première vidéo, on voit nettement deux colons tirer en direction d'un Palestinien qui jetait des pierres. Il est reconnaissable car vêtu d'un tee-shirt vert. Il s'appelle Nimr Fathi, âgé de 24 ans, et il s'effondre, blessé par une balle au cou, et il a été conduit à l'hôpital Rafidiya, à Naplouse. Un tir visant une partie corporelle vitale, c'est une tentative d'assassinat. 
    Sur la deuxième, sous un angle légèrement différent, on voit un troisième colon tire au pistolet vers les Palestiniens et trois soldats qui sont à proximité des colons, et laissent faire. 

     La troisième vidéo montre le début de la scène. 

     

    L'Autorité palestinienne a dénoncé dans un communiqué l'irresponsabilité des soldats israéliens. B'Tselem a déposé plainte et les enquêteurs n'auront pas trop de peine à reconnaitre les agresseurs, parfaitement identifiables. 

    Pour ce qui est la défense des tireurs, il va falloir faire un petit effort... Le porte-parole de la colonie d'Yitzhar, Avraham Benyamin, a expliqué que les services d'urgence de la colonie étaient sortis pour éteindre des feux allumés par les villageois Palestiniens, et qu'ils ont été attaqués... Les Palestiniens auraient donc tendu un piège funeste en mettant le feu à leur culture. Ben voyons. Et les colons ont du tirer, car ils étaient en « danger de mort. » d'un côté des M 16 et l'armée, et de l'autre des pierres... 

    International Solidarity Movement publie d'autres photos... 

    http://www.ism-france.org/temoignages/Quatre-Palestiniens-blesses-par-une-attaque-de-colons-et-de-soldats-a-Asira-Al-Qibliya-videos--article-17003 

    ... photos qui viennent de « The State Of Palestine 194 » 

    http://www.facebook.com/media/set/?set=a.386198181427006.85328.251098394936986&type=1 

    Deux questions : 

    - L'enquête va-t-elle progresser conformément à ce qui est attendu pour des faits aussi graves ? 

    - Un procès aura-t-il lieu, respectant les normes du droit international ?

    Source: Les actulaités du droit

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • Mais pourquoi le Qatar irait donner 300 millions d'euros pour la caution de contrats francais en Libye ou pour les infirmieres bulgares?

     


    MISE A JOUR : Mercredi 23 Mai (11H50 GMT): Plusieurs tres grosses attaques contre mes disques durs et plusieurs pertes de connections internet depuis la parution de cet article! Squarcini doit faire dans son pantalon de juifiste. Eh ben, t'avais qu'a reflechir avant de faire n'importe quoi sale engeance talmudiste, maintenant tu paies l'israelien et tu as plutot interet a fermer ta gueule car a la moindre menace ... D'ailleurs y a-t-il un lien direct entre la mort du frère cadet de l'ex-ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet et le financement occulte de Sarkozy en 2007, coté Bettencourt cette fois? Apparement NKM souhaite parler ouvertement et la DCRI l'en empeche! (AS)

    On vient d'apprendre que l'ambassade de France a Tunis a reussi a faire extrader l'ancien premier ministre de Gaddafi, Al-Baghdadi Al-Mahmoudi, vers Tripoli pour le mettre au silence et le tuer, afin de proteger la sale engeance talmudiste de Sarkozy, et la guestapo du CRIF (DCRIF) qui le protege, qu'il faut detruire en bonne et due forme.
     
    Marzouqi et el Ghannouchi ont du negocier sa tete a coups de milliards mais c'est une autre histoire. Ils n'ont malheureusement pas compris qu'abattre l'ancien president francais leur donnerait les coudées encore plus franches et de problables revenus economiques beaucoup plus importants car participant a l'eradication des reseaux juifs sionistes au Maghreb et donc a la liberation economique de cette region de la main de l'etat racialiste sioniste francais.
     


    Takkiedine confirme que le Qatar a bien versé 300 millions d'euros a Gaddafi, officiellement une caution pour les contrats francais en Libye (reacteur nucleaire, la encore un mensonge), officieusement ce sont les retro-commissions des contrats Myksa, Agosta, Sawiri 2, que le Qatar a aidé a recupérer des comptes du defunt Rafik Hariri, assassiné lors de la guerre entre Chirac-Villepin-Debré contre Balladur-Sarkozy-Pasqua.
     
    Ces retro-comissions ont été lavées par la banque de l'emir du Qatar et deguisées en 'caution' dans l'affaire du transfert des infirmieres bulgares. Ces 300 millions sont l'argent des contrats Agosta, Myksa, Sawari 2 et d'autres fonds venant des contrats que Jean Luc Lagardere avait passé avec Tarek Aziz a Baghdad en 2002, il y aurait au total au moins 1,4 milliards d'euro de commissions, au minimum. Tarek Aziz qui est au Maroc ou une partie de ses fonds sont cachés.  Le Qatar a donné a la Libye l'argent,  et Gaddafi a du reprendre environ 150 millions, car il avait effectivement transferé l'argent des retro-commissions soit un montant d'environ 145 millions d'euros pour la campagne de Sarkozy en 2007.

    Il a du garder les autres 150 millions pour se dedommager, d'ou la guerre contre lui. Ce qui n'est qu'une partie de l'explication puisque l'invasion du Maghreb-Sahel est destinée a securiser les routes energetiques pour l'europe du Sud et proteger Israel.
    Les juges Van Rymbeke et Loiret vont etre contents. J'avais donné l'info en mars 2011, et les racistes incompetents de la DCRI avaient fait censurer la version en Arabe de l'article syrien qui avait confirmé l'info, comme ils bloquent maintenant le site de 'leur arabe de service'. 
     
    Pour ce qui est des routes du gaz et des pipelines reliant le Nigeria, le Niger, le Mali, l'Algerie et la Libye, c'est la CIA et l'Africom qui en etaient les maitres d'oeuvre et non pas BP, ni Total. Les estimations des couts des tuyaux depassaient les 30 a 40 milliards de dollars au depart, c'est bien documenté sur le net, on est loin, tres loin, des 300 millions  d'euro de caution du Qatar, voila qui mettra un terme aux mensonges de Gueant, Hortefeuj, Sarkozy et Squarcini. 
     
     
    Pour votre information, Bernard Squarcini a tenté de transferer une partie de ses fonds, il est multi- millionnaire le bougre de mythomane juifiste, mais une partie de ses comptes sont bloqués, c'est a mourrir de rire. Mai tu te souviens petit batard, quand le pape etait venu a Londres en 2010, tu avais fait bloquer mon salaire depuis Berlin avec Hortefeuj en ordonnant a la Deutsch Bank de bloquer le virement de mon salaire, les anglais avaient eux refusé de le faire pour mes autres comptes car ils ne croyaient pas a vos mythes 'Al Qaida voulait tuer le pape a Londres'. 
     
    Voila je te rend le coup, et j'en ai pas fini avec toi et l'etat, tu m'a pas encore dedommagé pour mon passeport que tu as declaré volé et ta tentative de m'envoyer en Algerie pour me faire torturer, mais je me servirai dans tes comptes et ceux de l'UMP-RPR, les comptes de la caisse noire dont une partie est au Maroc, pour me dedommager insha Allah. Si t'as un probleme petite fiotasse de Tel Aviv, toi ou n'importe quels racistes incomptents du ministere de l'interieur, tu sais ou j'habite, viens je t'attend, tu n'es qu'un ane du mossad! (AS)

    Le site n'est plus accessible mais le Takieddine commence a parler serieusement!   

    http://www.z-takieddine.fr/lybie/

    Lien permanent Catégories : moyen orient 0 commentaire
  • Ramadan 2012 : un tableau pour s’initier à lire le Coran en 1 ou 2 mois

     

    Ramadan 2012 Mooslym

     

    Le Ramadan 2012 approche très rapidement. Et qui dit ramadan, dit double d’efforts dans la lecture du Coran.

