daesh = israel

  • Vingt-six vérités sur le groupe État islamique (EI) que les USA veulent vous cacher

    La guerre menée par les États-Unis contre le groupe armé État islamique est un grand mensonge.

    Pourchasser les « terroristes islamiques » et mener une guerre préventive dans le monde entier pour « protéger la patrie étasunienne » sont des concepts utilisés pour justifier un programme militaire.

    L’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) est une création du renseignement étasunien. Le programme de « lutte contre le terrorisme » de Washington en Irak et en Syrie consiste à appuyer les terroristes.

    L’incursion des brigades du groupe État islamique (EI) en Irak ayant débuté en juin 2014 faisait partie d’une opération militaire et du renseignement soigneusement planifiée et soutenue secrètement par les États-Unis, l’OTAN et Israël.

    Le mandat de lutte contre le terrorisme est fictif. Les États-Unis sont le « commanditaire numéro un du terrorisme d’État ».

    L’État islamique est protégé par les États-Unis et leurs alliés. S’ils avaient voulu éliminer les brigades de l’État islamique, ils auraient pu bombarder intensément leurs convois de camionnettes Toyota lorsqu’ils ont traversé le désert entre la Syrie et l’Irak en juin. 

    1

    Le désert syro-arabe est un territoire ouvert (voir la carte ci-dessous). D’un point de vue militaire, cette opération aurait pu être effectuée efficacement, rapidement et de manière extrêmement précise avec des chasseurs à la fine pointe de la technologie (F15, F22 Raptor, CF-18).

    2

    Dans cet article, nous abordons 26 concepts qui réfutent le grand mensonge. Alors que les médias interprètent cette opération militaire à grande échelle contre la Syrie et l’Irak comme étant une entreprise humanitaire, elle a engendré d’innombrables morts civiles.

    Cette opération n’aurait pas pu être entreprise sans l‘appui inflexible des médias occidentaux, lesquels ont maintenu que l’initiative d’Obama représentait une opération de contre-terrorisme.

    LES ORIGINES HISTORIQUES D’AL-QAÏDA

    1. Les États-Unis appuient Al-Qaïda et ses organisations affiliées depuis presque un demi-siècle, depuis le début de la guerre soviéto-afghane.
    2. Des camps d’entraînement de la CIA ont été mis en place au Pakistan. Entre 1982 et 1992, la CIA a recruté quelque 35 000 djihadistes venus de 43 pays musulmans pour faire le djihad en Afghanistan.

    « Payée par des fonds de la CIA, des annonces publicitaires incitant à se joindre au djihad ont été placées dans les journaux et bulletins d’information à travers le monde. »

    1. Washington appuie le réseau terroriste islamique depuis l’administration Reagan.

    Ronald Reagan a appelé les terroristes des « combattants de la liberté ». Les États-Unis ont fourni des armes aux brigades islamiques. C’était pour « une bonne cause » : la lutte contre l’Union soviétique et un changement de régime ayant mené à la disparition d’un gouvernement laïc en Afghanistan.

    10

    Ronald Reagan rencontre les commandants des moudjahidines afghans à la Maison-Blanche en 1985 (Reagan Archives)

    1. Des manuels djihadistes ont été publiés par l’Université du Nebraska.  « Les États-Unis ont dépensé des millions de dollars pour fournir aux écoliers afghans des manuels remplis d’images violentes et d’enseignements islamiques militants. »
    2. Oussama ben Laden, «le demon» (Bogeyman) des États-Unis et fondateur d’Al-Qaïda a été recruté par la CIA en 1979, dès le début du djihad contre l’Afghanistan, appuyé par les États-Unis. Il avait 22 ans et a été formé dans un camp d’entraînement de guérilla soutenu par la CIA.

