Libye

  • Les bandes armées chassées de Bani Walid

    Les bandes armées chassées de Bani Walid (via http://stcom.net)

    Bani Walid, Libye occupée (LVO) : Depuis que les milices et les bandes armées sont entrées dans la ville de Bani Walid, les jours et les nuits se ressemblaient. Les bandes armées qui n’avaient pas compris que les habitants les avaient laissé entrés dans la ville, par stratégie, afin d’emp…


    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Paris : Rassemblement pour dénoncer les massacres de Bani Walid

    Paris : Rassemblement pour dénoncer les massacres de Bani Walid (via http://stcom.net)

    Dimanche 28 octobre 2012 à 15 heures Devant la Fontaine des Innocents Place des Innocents PARIS – LES HALLES   La situation se dégrade de jour en jour car la ville est bombardée et agressée par des milices. Ses citoyens souffrent d’un terrible manque de produits de première nécessité. Des…


    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • La version presentee des les premieres heures sur ce blog est confirmee par les videos parues depuis sur le net

     Aucun manifestants avant l'attaque, comme confirme par les gardes du consulat, aucun blesses ou morts cote jeunes libyens, ceci sur toutes les prises de vues et des videos sur le net, aucun libyens armes sur toutes les videos presentes a ce jour sur le net, aucune traces de conflits armes entre les navy SEAL et les jeunes libyens venus apres l'attaque pour enmener l'americain aux soins. Du travail de professionels, le commando est venu des Emirats Arabes Unis et a tue pour le compte de Netanyahu, les commandos ont recu le soutien logistique des reseaux francais de Netanyahu (clans sarkozystes de la DGSE) et de l'OTAN. Cet ambassadeur nous a ete presente comme trop pro-Arabe et anti-sioniste par le New York Times, lire ici l'analyse en anglais, une maniere de revendiquer l'operation sioniste, qui a eut lieu le jour ou de grandes manoeuvres navales debutaient dans le Golfe persique, ceci le 11 Septembre 2012. 

    Notons que la DCRI, au travers de sa branche algerienne des GIA-AQMI, vient d'appeler a tuer des americains. On se demande pourquoi les medias francais n'ont pas impute le forfait de Benghazi a AQMI des le depart comme ils ont l'ordre de le faire a chaque fois pour proteger les services francais? On se pose la question de ce que fait la DCRI dans le sud de l'Algerie et de la Libye ou les entreprises petrolieres americaines sont presentes, comme les francaises et celles-ci n'ont jamais ete attaquees par AQMI, POURQUOI? Pourquoi tuer des americains dans des ambassades alors que l'OTAN a fourni des missiles capables de detruire tous les pipelines et installations petrolieres, gazieres de toute l'Afrique du Nord? Cet AQMI francais, (car il en existe plusieurs sur le terrain controles par le DRS, le makhzen, le FBI, le MI5, les libyens), n'existe pas dans le reel, ce sont les services francais! Decidement depuis le coup d'etat au Mali, et la fin de reigne de Sarkozy, le torchon brule entre l'administration Obama et les reseaux juifs sionistes likudistes a Paris. En liquidant Stevens, Israel prepare l'attaque sur l'Egypte sur les deux fronts... a mediter!!!

     

    Abu-Suleyman 

     Islamic Intel blog

      [VIDEO] La vérité sur la mort de l ’Ambassadeur américain en Libye 

      « Il y a quelqu ’un à l ’intérieur (…) C ’est un étranger, c ’est un étranger. Sortez-le ! », crie un homme qui appelle à l ’aide« Sortez-le ! Sortez-le ! », dit un autre.

    « L ’homme est en vie. Sortez-le, les gars. Sortez-le ! », lance un troisième. « Il est vivant! Il est vivant! Dieu est le plus grand ! », scande alors la foule.
    « Poussez-vous… Est-qu ’il y a un médecin ici? Il nous faut une voiture, vite ! », entend-on.

    La vidéo montre l ’ambassadeur gisant à terre dans une salle remplie de fumée. Quelques minutes plus tard, il est sorti du bâtiment par une fenêtre et déposé sur le sol en tommettes d ’une cour. Un jeune homme pose une main sur le cou du diplomate pour voir s ’il respire encore.


    En signe de reconnaissance, un manifestant embrasse un homme qui a aidé à sortir l ’ambassadeur de l ’immeuble.

    Quelques secondes après avoir trouvé Christopher Stevens vivant, un jeune homme à l ’arrière-plan crie: « Prenez-le dans ma voiture, emportez-le dans ma voiture ! »

    Selon Fahd Al-Bakouch, le jeune activiste qui a réalisé la vidéo, l ’ambassadeur« remuait les lèvres, ses yeux bougeaient, son corps était noirci par la fumée. » Un médecin qui était de garde cette nuit-là aux urgences du centre médical de Benghazi a confirmé que des civils avaient amené l ’ambassadeur vers 1 heure du matin.

    Malgré les efforts prodigués pendant trois quarts d ’heure pour le ranimer, l ’ambassadeur est finalement déclaré mort.