     

    Il existe déjà des astuces pour lire le Coran en quelques jours, par exemple :

     

    6 minutes après 5 prières = 4 pages
    4 pages x 5 prières = 1 juz (chapitre)
    1 juz x 30 jours = 30 juz

     

    Pour faciliter encore plus et s’initier à sa lecture, un lecteur nous a envoyé un tableau récapitulatif qui permettra aux frères et sœurs de lire le Coran en entier en 1 ou 2 mois. Pour rappel, chaque lettre lue dans le Coran vaut 10 hassanats.

     

    Téléchargez gratuitement le fichier en cliquant ici (pdf).

     

    Qu’Allah (Le Très-Haut) récompense le frère El Bashir, quelques dou’as pour le récompenser ne ferai pas de mal.

    Lien permanent Catégories : Islam 0 commentaire
  • Pétition internationale : Non au terrorisme de « l’Etat d’Israël »

    Pétition internationale : Non au terrorisme de « l’Etat d’Israël »
    LVO 24 mai 2012
    [0] commentaire

    Monsieur le Secrétaire général des Nation-Unies Messieurs les Chefs d’États membres du Conseil de sécurité,

    Je condamne le terrorisme, y compris sa forme d’État. Non au terrorisme de l’État d’Israël contre le peuple palestinien.
    Le terrorisme doit être condamné et combattu sous toutes ses formes, particulièrement sa forme d’État, qui est la plus conséquente vus les moyens mis en oeuvre. Aucun terrorisme n’est justifié. Tous les conflits doivent pouvoir être résolus dans le respect des droits de chaque individu, groupe d’individus ou peuple. A ce titre, il revient exclusivement aux Nations-Unies de mener la politique d’éradication du terrorisme dont les principales causes sont les injustices sociales, économiques et politiques.
    Nul ne doit pouvoir s’ériger en gendarme du monde et prétendre faire justice à lui tout seul. Il y va de la sécurité de tous les peuples et de leur droit fondamental à vivre en Paix.
    Aussi, je suis profondément inquiet de la situation en Palestine où, sous prétexte de sécurité et de lutte contre le terrorisme, l’État d’Israël met en oeuvre des moyens d’État au service d’une politique terroriste d’occupation des plus meurtrières contre le peuple palestinien, de ses biens, de ses moyens d’existence et de développement, visant à l’anéantissement de la mémoire et des structures de la société palestinienne elle-même.
    Aussi, je réclame qu’au même titre que les individus ou groupes d’individus, l’État d’Israël soit mis sur la liste noire du terrorisme. Qu’à ce titre, Israël soit privé de tout soutien ou aide financière et économique tant qu’il ne mettra pas fin à sa politique terroriste contre le peuple palestinien et tant qu’il ne respectera pas les résolutions prises par les Nations-Unies et son Conseil de sécurité.
    Bien respectueusement.
    Pour signer la pétition internationale : www.assawra.info/spip.php?article10





    English Version

    No to the terrorism of the State of Israel against the Palestinian people.

    Sir General Secretary of the Nation United, Sirs leaders of the Member states of the Security Council.

    I condemn the terrorism, including its shape of State. No to the terrorism of the State of Israel against the Palestinian people.
    The terrorism should be condemned and fought under all its forms, particularly its shape of State, which is the most consequent seen the implemented means. No terrorism is justified. All the conflicts should be able to be resolved in the respect for the rights of every individual, the group of individuals or the people.
    As such, it returns exclusively to Nations United to lead the politics of eradication of the terrorism the main causes of which are the social, economic and political injustices.
    Nobody should be able to set up himself as policeman of the world and claim to make(do) justice to him alone. It goes there from the safety of all the peoples and their fundamental right to live in Peace.
    So, I am profoundly worried about the situation in Palestine where, under excuse of safety and fight against the terrorism, the State of Israel implements means of State in the service of a terrorist politics of occupation of the most murderous against the Palestinian people, of the possessions, the means of existence and development, aiming at the destruction of the memory and the structures of the Palestinian society itself.
    So, I demand that in the same way as the individuals or the groups of individuals, the State of Israel is put on the blacklist of the terrorism. That as such, Israel is deprived of any support or financial and economic help as long as it will not terminate its terrorist politics against the Palestinian people and as long as it will not respect the resolutions taken by the United Nations and its Security Council.
    Very respectfully.
    Sincerely,
    Pour signer la pétition internationale : www.assawra.info/spip.php?article10



    Versión española

    ¡No al terrorismo de Estado de Israel !

    Sr. Secretario General de las Naciones Unidas, Sres. Jefes de Estado de los Estados miembros del Consejo de Seguridad :

    Condeno el terrorismo, incluido el terrorismo de Estado. ¡No al terrorismo de Estado de Israel contra el pueblo palestino !
    El terrorismo debe condenarse y combatirse en todas sus formas, especialmente en forma de terrorismo de Estado, que es el que entraña mayores consecuencias, dados los medios de los que se vale. Ningún terrorismo se justifica. Todos los conflictos han de poder resolverse respetando los derechos de cada individuo, grupo o pueblo. En este orden, corresponde exclusivamente a las Naciones Unidas emprender una política de erradicación del terrorismo, cuyas causas principales son las injusticias sociales, económicas y políticas.
    Nadie debe poder erigirse en gendarme del mundo ni pretender hacer justicia por su cuenta, pues tanto la seguridad de los pueblos como su derecho fundamental a vivir en paz se verían perjudicados.
    Asimismo, me preocupa profundamente la situación de Palestina, donde el Estado de Israel, con el pretexto de salvaguardar la seguridad y luchar contra el terrorismo, utiliza recursos propios de un Estado para llevar a cabo una política terrorista de las más mortíferas contra el pueblo palestino, sus bienes, medios de subsistencia y desarrollo, con vistas a la aniquilación de la memoria y de las estructuras de la sociedad palestina misma.
    Por todo ello, pido que se incluya al Estado de Israel en la lista negra del terrorismo, de igual manera que figuran en ella individuos o grupos de individuos. Que, de ese modo, se prive a Israel de todo apoyo o ayuda financiera y económica mientras no ponga fin a su política terrorista contra el pueblo palestino ni respete las resoluciones tomadas por las Naciones Unidas y su Consejo de Seguridad.
    Muy respetuosamente.
    Pour signer la pétition internationale : www.assawra.info/spip.php?article10



    Version arabe

    وقيع عريضة : لا لإرهاب « دولة إسرائيل »

    السيد الأمين العام للأمم المتحدة ورؤساء الدول الأعضاء في مجلس الأمن ،

    أنا أدين الإرهاب ، بما في ذلك شكله الدولي المتأتي من الحكومة. لا للارهاب « دولة اسرائيل » ضد الشعب الفلسطيني. يجب ادانة الارهاب ومكافحته بكل أشكاله ، وخاصة شكلهه من الحكومة ، والذي هو الأكثر فضاعة بالنظر للموارد المستخدمة. لا يوجد هناك ما يبرر الإرهاب. ويجب حل جميع الصراعات وفقا لحقوق كل فرد أو مجموعة من الأفراد أو شعوب. واعتمادا على هذا، فإنه ينتمي حصرا إلى الأمم المتحدة لإجراء سياسة القضاء على الإرهاب الذي يعتبر من أهم الأسباب الظلم الاجتماعي والاقتصادي والسياسي.
    لا يجوز بتاتا لأي طرف الإنفراد بدور الشرطي في العالم و التظاهر بالسعي إلى فرض الأمن. إن أمن جميع الشعوب وحقهم الأساسي في العيش في طمأنينة وسلام يعتمد على هذا المبدأ.