    Al-Qaïda n’était pas derrière les attaques du 11-Septembre. Le 11 septembre 2001 a fourni une justification à la guerre contre l’Afghanistan, basée sur l’idée que l’Afghanistan pratiquait le terrorisme d’État en soutenant Al-Qaïda. Les attaques du 11-Septembre ont contribué à l’élaboration de la « guerre mondiale au terrorisme » (Global War on Terrorism)

    L’ÉTAT ISLAMIQUE

    1. Le groupe État islamique (EI) était à l’origine une entité liée à Al-Qaïda et créée par le renseignement étasunien avec le soutien du MI6 britannique, du Mossad israélien, de l’Inter-Services Intelligence (ISI) pakistanais et du General Intelligence Presidency (GIP) saoudien, Ri’āsat Al-Istikhbarat Al-’Āmah (رئاسة الاستخبارات العامة).
      4
    2. Les brigades de l’EI ont participé à l’insurrection en Syrie contre le gouvernement de Bachar Al-Assad, insurrection appuyée par les États-Unis et l’OTAN.
    3. L’OTAN et le Haut commandement turc étaient responsables du recrutement de mercenaires pour l’EI et Al-Nosra dès le début de l’insurrection syrienne en mars 2011. Selon des sources du renseignement israélien, cette initiative consistait en « une campagne visant à enrôler des milliers de volontaires musulmans dans les pays du Moyen-Orient et le monde musulman pour combattre aux côtés des rebelles syriens. L’armée turque logerait ces volontaires, les formerait et assurerait leur passage en Syrie. (DEBKAfile, NATO to give rebels anti-tank weapons, 14 août 2011.)
      5
    4. Il y a des forces spéciales occidentales et des services de renseignement occidentaux dans les rangs de l’EI. Des forces spéciales britanniques et le MI6 ont participé à la formation de rebelles djihadistes en Syrie.
    5. Des experts militaires occidentaux travaillant à contrat pour le Pentagone ont formé les terroristes pour utiliser des armes chimiques.

    « Les États-Unis et certains de leurs alliés européens utilisent des entrepreneurs liés à la Défense pour montrer aux rebelles syriens comment sécuriser les stocks d’armes chimiques en Syrie, ont déclaré dimanche à CNN un haut responsable étasunien et plusieurs diplomates de haut rang. » (CNN Report 9 décembre, 2012)
    6

    11. La pratique de la décapitation de l’EI fait partie des programmes d’entraînement des terroristes appuyés par les États-Unis et mis en oeuvre en Arabie Saoudite et au Qatar.

    12. Un grand nombre de mercenaires de l’EI, recrutés par l’allié des États-Unis, sont des criminels condamnés qui ont été libérés des prisons saoudiennes à condition qu’ils se joignent à l’EI. Des condamnés à mort saoudiens ont été recrutés pour rejoindre les brigades terroristes.

    13. Israël a soutenu les brigades de l’EI et d’Al-Nosra sur le plateau du Golan.

    Des djihadistes ont rencontré des officiers israéliens de Tsahal ainsi que le premier ministre Nétanyahou. Les haut gradés de Tsahal reconnaissent tacitement que « des éléments du jihad mondial en Syrie » [EI et Al-Nosra] sont soutenus par Israël. Voir l’image ci-dessous :

    « Le premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou et le ministre de la Défense Moshe Yaalon, aux côtés d’un mercenaire blessé, à l’hôpital militaire de campagne israélien sur le plateau du Golan occupé à la frontière de la Syrie, le 18 février 2014. »

    7

    LA SYRIE ET L’IRAK

    14. Les mercenaires de l’EI sont les fantassins de l’alliance militaire occidentale. Leur mandat tacite est de ravager et détruire la Syrie et l’Irak, au nom de ceux qui les appuient, les États-Unis.8

    15. Le sénateur étasunien John McCain a rencontré des chefs terroristes djihadistes en Syrie. (Voir la photo à droite.)

    16. La milice de l’État islamique, actuellement la cible présumée d’une campagne de bombardements des États-Unis et de l’OTAN en vertu d’un mandat de « lutte contre le terrorisme », est toujours soutenue clandestinement par les États-Unis. Washington et ses alliés continuent à fournir de l’aide militaire à l’État islamique.

    17. Les bombardements des États-Unis et de leurs alliés ne visent pas l’EI, ils visent plutôt l’infrastructure économique de l’Irak et la Syrie, dont les usines et les raffineries de pétrole.