     

    L ’occident a voulu faire croire à un lynchage de l ’ambassadeur par la foule en colère ce qui n ’est pas du tout le cas.  

    http://www.islametinfo.fr/2012/09/18/video-la-verite-sur-la-mort-de-lambassadeur-americain-en-libye/

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Libye: les Américains bombardent les rebelles, dans la région de Tajoura

     Libye: les Américains bombardent les rebelles, dans la région de Tajoura

     

     IRIB- Selon Akhbar Elmokawama Libya, Ismaël Salabi de la Qaïda Libyenne insulte le n°2 du CNT, Mahmoud Jibril. Il lui pose la question suivante: Est ce que vous allez nous ramener l’OTAN?

    Les combattants des tribus de Toubous ont attaqué les rebelles du bataillon Fares de Ouled Souleimane, après que ces derniers ont tué un de leurs fils.

     Hier soir, à Sabha, un homme de la tribu de Kadhafi a été tué, chez lui, et un autre Libyen de Toubous a été assassiné, lui aussi, par les rebelles.

     Les drones Américains bombardent un des camps des rebelles, dans la région de Tajoura. Un bilan de 1 mort et de blessés.

    Les sociétés pétrolières étrangères ont décidé d’arrêter leurs activités, en Libye, et d’évacuer leurs employés.

     Les rebelles ont enlevé tous les check-points de la ville, par peur d’être bombardés par les drones.

     Des informations confirmées rapportent la présence des éléments de la Qaïda, dans la ville de Misrata. Les leaders Ismaël Salabi, Abdelhakim Belhadj et des mercenaires étrangers de la Tunisie, Maroc, Afghans, … Ils sont venus à Misrata, pour se cacher des drones Américains.

     A Tripoli, les soldats américains, soutenus par les drones, viennent d’attaquer des camps de rebelles de la Qaïda

    http://french.irib.ir/info/afrique2/item/213230-libye-les-am%C3%A9ricains-bombardent-les-rebelles-dans-la-r%C3%A9gion-de-tajoura

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Nouvelles de Libye par Algeria Isp

     Publié le 13/09/2012

     Libye –  Des nouvelles de la Libye occupée (13 septembre 2012)

     ALGERIA ISP/ Selon Thida Yawm 17 fevirer Fi Libya, des affrontements se sont éclatés entre les rebelles du bataillon Darea Libye et les habitants de la région de Rajma. Huit rebelles de ce bataillon ont été tués.
    La maison du commandant de ce bataillon Oussama Ben Hamid a été détruite par des Libyens.

    Le nouveau chef du gouvernement de la Libye du CNT est Mustapha Abou Chakour.

    Un des commandants de Jamaete Ansar Souna de Benghazi a déclaré à la chaine de télévision de Darna que l'ordre de l'assassinat de l'ambassadeur Américain venu des anges du ciel !!!??

     

     ALGERIA ISP/ Selon Akhbar Elmokawama Libya, la découverte de corps de Libyens de la tribu de Mchachiya. Ces Libyens ont été égorgés et jetés dans une citerne d'eau dans la région de Osor à Mchachiya. Ils étaient enlevé par les des rebelles, volés et égorgés.

     Les rebelles ont arrêté un enfant de 13 ans à Souk Jomoa. Ce dernier est sorti dans la rue avec la photo du guide Kadhafi. Ils l'ont frappé et humilié.

     Un véhicule transportant 20 Armes automatiques et des munitions a été réquisitionné par des hommes armés. Les 3 rebelles du véhicule ont été blessés.

     

    ALGERIA ISP/ Selon Akhbar Elmokawama Libya, le bras droit du guide Kadhafi, bdellah

     Senoussi a été livré à la Libye hier; pourquoi?
    Il a été livré après que la résistance verte a intensifie les opérations spectaculaires!
    Après que les Etats unis, la Grande Bretagne, l'Allemagne a demandé à ses ressortissants de quitter la Libye?
    Après que des ministres Libyens du CNT ont déclaré que la Libye est en faillite?
    Après que le peuples 'est réveillé et a commencé a demander la chute du gouvernement de El Kib?
    Est ce que monsieur Abdellah Senoussi transporté par hélicoptère en Libye, est venu de la Mauritanie ou bien d'un navire de guerre étranger?
    L'arrivée de monsieur Abdellah Senoussi en Libye à ce moment là, est pour calmer les esprits et occuper la population alors que le pétrole Libyen est volé par les prédateurs.
    Pour rappel, le chef de la sécurité de la Jamahiriya Abdellah El Senoussi a été arrêté à l'aéroport de Nouakchott en Mauritanie.

     

    ALGERIA ISP/ Selon Akhbar Elmokawama Libya, 2 Tunisiens ont été enlevés par des rebelles dans la région de Hakaf Ben Gardene.

     Un combattant de la résistance a lancé des grenades sur le siège du CNT à Kasr Ben Gchir. Les rebelles l'ont pourchassé, il est descendu de sa voiture et il a disparu dans la cité résientielle prés de l'institut d'éducation.