    يساورني قلق بالغ إزاء الوضع في فلسطين ، حيث تستخدم « إسرائيل » قدرات دولة لإتباع سياسة إرهابية قاتلة لتكريس الاحتلال ضد الشعب الفلسطيني ، ونهب ممتلكاته ومصادر رزقه ووسائل التنمية لديه سعيا منها إلى
    تدمير الذاكرة وهياكل المجتمع الفلسطيني نفسه. لذا ، وكما هو الحال مع أفراد أو مجموعات من الأفراد ، أطالب بوضع « دولة إسرائيل » على القائمة السوداء للإرهاب. الشئ الذي يترتب عنه حتما حرمان « إسرائيل » من أي دعم أو مساعدة مالية واقتصادية ما لم تضع حدا لسياسة الإرهاب ضد الشعب الفلسطيني وما لم تنصاع بالكامل للقرارات التي اتخذتها الأمم المتحدة و مجلس الأمن الدولي.
    Pour signer la pétition internationale : www.assawra.info/spip.php?article10

    Source: http://stcom.net (http://s.tt/1cDVd)

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • Le roi d'Arabie saoudite appelle la communauté musulmane à l'unité

     Le roi d'Arabie saoudite appelle la communauté musulmane à l'unité

     

    Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud, roi d'Arabie saoudite et gardien des deux mosquées saintes (La Mecque et Médine) a insisté hier sur la nécessité de renforcer l'unité arabe et islamique dans le monde.

     

    « Je souhaite servir le monde arabe et islamique, sans aucune discrimination. Vous êtes des frères et des frères véritables de la nation arabo-islamique », a-t-il dit.

     

    Le roi Abdallah a fait cette déclaration lors d’un discours devant plusieurs personnalités de science dont le Grand Mufti Sheikh Abdul Aziz Al-Asheikh et d'autres personnalités de premier plan qui sont venus pour le saluer sur le septième « anniversaire » de son accession au trône.

     

    « Nous espérons avoir dans notre communauté de l’amour, de la sincérité et de l'unité. Je prie Allah de m'aider à m'acquitter de mes fonctions de la meilleure manière et d'une manière qui lui plaît » a-t-il ajouté.

     

    Il a exhorté les Saoudiens à remercier Dieu pour ses grandes bénédictions dont la paix, la sécurité et la stabilité économique. « Nous devons remercier Dieu pour tous les bienfaits que nous avons » a-t-il déclaré.

     

    Sheikh Salah Al-Bedair, imam et prêcheur de la mosquée du Prophète de Médine a également prit la parole pour souligner l'importance de l'unité dans la communauté musulmane pour réaliser des progrès de prospérité. « Il n'y a pas de religion sans unité et il n'y a pas d’unité sans un meneur (gouverneur) et il n’y pas de meneur sans obéissance (en Dieu) » a ajouté le Sheikh. Il a ajouté : « Nous souhaitons que le roi Abdallah reste un gouverneur partisan des plus pauvres, de la prévention de l'injustice et des opprimés. »

    http://www.mooslym.com

    Lien permanent Catégories : moyen orient 0 commentaire
  • L'Afrique du Sud envisage d'imposer la Palestine sur les étiquettes d'origine

     tadamonflagwriting2.jpg JOHANNESBURG - L'Afrique du Sud envisage d'imposer l'étiquetage comme tels des produits venant des Territoires occupés palestiniens, au lieu de la mention d'origine Israël comme cela arrive parfois, a-t-on appris samedi au ministère du Commerce et de l'Industrie.

    Pour le moment, il n'y a pas de décision mais les gens doivent savoir que l'Afrique du Sud reconnaît Israël dans les frontières admise par l'ONU en 1948, a expliqué à l'AFP Macdonald Netshitenzhe, directeur pour la politique et la législation commerciale au ministère sud-africain du Commerce.

    Un avis est paru le 10 mai au journal officiel ouvrant une période de consultation publique de deux mois. Ce n'est pas un appel au boycott des produits israéliens, a précisé M. Netshitenzhe.

    En fait, la loi sur la protection du consommateur impose de ne pas induire en erreur sur la provenance exacte du produit. Si par exemple c'est un vin de Bordeaux, il ne peut pas venir de Bretagne, a-t-il ajouté.

    Si l'on vient à la question de la Palestine et d'Israël, un produit d'Israël doit être fabriqué ou produit dans les frontières de 1948. Donc pour les biens ou légumes venant de zones où Israël a envahi d'autres pays arabes, l'Afrique du Sud considère qu'il est mieux de les étiqueter comme produits en Palestine ou dans les Territoires occupés palestiniens, selon le haut responsable sud-africain.

    Cité par l'agence de presse sud-africaine Sapa, le ministre du Commerce Rob Davies avait expliqué vouloir permettre aux Sud-Africains qui ne soutiennent pas Israël, mais soutiennent les Palestiniens, d'identifier ces produits.

    Cela ne signifie, cependant, en aucun cas un boycott des produits d'Israël, avait-il ajouté, selon Sapa.

    Interrogé par l'AFP, le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères Yigal Palmor, a qualifié ce projet d'initiative essentiellement raciste, en précisant que l'ambassadeur d'Afrique du Sud en Israël serait convoqué au ministère israélien des Affaires étrangères dans les prochains jours.

    Il est choquant de penser que que soit l'Afrique du Sud, entre tous les pays, qui fasse preuve d'une telle insensibilité et emprunte aveuglement la pente glissante du racisme, s'est emporté M. Palmor.

    Dans le cadre de leur campagne de résistance populaire, les Palestiniens ont appellé à boycotter les produits fabriqués dans les colonies juives implantées dans les Territoires occupés.

    Depuis l'adoption d'une loi à l'initiative de l'extrême droite et du lobby des colons en juillet 2011, il est désormais interdit en Israël d'appeler au boycottage des colonies.

    L'ensemble de la communauté internationale --y compris les Etats-Unis--, s'appuyant sur le droit international, considère toutes les colonies israéliennes en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est annexée comme illégales.

    cclr/hba/agr/mr

     

     

     

    Source: Romandie

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • Ethiopie : Les musulmans réclament leur indépendance

    Ethiopie : Les musulmans réclament leur indépendance

    Les Ethiopiens musulmans sont sur le pied de guerre contre le gouvernement qu’ils accusent de s’ingérer dans les affaires religieuses de leur communauté, rapporte Global Voices online.

     

     

     

    Depuis plusieurs mois, des milliers de musulmans d'Ethiopie organisent des manifestations de protestation. Ils ne supportent plus que le gouvernement éthiopien leur impose une secte, en se cachant derrière l’argument sécuritaire.

     

     

     

    A plusieurs reprises, le Premier ministre Meles Zenawi a évoqué la menace d’un islam radical en Ethiopie, relaie Reuters. C’est pourquoi il promeut les projets de bienfaisance islamique l’association Al-Ahbache, qui est de part sa grande déviance, la cible des critiques des manifestants. L'association a été fondée dans les années 1980 par Abdullah al Harrari, un clerc éthiopien qui a été contraint de quitter son pays pour le Liban en 1950. 