    18. Le projet de califat de l’EI relève d’un programme de longue date de la politique étrangère des États-Unis, ayant pour but de diviser l’Irak et la Syrie en territoires distincts : un califat islamiste sunnite, une République chiite arabe et une République du Kurdistan.

    LA GUERRE MONDIALE AU TERRORISME (GMAT)

    19. « La guerre mondiale au terrorisme » (GMAT) est présentée comme un « choc des civilisations », une guerre entre les valeurs et les religions concurrentes, alors qu’en réalité, elle constitue une véritable guerre de conquête, guidée par des objectifs stratégiques et économiques.

    20. Les brigades terroristes d’Al-Qaïda soutenues par les États-Unis (et appuyées secrètement par le renseignement occidental) ont été déployées au Mali, au Niger, au Nigeria, en Centrafrique, en Somalie et au Yémen.

    Ces différentes entités affiliées à Al-Qaïda au Moyen-Orient, en Afrique subsaharienne et en Asie sont appuyées par des « atouts du renseignement » soutenus par la CIA. Ils sont utilisés par Washington afin de faire des ravages, créer des conflits internes et déstabiliser des pays souverains.
    9

    Guerre et mondialisation: La vérité derrière le 11 septembre, Michel Chossudovsk

    21. Boko Haram au Nigeria, Al-Shabab en Somalie, le Groupe islamique combattant en Libye (GICL) (soutenu par l’OTAN en 2011), Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), la Jemaah Islamiyah (JI) en Indonésie, entre autres groupes affiliés à Al-Qaïda, sont soutenus clandestinement par les services de renseignement occidentaux.

    22. Les États-Unis appuient également des organisations terroristes affiliées à Al-Qaïda dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang en Chine. L’objectif sous-jacent consiste à déclencher l’instabilité politique en Chine occidentale.

    L’on rapporte que des djihadistes chinois auraient reçu « une formation terroriste » de l’État islamique « dans le but de perpétrer des attaques en Chine ». L’objectif déclaré de ces entités djihadistes situées en Chine (servant les intérêts des États-Unis) est d’établir un califat islamique s’étendant jusque dans l’ouest de la Chine. (Michel Chossudovsky,  America’s War on Terrorism, Global Research, Montréal, 2005, chapitre 2).

    TERRORISTES D’ORIGINE INTÉRIEURE

    23. Les terroristes c’est nous  : Les États-Unis sons les architectes inavoués du groupe armé État islamique et le mandat sacré d’Obama est de protéger l’Amérique contre les attaques de l’EI.

    24. La menace terroriste d’origine intérieure est une fabrication. Les gouvernements occidentaux et les médias en font la promotion dans le but d’abroger les libertés civiles et d’instaurer un État policier. Les attaques terroristes perpétrées par de présumés djihadistes et les avertissements d’attentats des terroristes sont invariablement mis en scène. Ils sont utilisés pour créer une atmosphère de peur et d’intimidation.

    Les arrestations, les procès et les condamnations de « terroristes islamiques » visent pour leur part à entretenir la légitimité du Homeland Security, l’État sécuritaire des États-Unis, et de l’appareil d’application de la loi, de plus en plus militarisé.

    L’objectif ultime est d’inculquer dans l’esprit de millions d’Étasuniens l’idée que l’ennemi est réel et que l’administration étasunienne va protéger la vie de ses citoyens.

    25. La campagne de « lutte au terrorisme » contre l’État islamique a contribué à la diabolisation des musulmans, qui, aux yeux de l’opinion publique occidentale, sont de plus en plus associés aux djihadistes.

    26. Toute personne qui ose remettre en question la validité de la « guerre mondiale au terrorisme » est accusée d’être un terroriste et soumise aux lois anti-terroristes.

    Le but ultime de la « guerre mondiale au terrorisme » est de soumettre les citoyens à l’autorité, de dépolitiser complètement la vie sociale aux États-Unis, d’empêcher les gens de penser et de conceptualiser, d’analyser les faits et de contester la légitimité de l’ordre social inquisitorial qui gouverne le pays.

    L’administration Obama a imposé un consensus diabolique avec le soutien de ses alliés, sans compter le rôle complice du Conseil de sécurité des Nations Unies. Les médias occidentaux ont adopté le consensus; ils décrivent le groupe État islamique comme une entité indépendante, un ennemi extérieur qui menace le monde occidental.

    Le grand mensonge est devenu vérité.

    Dites non au « grand mensonge ».

    Passez le mot.

    Au bout du compte, la vérité est une arme puissante.

    Aidez-nous s’il vous plaît à aller de l’avant. Nous comptons sur l’appui de nos lecteurs.

    Pensez à faire un don au Centre de recherche sur la mondialisation.

    Pour la paix et la vérité dans les médias.

    Michel Chossudovsky

     

    Daech (CIA+Arabie Saoudite+Mossad+Otan) ont envoyé 400 terroristes en Europe pour préparer des attentats

    Pour ceux qui n'ont pas compris le titre de cet article, commencez vos recherches par ces liens :

    (sinon vous n'allez rien comprendre)

    Namasté
    Laurent
    --------------------------------------------
    De nouveaux rapports révèlent que le groupe terroriste Etat islamique (EI ou Daech) aurait formé au moins 400 terroristes pour commettre une série d'attentats en Europe.

     

    Le groupe terroriste Daech a un certain nombre de cellules partiellement autonomes réparties dans toute l'Europe, rapportent des responsables de sécurité, cités par l'agence Associated Press.
    Des fonctionnaires des renseignements européens et irakiens ainsi qu'un législateur français connaissant les réseaux djihadistes confirment cette information.
     
    Selon les responsables, au moins 400 terroristes ont reçu l'ordre de préparer des attentats en choisissant le meilleur moment, le lieu et la méthode la plus appropriée pour accomplir leur mission.
     
     
    Plus tôt mercredi, le département d'Etat américain a averti que "les groupes terroristes continuent de planifier des attaques à court terme à travers l'Europe."
     
    "Les gouvernements européens continuent de se prémunir contre les attaques terroristes et mènent des raids pour déjouer les complots," avait ajouté le département d'Etat US.
     
    Les attentats de mardi dans l'aéroport et le métro de Bruxelles ont fait 32 morts et 270 blessés, selon un dernier bilan officiel communiqué mercredi par le parquet fédéral belge. Daech a revendiqué ces attaques.
    Lien permanent Catégories : daesh = israel 0 commentaire
  • Plusieurs officiers de l'OTAN capturés dans un bunker des terroristes Al-Nosra à Alep

    Selon des rapports concordants sortant d'Alep ce 16 décembre 2016, au moins 14 officiers militaires de la coalition de l'Empire anglo-sioniste ont été capturés par les forces spéciales syriennes ce matin dans un bunker terroriste d'Al-Qaïda/Al-Nosra à Alep Est.  Mais selon Veterans ToDay, le nombre d'officiers capturés serait   supérieur à 110 . En février 2012, une quarantaine d’officiers turcs et une vingtaine d’officiers français avaient été restitués à leur armée d’origine, soit par l’intermédiaire de Mikhaïl Fradkov (directeur des services de Renseignement russe), soit directement à l’amiral Edouard Guillaud (chef d’état-major français) à la frontière libanaise.

    VT donne les chiffres suivants : 

    Américains : 22
    Britanniques 16
    Français : 21
    Israéliens : 7
    Turcs : 62

    Le nombre d'officiers arabes félons (Marocains, Qataris, Saoudiens, ..) n'est pas indiqué. Selon le même site, les officiers non arabes ont été  "libérés" avec les terroristes évacuant Alep, en contre partie de certaines concessions des agresseurs occidentaux et israéliens. Les Israéliens auraient payé 3 millions $ par officier pour les racheter.

    Par contre, les officiers arabes restent aux mains des Syriens.

    Or, le site Voltaire.net, de son côté a annoncé : «Le Conseil de sécurité siège à huis clos, ce vendredi 16 décembre 2016 à 17h temps universel, alors que des officiers de l’Otan ont été arrêtés ce matin par les Forces spéciales syriennes dans un bunker à Alep-Est.