     

     

     

    Pour de nombreux manifestants, la politique menée par le gouvernement pourrait se retourner contre lui. En autorisant cette secte, le gouvernement instille la division.

     

     

     

    Dans la vidéo ci-dessous, on voit l’une de ces manifestations le 27 avril à Addis Abeba. Des centaines d’Ethiopiens crient «Allahu akbar» devant une mosquée. Le pays compte environ 60% de chrétiens et 30% de musulmans.

     

     

     

    «Appelez-moi terroriste, mais je continuerai à défendre ma religion», crie un muezzin aux fidèles réunis autour de la mosquée.

    Lien permanent Catégories : afrique 0 commentaire
  • Signaure d'un accord entre le Hamas et le Fatah au Caire

     
     
           
     
     

    RAMALLAH, 20 mai (Xinhua) -- Le Fatah et le Hamas, factions rivales palestiniennes, ont signé dimanche au Caire un accord selon lequel le président de l'Autorité nationale palestinienne Mahmoud Abbas va continuer et former un gouvernement intérimaire.

    Azzam Al-Ahmad, officiel du Fatah, a déclaré que cet accord permettrait à la Commission électorale centrale (CEC) de mener ses opérations dans la bande de Gaza, sous contrôle du Hamas, avant la fin du mois de mai.

    Interrogé par téléphone, Al-Ahmad a expliqué que ce nouvel accord a pour but de faire appliquer l'accord de Doha, conclu en février dernier.

    L'accord de Doha prévoit la formation d'un gouvernement intérimaire dirigé par Abbas, qui devrait organiser les élections.

    M. Abbas avait déclaré qu'il refuse de former un gouvernement avant que le Hamas n'autorise la CEC de mener ses opérations dana la bande de Gaza.

    Avec la signature de l'accord au Caire, les deux factions palestiniennes ont surmonté un obstacle essentiel sur la voie vers la fin de leur litige.

    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • Macédoine : violente manifestation des musulmans contre le pouvoir parce qu’il insulte l’Islam

    Ils ont crié «Allah est grand», avant de jeter des pierres sur le siège du gouvernement. En Macédoine, pour la deuxième semaine consécutive la prière du vendredi a dégénéré en violente manifestation contre le pouvoir, accusé par les Albanais d'insulter leur religion en présentant les suspects du meurtre de cinq Macédoniens comme des «terroristes islamistes».



    Le 1er mai, lors d'une opération de police sans précédent, une vingtaine de suspects ont été arrêtés dans le cadre de cette affaire qui, depuis la mi-avril, empoisonne les relations déjà fortement dégradées entre les deux communautés du pays. Cinq d'entre eux (dont deux sont toujours en cavale) ont été présentés comme les auteurs de ce meurtre et inculpés de «terrorisme». Ils sont tous Albanais et, pour beaucoup dans la communauté, il s'agit de boucs émissaires. «On veut diaboliser les Albanais en les assimilant a des terroristes islamistes», affirme Arben Xhaferi, président d'honneur du Parti démocratique des Albanais (opposition).



    Le 11 mai, ils étaient près de 5000 à manifester dans plusieurs villes du pays, dont la capitale, Skopje, où de nombreux policiers et représentants de la presse ont été blessés. «Les musulmans ne sont pas des terroristes!», scandaient encore les manifestants, dont beaucoup s'étaient munis des drapeaux verts de l'islam et de l'aigle bicéphale albanais, symbole de la «Grande Albanie» dans les Balkans. Ils s'en sont également pris au siège du parti albanais Union démocratique pour l'intégration (DUI), qui participe au gouvernement du conservateur Nikola Gruevski, accusant sa direction de «traîtrise».



    «Pour la première fois depuis 2001, les partis albanais ne semblent plus contrôler la situation», estime l'ancien premier ministre Lupco Georgievski, en référence au conflit armé de 2001. Les accords d'Ohrid, dont il est l'un des signataires, y ont mis fin en donnant une plus grande représentativité aux Albanais dans la vie politique du pays. De passage dans la capitale bulgare, ce dernier s'est dit encore «très préoccupé» par l'évolution de la situation dans son pays. «Si cela continue comme ça -et si la Macédoine reste en dehors de l'Union européenne et de l'Alliance atlantique-, dans cinq ans le pays n'existera plus», a-t-il dit.

    Lien permanent Catégories : europe 0 commentaire
  • Video : Les Musulmans doivent reprendre le controle de la finance Islamique aux mains des geants corrompus bancaires de Wall Street et de la City

     

     Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux, Paix et Salutations sur le Noble Prophète Muhammad, saws,

     Les pieces, sur l'image ci-dessus, sont deja en vente en Angleterre. J'en achete souvent et elles sont telles que sur cette image. Les pieces de 1 dirhams ont des gazelles sur une face et la Shahada sur l'autre, et ne sont donc pas islamiquement valables mais l'etat Malaisien a entrepris de retirer ces pieces pour ne laisser que celles que vous voyez tout en respectant exactement les regles islamiques de la Sunnah telle que recommandées par le Sceau des Prophetes Muhammad saws et mises en place par le Caliphe Omar, ra.  

     

     

     

    Voici ce qui changera radicalement les transferts des richesses vers les pays Musulmans notamment au Maghreb et en Afrique. Les Dinars Islamique d'Or et les Dirhams Islamique d'Argent sont deja en vente en Europe et en Asie, ce depuis fin 2010, voir sur ce site.

     

     

    Vous pouvez en acheter en Angleterre, mais il est imperatif qu'en 2012, les Musulmans de France, Suisse, Allemagne puissent en avoir a disposition  puis dans tout le reste de l'Europe, le Maghreb, le Sahel. Les emirats commercialisent deja leurs dinars or et dirhams argent, et cela va s'etendre tres rapidement, car la demande est massive, exponentielle. 

     

    Des freres Malais m'ont confirmé que la demande est 'sur-realiste' en Asie, elle a explosé en 2011. Il est deja extremement difficile de trouver des Dinars Or en Angleterre, la demande est massive. Si vous souhaitez vous preparer réellement a la periode de 'destruction-changement' de 2012 prevue par les terroristes financiers, vous devrez posseder des Dinars et des Dirhams et les utiliser au niveau local. 

     

    La France, les abrutis de sionistes et leurs affidés shabbath goys qui la dirigent, auront du mal a preserver leurs positions face a cette deferlante de Dinars et Dirhams, notamment au Maghreb ou a terme les monnaies locales s'apprecieront face au Dinar Islamique d'Or et au Dirham Islamique d'Argent, puis celui des marchés des matieres premieres, mettant un terme a la domination coloniale occidentale en Afrique, puisque l'Afrique du Sud vient de comprendre qu'en autorisant la monnaie islamique, cela provoquera un attrait majeur des fonds souverains de pays Musulmans, ce que la Chine a deja entrepris de laisser faire sur son territoire. 

     Le transfert de richesses materielles vers les pays Musulmans se fera principalement par ce biais, et la veritable finance islamique, pas celle de la banque du Qatar, ou celle des banques de la City , Wall Street, aura un impact considerable sur les economies réelles des pays Musulmans de la Mauritanie a l'Indonesie. Si les peuples européens ne se soulevent pas en 2012, ils seront condamnés aux goulag, a la misere et la famine, les guerres civiles, orchestrés par les cartels financiers anglo-saxons ainsi que la colonisation par l'OTAN qui les menera de guerre en guerre, jusqu'a leur epuisement, telles que cela fut avec les croisades pendant des siecles et des siecles. 