    Il est certain que cette réunion à huis clos du Conseil de Sécurité avait pour but la négociation sur la libération des officiers non arabes capturés, moyennant certaines concessions (non connues pour le moment) de l'Empire anglo-sioniste.

    Fares Shehabi, un éminent parlementaire syrien et chef de la Chambre de commerce d'Alep a publié les noms des officiers de la Coalition sur sa page Facebook le 15 décembre :

    Mutaz Kanoğlu - Turquie

    David Scott Winer - États-Unis

    David Shlomo Aram - Israël

    Muhamad Tamimi - Qatar

    Muhamad Ahmad Assabian - Saoudien

    Abd-el-Menham Fahd al Harij - Saoudien

    Islam Salam Ezzahran Al Hajlan - Saoudien

    Ahmed Ben Naoufel Al Darij - Saoudien

    Muhamad Hassan Al Sabihi - Saoudien

    Hamad Fahad Al Dousri - Saoudien

    Amjad Qassem Al Tiraoui - Jordanie

    Qassem Saad Al Shamry - Saoudien

    Ayman Qassem Al Thahalbi - Saoudien

    Mohamed Ech-Chafihi El Idrissi - Marocain

     

    En plus de Voltaire.net, l'autre rapport original a été fourni par le journaliste syrien basé à Damas, Said Hilal Alcharifi. Selon Alcharifi, les officiers de l'OTAN capturés appartenaient à un certain nombre d'États membres, dont les États-Unis, la France, l'Allemagne et la Turquie, ainsi qu'Israël. Voici sa déclaration:

    "Grâce aux informations reçues, les autorités syriennes ont découvert le siège d'officiers occidentaux / OTAN de haut rang dans le sous-sol d'une zone située à East Alep et les ont capturés vivants. Quelques noms ont déjà été donnés aux journalistes syriens, y compris moi-même. Les nationalités sont américaines, françaises, britanniques, allemandes, israéliennes, turques, saoudiennes, marocaines, qatari, etc. A la lumière de leurs nationalités et de leur rang, je vous assure que le gouvernement syrien a une prise très importante qui devrait leur permettre de diriger Négociations avec les pays qui ont essayé de les détruire. "

    Bien que ces rapports initiaux décrivent les individus en question comme des officiers de "l'OTAN", il est peu probable qu'ils aient porté des couleurs de l'OTAN sur une opération secrète - et pourraient être étiquetés plus précisément comme officiers de coalition des USA.

    Le site 21WIRE a également reçu des rapports non confirmés hier que des militants avaient tiré un missile dans la région de Ramousa et ont alors essayé, sans succès, d'obtenir des voitures à partir d'Alep Est. Il est possible que cet incident soit lié aux rapports d'aujourd'hui sur la capture d’officiers occidentaux.

    Ce rapport de l'Agence de presse arabe syrienne (pas d'italique dans l'original):

        "L'accord sur l'évacuation des militants et des armes des quartiers orientaux de la ville d'Alep a été suspendu après que des groupes terroristes l'aient violé", ont indiqué des sources spéciales au correspondant de SANA à Alep.

    Les sources ont indiqué que la suspension de l'accord resterait en vigueur jusqu'à ce que des garanties obligent les groupes terroristes à se conformer à toutes les dispositions de l'accord, insistant sur le plein respect de l'accord par la Syrie et sa volonté de mettre fin à l'effusion de sang et de restaurer la sécurité et Stabilité à toute la ville d'Alep.

    Plus tôt, le journaliste de SANA a déclaré que les groupes terroristes avaient violé l'accord car ils faisaient passer clandestinement des armes lourdes, y compris des missiles TOW, des mitrailleuses lourdes et des personnes kidnappées, y compris des esclaves sexuelles, via les autobus et les voitures transportant des terroristes et leurs « familles » vers la campagne sud-ouest de la ville d'Alep.

    Le journaliste a ajouté que les groupes terroristes avaient tiré des obus et des balles de sniper sur les autobus et les ambulances à la traversée d'Al-Ramousseh, notant que le Croissant-Rouge arabe syrien et le Comité international de la Croix-Rouge qui surveillent le processus d'évacuation a dû retirer tous les autobus et les voitures du passage.

    Au cours des dernières 24 heures, environ 8079 terroristes et membres de leur famille ont été évacués sur dix lots via des bus et des ambulances des quartiers de Salah-Eddin, al-Ansari, al-Mashhad et al-Zibdiyeh vers le sud-ouest de la ville d'Alep "

     

    Cela pourrait expliquer le comportement hystérique du Département d'État américain et des responsables occidentaux de l'ONU qui ont réclamé "un cessez-le-feu immédiat" - en dépit du fait que 99% de l'Est d'Alep a déjà été libéré par les forces gouvernementales syriennes.

    Les réactions hystériques de l'Establishment occidental à la défaite d'Al Nosra à Alep ont inclus des affirmations sauvages que l'armée syrienne avait «déchaîné des escadrons de la mort» contre ses propres résidents à Alep Est et exécutent ouvertement des femmes et des enfants dans la rue, brûlent des enfants dans la rue », ce qui semblent être des rapports plus fictifs émis par l’imagination de journalistes américains, tels que Michael Weis de The Daily Beast via CNN, affirmant que l'armée syrienne commettait un« viol en masse » contre les résidents d'Alep Est. 

    Weiss affirme avoir obtenu ses informations de la pseudo 'ONG' financée par les États-Unis et le Royaume-Uni, connue sous le nom de White Helmets (Casques Blancs).

    Depuis septembre, de nombreuses organisations suggéraient qu'un centre de commandement occidental situé derrière des lignes détenues par des terroristes avait été pris pour cible et détruit par une frappe de missiles russe [1].

    Le Prof Michel Chossudovsky a écrit: «Les États-Unis et ses alliés avaient mis en place une salle d'opérations sur le terrain dans la région d'Alep, intégrée par le personnel du renseignement. Jusqu'à ce qu'il soit visé par une attaque de missiles russes le 20 septembre, cet établissement «semi-secret» était exploité par des services de renseignement américains, britanniques, israéliens, turcs, saoudiens et Qatariens. » Ce rapport n'a été ni démenti ni confirmé par les sources de la Coalition à l'époque. Cependant, une source israélienne, The Times of Israël, a rapporté l'incident.

    Pour quiconque a accordé une attention particulière au conflit syrien, voir les forces spéciales de l’OTAN ou des «entrepreneurs» travaillant avec des rebelles ou des combattants terroristes à l’intérieur de la Syrie n’est rien d’inhabituel.

     

    De nombreux rapports ont été déposés de soldats britanniques affectés à des groupes de combat pour aider à la formation, la stratégie et la logistique. En juin 2016, The Telegraph a admis que des forces spéciales britanniques avaient aidé un groupe rebelle, «… avec la logistique, comme construire des défenses pour rendre les soutes en sécurité», a déclaré un combattant «rebelle». D’autres rapports, y compris le L.A. Times qui détaillait les opérations de la CIA utilisées pour armer des militants, y compris le front Al Nosra (al-Qaïda en Syrie) qui étaient la force terroriste en charge à Alep Est. D’autres révélations de l’implication dissimulée des USA incluent The New York Times, et également des informations sur les opérations secrètes américaines (l’OTAN par un autre nom seulement) fournies au Wall Street Journal.

     

    South Front note également:

    "Auparavant, en décembre, South Front avait déjà noté que les tentatives américaines de pousser une " solution diplomatique " à Alep pouvaient indiquer que l'administration Obama manquait de temps pour libérer les mercenaires américains et les membres des services spéciaux de la poche d'Alep:

    Considérant que les conseillers militaires de la coalition dirigée par les États-Unis ont largement opéré à travers la Syrie, la formation et l'assistance à la soi-disant «opposition modérée» ouvertement liée à Al-Qaïda, les rapports récemment publiés sont probablement vrais.

    Par exemple, des conseillers militaires britanniques sont officiellement arrivés en Syrie pour rétablir la capacité de combat de l'opposition «modérée», se sont retirés d'Alep »

    On peut également rappeler que, pendant les combats dans le Donbass dans l'est de l'Ukraine, entre mai 2014 et aujourd'hui, de nombreux incidents ont été signalés où les soldats et les militaires de l'OTAN ont été repérés et capturés par les forces rebelles. Dans la plupart des cas, ces rapports ont été muets, plus que probablement à cause du «commerce équestre» ayant lieu comme un prolongement de la diplomatie plus large, ou l’on échange des prisonniers de guerre contre des concessions politiques ou militaires.