     Il s'agit pour les cadres Musulmans en Europe et en occident de se pencher sur la creation de reseaux de ventes et de distribution de la monnaie Sunnah pour assurer aux populations Musulmanes une autonomie financiere qui mettra un terme a la domination sioniste sur elles, en Europe mais egalement dans les pays Musulmans. Cette voie est a privilegier car elle participe a l'effondrement de la franc maconnerie et de l'oligarchie et de leur perte d'influence sur des pans entiers de populations en Europe. Ce qui fera tache d'huile et provoquera une rebellion des peuples indigenes en Europe, c'est ce que redoute le plus le systeme. 

     Mettez deja 25% de toutes vos economies en or et argent et travailler vos reseaux d'entre-aide, acheter des terres et biens au Maghreb, Sahel, Afrique, en utilisant la monnaie Sunnah car l'ennemi souhaite vous mettre dans des camps de concentration, des Gaza européens a perte de vue.

     Abou Horaïra, ra, rapporte que le Messager d'ALLAH , saws, a dit : "Celui qui redonnera la vie à (une Sounnah) une pratique de ma Tradition qui s'est éteinte et fut abandonné après mon départ, sera rétribué pour l'équivalent de toutes les récompenses accumulées de ceux qui la pratiqueront sans que ne soit diminuer en rien les mérites de ces derniers". (Ibn Maja Page 19).


    Wa Allah swt 'alam 


    Abu-Suleyman

    <object classid="clsid:D27CDB6E-AE6D-11cf-96B8-444553540000" codebase="http://download.macromedia.com/pub/shockwave/cabs/flash/swflash.cab#version=10,0,0,0" id="playerArte" allowScriptAccess="always"

    Lien permanent Catégories : Islam 0 commentaire
  • Share on print Share on email Share on twitter Share on favorites More Sharing Services 0 L'occupation a démoli 65 établissements palestiniens lors du premier trimestre 2012

     

     
    Ramallah – CPI

     

     

    Des données palestiniennes ont dévoilé que les autorités de l'occupation israélienne ont démoli lors du premier trimestre de 2012, plus de 65 établissements appartenant aux citoyens palestiniens, et que les opérations de démolition se sont concentrés dans les villes de Jérusalem, Hébron, Naplouse, la vallée du Jourdain et les villages arabes dans les territoires palestiniens occupés en 1948.

    L'assemblée des jeunes qui porte le nom "Ensemble contre la colonisation" a déclaré dans un communiqué de presse, le samedi 19/5, que les autorités de l'occupation israélienne avancent de nombreuses raisons pour justifier les démolitions, qui sont souvent associées à des attaques affectant les propriétaires de ces établissements et les autorités occupantes prétendent toujours que ces bâtiments ont été construits dans les zones classées "C" sans l'obtention d'un permis autorisant la construction.

    L'assemblée de la jeunesse qui a une page Facebook a ajouté que l'occupation ferme délibérément ses portes face aux citoyens palestiniens, ce qui oblige plusieurs d'entre eux à construire sans autorisation en raison de la surpopulation. De plus, obtenir un permis est un processus très complexe, en particulier dans la ville occupée de Jérusalem.

    Le communiqué a souligné que l'occupation prétend que ces maisons ont été construites dans des régions et des villes non reconnues, et que la construction est une action illégale et sans aucune légitimité, comme ce qui se passe dans les régions du Néguev et la vallée du Jourdain, tandis qu'elle détruit certains établissements sous prétexte de leur proximité avec des colonies ou situées dans le voisinage des route de déviation utilisées par les colons extrémistes.
    Lien permanent Catégories : Proche-Orient 0 commentaire
  • Peut-on travailler en France avec un voile ?

     La loi «anti nounous voilées» relance une fois de plus la question du voile dans le monde du travail. Ce sujet, surtout abordé dans les forums de discussion, n'a fait jusqu'à présent l'objet d'aucune étude, ni d'une enquête approfondie dans les médias.

    Un bref retour sur la loi

     Les textes de lois concernant le port du voile dans la sphère publique se sont multipliés ces dernières années. C’est en 2004 qu’est votée la première loi contre le port de signes religieux à l’école, elle ne concerne pas toutefois l’entreprise privée. Néanmoins, la récente proposition de loi de 2012 vise à étendre l’obligation de neutralité aux structures privées, en charge de la petite enfance, et à assurer le respect du principe de laïcité. Ce qui revient à dire que, désormais, les assistantes maternelles n’ont plus le droit de porter de signes distinctifs de religion. Cette dernière loi entrave un peu plus le droit de nombreuses femmes à vivre de leur travail, à jouir d’une indépendance financière et à s’épanouir dans l’exercice d’un métier.

     La France et l'interdiction du voile au travail : une exception européenne

     Dans une Europe tolérante et permissive à l'égard du voile, la France fait figure d’exception, à grand renfort de textes de loi interdisant le port de signes religieux dans le secteur public et dorénavant dans le privé. La tendance est complètement inversée en Grande-Bretagne, où des entreprises comme Ikea sont allées jusqu’à s’adapter à leurs employés, non seulement en  tolérant leur voile, mais aussi en proposant des uniformes appropriés. Dans les pays anglo-saxons,  la  recherche de la paix sociale est souvent préférée à l'interdiction. Dans le reste de l’Europe, notamment en Allemagne, en Belgique, et en Suède, le voile est autorisé sur le lieu de travail.

     Outre-Atlantique, même constat, rappelons-nous les propos de Barack Obama, lors de sa conférence au Caire, visant la France. Le fait de juger la norme vestimentaire des citoyens français, et d’interférer dans ce  débat franco-français très sensible, avait été vivement critiqué. "Il est important pour les pays occidentaux d'éviter de gêner les citoyens musulmans de pratiquer leur religion comme ils le souhaitent, et par exemple en dictant les vêtements qu'une femme doit porter".  Le Canada développe, pour sa part,  un modèle de tolérance qui est parfaitement illustré par le parcours de Wafa Dabbagh, cette musulmane voilée, lieutenant dans l’armée canadienne. Au Québec, les accommodements raisonnables garantissent la non-discrimination dans le milieu du travail.

     Le voile est-il soluble dans l’entreprise ?

     Certaines entreprises font le pari de miser sur les compétences. Ainsi, de grands groupes n’hésitent pas à donner leur chance aux femmes voilées. Dans un article de Stratégies, datant du 6 décembre 2007,  on apprend que L’Oréal a recruté une musulmane portant le voile pour un poste de cadre. Le 30 juillet 2008, c’est Guillaume Pépy,  patron de la SNCF qui, au micro de France Info, explique sa position favorable aux salariées voilées.

     A la question du journaliste Daniel Schick  "Une femme musulmane voilée qui veut délivrer des billets, elle peut, elle pourra le faire en France comme on peut le faire en Angleterre ou ça ne va pas avec vos principes ? " Ce à quoi Guillaume Pépy a répondu :  « Je ne connais pas d’histoires, de problèmes là-dessus. Tout simplement parce que la SNCF, elle est à l’image de ces voyageurs. Quand on est en Seine Saint Denis, quand on est à Argenteuil, quand on est à Villeneuve la Garenne, il faut que la SNCF ressemble aux voyageurs qu’elle transporte ».

     On observe que si les entreprises communiquent de plus en plus sur la diversité, le cas des femmes voilées est très peu mis en lumière. Tolérer, mais en toute discrétion... Il en va de l'image de l'entreprise, qui ne souhaite aucunement apparaître comme pro-voile. Nous avons tenté de contacté les RH de la SNCF, mais en vain, personne ne souhaitant communiquer sur cette question.

     Face à cette hostilité du port du voile conjuguée à une mauvaise image,  certaines se résignent à se présenter aux entretiens sans "hijab", afin de  mettre toutes les chances de leur côté. Anissa B., 21 ans, étudiante en BTS « Négociation relation client », en alternance dans une société d’assurance, confie qu'elle « porte le voile depuis un an.  A l’époque,  je cherchais une entreprise en alternance pour continuer mes études. C’est  après un rendez-vous avec ma conseillère du Pôle emploi, qui m’a clairement signifié  que je ne trouverai jamais de travail avec mon voile, que j’ai décidé de faire un compromis et de le porter en dehors de mon temps de travail ». 

     

    Anissa n'a jamais osé se présenter voilée à un entretien : « J’ai toujours été convaincue  que l’on ne me prendrait pas avec mon voile. Il existe aujourd’hui beaucoup de discriminations dans le monde du travail, en plus d’être une femme, je suis musulmane et voilée de surcroît, je pense que c’est beaucoup pour un seul et même employeur (rires) » ajoute-t-elle, non sans humour. La plupart des candidates revêtues du voile  vont même jusqu'à ne pas mettre  de photos sur leur CV,  afin d'optimiser leurs chances de décrocher un entretien.

     Travailler avec son hijab difficile… mais pas impossible

     Lors de notre enquête, nous avons réalisé à quel point il était difficile pour ces femmes voilées de trouver un emploi à la hauteur de leurs compétences. Il existe un phénomène important de «déclassement professionnel», beaucoup sont contraintes d’exercer des métiers  qui ne correspondent en rien à leurs compétences.

     Cependant,  une minorité  réussit  à se faire accepter dans le monde du travail. Nassera J., 21 ans, étudiante en 3ème année d’Information et communication,  et co-fondatrice du site d’achats groupés « Deal4you » affirme : « J’ai toujours travaillé en fonction de mes compétences,  et hamdoulillah je n'ai pas eu à exercer des métiers qui n'avaient rien à voir avec ce que je sais faire, j'ai toujours été acceptée telle que je suis, avec mon hijab».

     Cette dernière conseille aux femmes portant le voile « de faire preuve d’assurance lorsqu’elles se présentent, et de ne pas renoncer à leur voile pour un travail. Elles doivent mettre en avant leurs compétences autant que faire se peut, et si elles sentent un malaise, briser la glace avec un peu de dérision, l’humour peut parfois être un atout », précise-t-elle en connaissance de cause.

     Le regard et l’incompréhension  des collègues sont des difficultés, des épreuves, rencontrées au quotidien.  Anissa B. nous a confié : « Je n’ai pas osé en discuter avec ma responsable par crainte de sa réaction, aucun de mes collègues n’était au courant que je le portais et je savais que c’était mal vu dans mon service. Je me suis donc résignée à le retirer sur mon lieu de travail. Je dois avouer que c’est une décision qui n’a pas été facile, surtout dans les débuts, c’était très dur ».

     Voile non désiré ! Turbans, bandanas ou chapeaux «tolérés»

    En France, le voile traditionnel, connoté trop religieux, n'est pas le bienvenu dans les entreprises.  Certaines femmes voilées sont prêtes à faire des concessions pour décrocher un emploi, en s'assurant de couvrir les parties du corps qui doivent être dissimulées, (plus particulièrement la chevelure), et  elles remplacent leur hijab par un bandana, un turban, un chapeau ou autres... Plus discrète, cette nouvelle façon de se couvrir la tête pourrait être une solution susceptible d’inciter certains employeurs à accepter, à leur tour, ce compromis.

     Les centres d'appels, « refuge » ou « repaire » pour les femmes voilées 

     Pour celles qui désirent travailler coûte que coûte,  les centres d'appels recrutent à foison des femmes voilées. Ce n'est un secret pour personne, c'est à peu près le seul secteur qui ne fait pas de discrimination envers les femmes portant le hijab, mais la contrepartie peu enviable est un travail, abrutissant, difficile et mal payé, comme seul lot de consolation. Dans la communauté, c'est par  le bouche à oreille, les forums de discussion ou via les réseaux sociaux que s'échangent les coordonnées de ces call centers.  Lors de l'entretien, on vous fait savoir que l'«on a l'habitude de travailler avec des femmes voilées ». 

     Une masse impressionnante de jeunes gens se rue vers ces entreprises pour gagner quelques sous, et parmi eux se trouvent beaucoup de femmes voilées. Si vous commencez à engager la conversation, elles vous diront comme Dalila D., étudiante de 22 ans en sociologie, qu'elles n'ont « pas le choix, il faut bien vivre. Je suis étudiante, mais la bourse ne me suffit pas. Avant de porter le voile, je n'avais aucun problème pour trouver du travail, j'ai eu un tas d'expérience. Après ma décision de porter le hijab, j'ai vu les portes se fermer, c'est dommage... Ici nous sommes beaucoup dans cette situation, alors même si le travail n'est pas très gratifiant, c'est toujours ça. J'ose à peine me plaindre, même si c'est difficile, j'ai un job et garder mon voile c'est tout ce qui m'importe.» 

     Une autre alternative : créer sa propre entreprise  

     L'entrepreneuriat est une des solutions que certaines femmes envisagent pour travailler en toute sérénité. Devenir son propre patron confère une grande liberté à ces femmes, qui peuvent pratiquer leur religion sans contraintes, tout  en employant des femmes confrontées aux mêmes difficultés. Ainsi, Anissa B envisage de monter sa propre entreprise familiale, soit dans le domaine de la relaxation, soit une agence de voyages spécialisée dans le pèlerinage : "J’ai toujours voulu être entrepreneur et j’ai tout le soutien de ma famille.  Sans discrimination bien sûr, je recruterai en priorité des femmes, compétentes et voilées. N’y voyez pas de communautarisme, mais simplement  l’occasion de donner une chance d’accéder à l’emploi aux femmes qui sont dans la même situation que moi».  Les professions libérales constituent également une alternative, qui permet de concilier voile et métier, en tant que médecin, avocate, sage-femme ou même architecte.

     Le port du voile,  avec les préjugés qu'il véhicule, est sans conteste un obstacle à l'insertion professionnelle  de toutes ces jeunes femmes, qui n’aspirent qu'à s'épanouir professionnellement,  tout en étant autonomes financièrement.  Victimes de discriminations,  en dépit de brillantes études, et bien que très motivées et dotées d'un esprit combatif, elles voient  leur  horizon professionnel  se réduire considérablement.  Certaines se tournent vers les quelques entreprises "musulmanes" qui existent, comme l'ultime recours pour trouver un emploi, alors que d'autres tentent de se lancer dans la création d'entreprise, parfois avec succès. Mais elles sont nombreuses à subir les affres du chômage.

    http://oumma.com/12845/on-travailler-france-un-voile

    Lien permanent Catégories : france 0 commentaire
  • Maroc, le partenaire discret d’Israël

    Si WikiLeaks a confirmé que Rabat et Tel-Aviv s’accordaient sur bien des sujets diplomatiques, c’est dans le business que leur coopération est la plus méconnue.

     

    Israeli flag flapping_0514c, by hoyasmeg via Flickr CC

    «On est pour le maximum d'échanges». Telle était la réponse du directeur commercial du port Tanger Med à la question du commerce avec Israël, dans les colonnes du Figaro, qui titrait en juillet 2008: «Le Maroc veut être un pays modèle pour l’UPM (Union pour la Méditerranée)». Un point de vue qui demeure tabou pour l'opinion publique, mais les diplomates et les chefs d'entreprises marocains conviennent, en privé, que les routes commerciales avec Israël existent et se développent à grands pas.