     

    [1] mercredi 21 septembre 2016. Syrie. Moscou élimine des officiers israéliens

     

    Hannibal GENSERIC

    Mise à jour le 26/12


    URGENT.... URGENT.... 4 français capturés en Syrie par l’armée arabe syrienne après la libération total d’Alep, reconnaissent être des agents de la DGSE Direction générale de la Sécurité extérieure, le service de renseignement extérieur de la France. ils admettent en plus avoir formés et armés des membres de l’état islamique, avec la complicité de la DGA. Direction générale pour l'Armement :à titre de rappel la DGSE et DGA sont Placées sous l'autorité du ministre français de la Défense.

    L’ARMÉE SYRIENNE VIENT DE METTRE LA MAINS SUR LE GROUPE D'OFFICIERS PRINCIPALEMENT OCCIDENTAUX ET LEURS COLLÈGUES DES MONARCHIES DU GOLF, DE LA TURQUIE ET D’ISRAËL QUI DIRIGEAIENT LES TERRORISTES DEPUIS PLUS DE 4 ANS !!!

    DAMAS TIENT DÉSORMAIS LA FRANCE, LES USA, L'ANGLETERRE ET LEURS ALLIES DIRECTS PAR LES COUILLES !!!!!!
    LA DONNE VA CHANGER SINON LA SALE GUEULE DE CES IMMONDES SALOPERIES VA ÊTRE MONTRÉE A TOUTE LA PLANÈTE COMME PREUVE DE L'IMPLICATION CRIMINELLE DIRECTE DES PAYS OCCIDENTAUX ET LEURS ALLIES CONTRE LA SYRIE !!!!!!

    Les autorités syriennes ont pu, grâce a des renseignements minutieux, arriver au QG des hauts officiers occidentaux et régionaux au sous-sol d'un quartier d'Alep-est, et les capturer tous vivants.
    Quelques noms ont déjà été ex filtrés à des journalistes syriens dont moi.
    Vu les nationalités (US, français, britanniques, allemands, israéliens, turcs, saoudiens, marocains, qataris, etc..etc) de ces salopards et leurs grades militaires, je vous assure que La Syrie détient en ce moment un gros trésors pour mener à bien les négociations avec les pays qui l'ont détruit.

     

    source

    Lien permanent Catégories : daesh = israel 0 commentaire
  • Un site canadien lâche une bombe: 6 états dont la France soutiennent Daech en armes en plus d’Israël

    Selon le site canadien Global Research , six pays et l’entité sioniste soutiennent directement Daech en armes, indiquant que la France  fait partie de ces puissances occidentales, a rapporté la chaine satellitaire iranienne alAlam.

    Dans un rapport publié Jeudi, le site publie des cartes et des  illustrations rédigées par l’écrivain Tim Anderson , tirées de son dernier livre intitulé   » la sale guerre en Syrie  » et dans lequel il indique les  pays qui soutiennent le groupe terroriste wahhabite-takfiriste Daech  et les moyens  de ce soutien » .

    L’infographie d’Anderson montre clairement que l’Arabie-saoudiet, la Turquie, le Qatar, la Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis soutiennent Daech en armes.

    que l’Arabie saoudite, la Turquie, le Qatar, et «Israël», et la Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis soutient « Daesh » et sauvegardés.

    Arabie Saoudite

    En 2006, l’Arabie saoudite a reçu des directives  de Washington pour créer Daech-Al-Qaïda et  pour empêcher l’Irak de se rapprocher de l’Iran.

    En 2011, selon le site, l’Arabie a armé  la ville syrienne de Deraa, elle a  financé et armé  tous les militants extrémistes en Syrie, et a maintenu leur division interne afin d’empêcher  leur indépendance.