     

    Sous l’œil bienveillant de Washington

     

    Dans une missive adressée en 2009 au roi Mohammed VI, Barack Obama écrivait:

     

    «J’espère que le Maroc va jouer un rôle important dans le rapprochement entre le monde arabe et Israël, tout en sachant que cela entraînera une paix stable et une solution au conflit au Moyen-Orient».

     

    Une lettre qui intervenait au moment où le Maroc était considéré par Washington comme le pays du Maghreb le moins hostile à l’État hébreu. La situation est d’autant plus remarquable aujourd’hui avec les révolutions arabes: la difficile transition politique en Égypte, le chaos en Syrie et la rupture de Tel-Aviv avec Ankara soulignent encore davantage l’isolement diplomatique de l’État hébreu dans la région.

    Le Maroc, qui est vu comme un modèle aux yeux de l’Occident joue aussi cette carte, malgré la défiance de son opinion publique vis-à-vis d’Israël —surtout qu’il a par ailleurs rompu avec fracas ses relations diplomatiques avec l’Iran.

     

    Dans un câble diplomatique révélé par WikiLeaks datant du 9 juin 2009, l’ambassade américaine à Rabat voit d’un bon œil le retour à la normale entre le Maroc et Israël, après les contacts que les deux pays ont eu dans la capitale chérifienne, entre le 3 et 5 juin 2009, à l’occasion de la tenue d’une rencontre sur le terrorisme nucléaire. «Des contacts qui ont permis aux responsables des deux pays de prendre langue après une période de froid suite à la guerre israélienne contre Gaza».

     

    Des liens diplomatiques ininterrompus

     

    Malgré la fermeture, en octobre 2000, du bureau de liaison d’Israël à Rabat et le départ de Gadi Golan, son diplomate qui avait rang d’ambassadeur, les contacts entre les deux pays n’ont jamais vraiment cessé. En 2003, Silvan Shalom, alors chef de la diplomatie israélienne était reçu par Mohammed VI. En décembre 2008, le directeur général du ministère des Affaires étrangères, Aharon Abramovitz, s'est rendu quasi officiellement à Rabat.

     

    En septembre 2009, une radio israélienne rapportait que le ministre des Affaires étrangères israélien, Avigdor Liebermann, avait rencontré en catimini à New York son homologue marocain, Taïeb Fassi-Fihri, en marge de l’assemblée générale des Nations unies. La participation d’une délégation israélienne, conviée la même année à un congrès international à Marrakech, confirmait un mouvement perceptible de décrispation avec Tel-Aviv, malgré le coup de froid né de l’offensive de Tsahal sur Gaza quelques mois auparavant.

     

    Le chassé-croisé diplomatique s’est d’ailleurs intensifié: Jason Isaacson, le directeur du Comité juif américain d’affaires gouvernementales et internationales, et fervent défenseur de la cause sioniste, a été décoré de la médaille de Chevalier du Trône du Royaume du Maroc.

     

    «Par la réforme et la réconciliation politiques, par sa position ferme contre l’extrémisme, par sa protection continue des minorités religieuses, le Maroc a prouvé à maintes reprises son amitié, sa force, ses principes», avait déclaré Isaacson lors de la cérémonie, dont les médias officiels marocains ont pourtant opportunément tu l’événement, l’opinion marocaine étant à l’écrasante majorité défavorable à tout rapprochement avec Israël —en témoigne encore récemment la polémique suscitée par la visite de Tzipi Livni à Tanger.

     

    Dans un câble diplomatique américain de l'ambassade américaine à Rabat révélé par WikiLeaks, Yassine Mansouri, le chef du contre-espionnage marocain, avait pour sa part confié à des diplomates américains que «Tzipi Livni est un bon partenaire»

     

    L’épisode Livni ou la visite chaotique des étudiants de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) avaient suscité une véritable levée de boucliers au Maroc, faisant dire à Mamfakinch, le média citoyen du Mouvement du 20 février qu’au Maroc, «il vaut mieux militer pour Israël que pour la démocratie ou la Palestine».

     

    Le réchauffement avec l’État hébreu s’expliquerait par l’affaire du Sahara, la position marocaine étant soutenue par des politiques américains proches du puissant Aipac (American Israel Public Affairs Comittee) et par des firmes de lobbying diplomatique basées à Washington, qui entretiennent des relations similaires avec Tel-Aviv et dont les ramifications se croisent avec des intérêts économiques communs.

     

    Des circuits gigognes et discrets

     

    La télévision israélienne avait consacré en juillet 2009 des programmes sur le Maroc, une initiative menée en collaboration avec l’Union mondiale des juifs d’origine marocaine dans le cadre de la commémoration du dixième anniversaire de la disparition d’Hassan II et de l’accession de Mohammed VI au trône.

     

    But affiché de l’opération: faire la promotion… des offres immobilières de luxe de Tanger et de Fès très prisées en Israël, avait rapporté le quotidien Maariv, dont l’éditorialiste n’avait pas manqué à l’occasion de rappeler avec nostalgie «l’espérance gâchée» du premier Sommet économique du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (Mena), qui s'était tenu en 1994 à Casablanca et où ont participé 64 pays —dont Israël.

     

    En dépit de l’opposition populaire à la normalisation avec l’État hébreu, traduite par les nombreuses marches dans le royaume contre Israël lors des événements de Gaza, Rabat continue à entretenir des relations commerciales avec Tel-Aviv, dont les flux sont loin d’être négligeables.

     

    De nombreuses associations marocaines dénoncent régulièrement les liens commerciaux entre l'État hébreu et le royaume chérifien. L'initiative nationale de boycott d'Israël estime qu’ils atteignent les 50 millions de dollars (35,3 millions d’euros) par an, notamment dans l’agro-industrie. Semences et technologie transitent par l’Europe pour masquer leur origine israélienne.

    Certaines entreprises marocaines importent des produits d’Espagne, des Pays-Bas ou du Danemark, dont la technologie ou les intrants proviennent en réalité d’Israël. En 2005, la presse avait rapporté l’existence de containers débarqués à Casablanca frappés de l’étoile de David ou de certains composants made in Israël intégrés dans du matériel de télécommunications importé par Maroc Telecom…

     

    Cette situation créée des poussées de fièvre chez les politiques, notamment les islamistes qui réclament la fin de ce commerce caché.

     

    En réalité, le Maroc et Israël ont réaffirmé dans le cadre de l’Euromed leur volonté d’entamer des négociations ayant pour objectif commun de créer une zone de libre-échange. D’ailleurs, nombre de réseaux d’affaires euro-méditerranéens dans lesquels le patronat marocain est très actif accueillent des chefs d’entreprise israéliens… Les nombreuses pétitions lancées au Maroc appelant au boycott des produits israéliens restent lettre morte.

     

    Les médias israéliens tels le Jerusalem Post ou Yehodot Aharonot rapportent régulièrement la signature d’accords commerciaux, des transactions financières ou des programmes de coopération avec des instances gouvernementales ou par le secteur privé. Dans la finance, les banques Leumi et Hapoalim ont ainsi mis en place des passerelles pour les opérations d’import-export entre le Maroc et Israël, via des conventions de correspondant banking avec plusieurs institutions financières marocaines.

     

    Le New York Times avait annoncé que la compagnie aérienne El Al cherchait à tisser des liens avec la Royal Air Maroc —et pour cause, le tourisme est aussi un business en expansion avec l’État hébreu.