    Turquie

    La turquie  a assuré aux miliciens étrangers un passage sûr pour entrer au  nord de la Syrie, et a créé le Front alNosra-alQaïda, en coopération avec l’Arabie saoudite. Elle a encouragé l’armée alFateh d’envahir le nord de la Syrie en 2015, elle a accueilli les dirigeants des miliciens et a organisé  l’opération de vente du pétrole, que Daesh exploite  sans compter qu’elle a  fourni des soins médicaux à Daech.

    Qatar

    De 2011 à 2013 , le  Qatar a fourni des milliards de dollars aux  Frères musulmans qui se sont liés aux groupes extrémistes, comme le groupe, « Farouk FSA ».

    Après 2013 , le Qatar a soutenu l’armée alFateh et  l’axe turco- saoudien .

    « Israël »

    L’entité sioniste a fourni  à tous les groupes terroristes en Syrie des armes et du matériel médical,  surtout à Daech et au front alNosra . De plus,  l’entité a établit un plan de coordination avec ces mêmes groupes dans la région du plateau du Golan syrien qu’elle contrôle.

    La Grande-Bretagne

    Londres a fourni aux hommes armés takfiristes des armes en  Syrie, elle a travaillé en étroite collaboration avec les groupes d’Al-Qaïda, et elle a continué de fournir des armes de manière régulière à ces groupes armés.

    La France

    La France a suivi  les traces de la Grande-Bretagne en Syrie en fournissant des armes et des équipements militaires aux terroristes takfiristes en Syrie , aussi de manière régulière, selon  le site canadien Global Research.

    Les Etats-Unis

    Le rôle de soutien des États-Unis à Daech reste le plus complet. Car, ils ont supervisé, dirigé et coordonné les activités de tous les pays qui soutiennent Daech,  ils ont  utilisé des bases militaires en Turquie, en Jordanie, au Qatar, en Irak et en Arabie Saoudite pour cette fin.

    Le site canadien  rapporte  que les Etats-Unis ont écarté Daech des  zones kurdes et les ont laissé attaquer la Syrie.  Selon des responsables irakiens, les États-Unis avaient fourni des armes à Daech directement par voie aérienne , qu’ils jetaient dans  leurs zones .

    Source: Médias

    Lien permanent Catégories : daesh = israel 0 commentaire
  • Des vidéos d'exécutions par l'EI dévoilées, McCain éclaboussé

     Des hackers du groupe CyberBerkut ont publié une vidéo de l'exécution de prisonniers de l'Etat islamique (EI), organisation armée terroriste islamiste, qui, d'après les images, a été filmée dans un studio d’enregistrement.

      Les hackers ont expliqué qu'ils ont trouvé la vidéo sur un support électronique d’un collaborateur du sénateur américain John McCain.

     "Nous, le groupe CyberBerkut, avons eu à notre disposition un fichier dont il est difficile de sous-estimer l'importance! Cher sénateur McCain, nous vous recommandons de ne plus prendre avec vous des documents secrets dans des voyager à l'étranger, surtout en Ukraine".

    D'après ce qu'on voit dans la vidéo, un "prisonnier" est "exécuté" devant plusieurs caméras, sous un éclairage bien choisi. Un acteur, habillé en bourreau du groupement de l'Etat islamique, met un couteau près de la gorge du "séquestré", qui fait mine d'en souffrir.

    Rappelons que depuis août  2014, les terroristes de l’Etat islamique ont publié plusieurs vidéos d’exécutions. Leurs victimes étaient pourtant miraculeusement calmes, prononçaient leurs derniers mots et mourraient dans les bras des terroristes. De nombreux internautes ont considéré ces vidéos comme étant fictives, notamment à cause des réactions des torturés et de la qualité des vidéos.

    Les Américains ont été plusieurs fois blâmés pour avoir fabriqué des vidéos du groupement l'Etat islamique. Ainsi, une étudiante de l'Université de Nevada Ivy Zidrich a affirmé à Jeb Bush que son frère, l'ex président US Georges Bush, avait créé l'organisation de l'EI.

    http://www.wikistrike.com/2015/07/des-videos-d-executions-par-l-ei-devoilees-mccain-eclabousse.html

    Lien permanent Catégories : daesh = israel 0 commentaire