     

    A la suite d’un rapprochement avec Maroc Tours, Yambateva Voyage a ouvert récemment un bureau de représentation à Marrakech. L’opérateur israélien ambitionne de s'accaparer 45% du tourisme israélien au Maroc. Un marché qui représente, selon le tour opérateur, entre 5.000 et 7.000 visiteurs par an.

     

    Déjà actifs au Maroc depuis une dizaine d'années, les voyagistes israéliens explorent de nouveaux créneaux tels que l'écotourisme et les forfaits voyages extrêmes. A sa nomination au poste d’ambassadeur américain à Rabat, Samuel Kaplan avait tenu à souligner «la liberté dont jouissent les Marocains de confession juive ayant immigré en Israël pour visiter le Maroc», qualifiant cette expérience de «tout à fait unique dans cette partie du monde».

     

    Dans le cadre de son programme Fincome (Forum international des compétences marocaines à l’étranger), Rabat entend bien inciter la diaspora juive d’origine marocaine à revenir au pays pour s’y installer et faire du business dans l’offshoring, le textile, l’électronique, l’aéronautique, l’automobile, les biotechnologies ou les nanotechnologies.

     

    Une note du gouvernement israélien soulève la question d’un rapprochement dans les domaines des technologies de pointe:

     

    «La Silicon Valley marocaine devra se référer au modèle israélien qui a fait ses preuves, en nouant de réels partenariats entre les universités et les industriels».

     

    L’armement au cœur des affaires

     

    C’est dans le militaire que cette «normalisation passive» est la plus discrète. Fait rarissime pour un pays arabe, Rabat a opté pour des achats militaires auprès de l’industrie d’armement israélienne. Le sujet est tellement sensible que les deux pays en font un secret d’État.

     

    Selon IsraelValley, le site officiel de la chambre de commerce France Israël, l'entreprise publique Israël Military Industries (IMI) a conclu avec Lockheed Martin un accord très juteux portant sur la fourniture de certains équipements et composants électroniques pour les deux escadrilles d’avions F-16 achetés par le Maroc aux États-Unis.

     

    Le contrat est évalué à plus de 100 millions de dollars et porte sur la fourniture de matériel de navigation, de transmission et des réservoirs de kérosène permettant à ces appareils de se ravitailler en vol. Israël est le 5e exportateur d’armements dans le monde, mais il est très rare qu’il contribue directement à des contrats de vente d’armes à un pays arabe.

     

    L’armée marocaine a déjà été équipée par la technologie et le matériel des équipementiers israéliens, notamment pour des blindés légers de l’armée de terre ou du matériel électronique qui équipe le mur du Sahara, la ligne de défense édifiée par l’armée royale pour empêcher les incursions des séparatistes du Front Polisario. Ces transactions passaient généralement par des intermédiaires en Afrique du Sud du temps d’Hassan II.

     

    Le Centre de coopération internationale dépendant du ministère israélien des Affaires étrangères, le Mashav, est souvent le moyen efficace pour conclure des marchés. Les technologies de télécommunication, en plein boom sur le continent, sont également un marché porteur. La société israélienne Alvarion, leader mondial du Wimax prospecte au Maroc. Mais cette haute technologie se déploie aussi dans le monde secret de la surveillance: experts militaires, spécialistes des écoutes téléphoniques, informaticiens, spécialistes des liaisons satellites se concertent et collaborent en secret.

     

    Autre domaine dans lequel les Israéliens s’illustrent avec succès: le commerce de minerais et de pierres précieuses. Le leader mondial du diamant poli, Israël Diamond Institute, serait un grand fournisseur des joailleries locales.

     

    Transactions en hausse constante

     

    «Le Maroc commence vraiment à intéresser fortement les entreprises israéliennes», commente Avraham Alevi, rédacteur d’un rapport sur les flux commerciaux entre Israël et le monde arabe. Il constate une augmentation de 40% par an des exportations vers le royaume chérifien. Quarante-six firmes israéliennes exportent actuellement au Maroc pour un total de 6 à 10 millions de dollars par an, selon des statistiques officielles jugées bien en deçà de la réalité, tant les chiffres sont caviardés pour des raisons aussi diplomatiques que sécuritaires.

     

    Le Maroc aurait atteint un total d’importations de plus de 55 millions de dollars en 2008 et surclasserait ainsi dans certains secteurs des pays comme l’Égypte, la Tunisie et la Jordanie. En 2006, le royaume arrivait déjà en bonne place derrière la Jordanie, l’Égypte et le Liban, pour les destinations arabes des exportations israéliennes, constituées essentiellement de technologies de l’information, de technologies agricoles, de produits d’équipement et d’habillement.

     

    Le Maroc occupait alors la quatrième position arabe après certains pays frontaliers avec l’État hébreu. Il s’agit de la Jordanie, qui arrive en première place avec un volume global de 58,3 millions de dollars; de l’Égypte, deuxième avec 34 millions de dollars et enfin du Liban, troisième avec un volume d’échanges de 19,5 millions de dollars.

     

    Le dernier rapport de l’Institut israélien des exportations (IEICI) prévoit une progression du commerce entre Israël et le Maroc à un rythme aussi soutenu notamment dans le tourisme, les télécoms, l’armement et l’agro-industrie. Si rien n’est dit sur les sociétés israéliennes qui exportent vers le Maroc, l’IEICI ne cache pas que l’agriculture et les technologies de l’information viennent en tête (hormis les contrats d’armement, qui sont répertoriés à part). C’est le cas, par exemple, de la société Chromagen (énergie solaire), qui dispose d’une officine au Maroc ou encore de la société Kafrit, spécialisée dans le plastique pour serres agricoles et qui exporte au Maroc via sa filiale allemande.

     

    Selon le président de l’Association israélienne de plasturgie, Ilan Tessler, cité par la presse, le Maroc arrive en tête de liste des pays arabes importateurs de produits israéliens à base de plastique. Ces importations concernent le matériel d’irrigation, entrant notamment dans la fabrication de systèmes de goutte-à-goutte. Selon les importateurs, les Israéliens sont leaders en matière de gestion de l’eau et leur expertise en la matière est démontrée. Pour élargir leurs débouchés commerciaux, ils investissent de plus en plus les pays du sud de la Méditerranée.

     

    Pour contourner l’embargo imposé par certains d’entre eux, notamment le Maroc, ils recourent à des circuits complexes. Les industriels israéliens passent en effet par des sociétés écrans qu’ils ont implantées essentiellement en Andalousie (sur de l’Espagne). L’acquéreur peut même obtenir, sur demande, un certificat d’origine ne faisant aucune allusion à Israël.

     

    Quant aux businessmen israéliens désireux de prospecter le marché marocain, ceux-ci peuvent se procurer un formulaire officiel de visa d’affaires spécialement conçus pour eux auprès des représentations diplomatiques chérifiennes, notamment aux États-Unis.

     

    Ali Amar

    Lien permanent Catégories : afrique 0 commentaire
  • On ne peut pas cacher la verité à Allah, il est plus fort de tout

    « Et qu’ils craignent Allāh, ceux qui, s’ils devaient laisser derrière eux leurs propres enfants faibles, craindraient pour eux. Qu’ils craignent donc Allāh et qu’ils parlent avec droiture. » (Chapitre 4, verset 10)

    On doit donc se soucier des enfants des autres tout comme on se soucie de ses propres aux enfants. Il faut faire des efforts conséquents concernant l'éducation morale et spirituelle des orphelins afin qu'ils soient des membres illustres de la société. 

    Lien permanent Catégories : Islam 0 commentaire