     

    ALGERIA ISP/ Selon Akhbar Elmokawama Libya, une forte explosion a secoué la cité Islami à Tripoli.

     Les combattants de la résistance ont libéré les jeunes Libyens de Warchfana.

     Les rebelles de Sabha vont se déplacer à Barak Chatie pour arrêter les Libyens qui sont sortis manifester le jour de la fête El Fateh.
    Des violents affrontements aux armes lourdes se sont éclatés entre les rebelles de Zenten et d'autres rebelles dans la cité Islami à Tripoli.

     

    En Syrie, à Alep, un sniper des forces spéciales Syriennes a tué le mercenaire de nationalité Libyenne et Irlandaise ; Hussam al-Najar alias SAM. Ce dernier a fait partie de Liwae El Ouma fondu par Mehdi Harati qui a fuit la Syrie.

     

    ALGERIA ISP/ Selon Akhbar Elmokawama Libya, les rebelles de la Qaïda ferme les portes de la télévision Libyenne de la ville de Darna. Ils n'ont pas aimé que la télévision diffuse de la musique.

     Les affrontements se sont déclenchés devant le Zoo à Tripoli.

     Les rebelles ont tiré sur des manifestants qui ont fait un sit-in devant le siège de Mouetamar du CNT.

     Un attentat à la voiture piégée devant le siège de la police à Sabha. Un bilan de plusieurs morts et blessés du côté des rebelles.

      ALGERIA ISP/ Selon Akhbar Elmokawama Libya, le CNT envisage de lancer des frappes

     aériennes contre des positions stratégiques à Bani walid avant le lancement d'une attaque massive.

     Un homme armée a ciblé avec 2 grenades la maison du colonel du CNT Wanis Bou Khmada Magribi. Seulement des dégâts matériels.

     Des affrontements se sont éclatés à la place de Kiche à Benghazi.

     

    ALGERIA ISP/ Selon Elmokawama Libya, le bras droit du guide Kadhafi, Abdellah Senoussi, a déclaré que le responsable qui a donné le feu vert aux gardiens de la prison lors de la mutinerie de la Abou Slim, c'est le général dissident Souleimane Mahmoud Abidi.

    L'arrivée du général dissident Souleimane Mahmoud Abidi au Qatar fuiyant la Libye pour éviter les représailles.

     Le colonel dissident de la défense aérienne Badr Eddine Amsead Badr Eddine Abidi a été ciblé par un groupe d'hommes armés. Il a reçu des balles dans la tête et la poitrine. Il est aux urgences actuellement.

     

    ALGERIA ISP/ Selon Elmokawama Libya, des affrontements se sont éclatés devant le consulat

     Américain à Benghazi. Des hommes armés, des rebelles salafistes ont pris d'assautl le consulat Américain.
    Les assaillants ont brulé une voiture qui était dans le jardin du consulat. Ils ont volé tout le contenu du consulat.
    Un Américain a été tué puis trainé dans la rue.
    Les assaillants ont protesté contre la sortie du film offensant l'islam.
    Ce qui est bizarre, ces rebelles ont bien collaborer avec les prédateurs pour détruire la Jamahiriya et assassiner le guide Kadhafi.

     

    ALGERIA ISP/ Selon Thida Yawm 17 Fevrier Fi Libya, des soldats Américains sont en route pour

     la Libye à Benghazi.

     L'ambassade Américaine ferme ses portes à Tripoli.

     Un avion Allemand a été ciblé par des tirs dans la même base. Cet avion venait transporté les corps du consul et diplomates Américains.

     La sécurité a été renforcé à l'aéroport militaire de Benina à Benghazi. Les délégations diplomatiques étrangères commencent à évacuer Benghazi.

      ALGERIA ISP/ Selon Thida Yawm 17 Fevrier Fi Libya, depuis 1 heure, la mort de 2 Américains et 14 blessés Américains suite à l'attaque du convoi qui partait du consulat Américain.

     De violents affrontements se sont déclenchés dans la cité Nasiriya à Sabha.
    A Sabha toujours, les rebelles ont assassiné toute une famille de la tribu de Toubous à la cité Fateh.

      Source : algeria isp

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Libye : 47 morts en 3 jours dans des affrontements à Koufra, dans le Sud-Est

    01/07/2012

     

    Des affrontements tribaux à Koufra, dans le sud-est de la Libye, ont fait au moins 47 morts et plus d'une centaine de blessés depuis mercredi, ont annoncé un médecin et des responsables locaux.

     

    Selon le Dr Taher Wehli, qui soigne des blessés toubous à Koufra, 32 personnes ont été tuées dans deux quartiers où vivaient des membres de cette tribu et plus d'une centaine d'autres ont été blessées, dont plus de la moitié sont des femmes et des enfants, principalement touchés par des obus de mortier.

     

    Dans le même temps, Abdallah Zwai, chef d'une tribu rivale dont il porte le nom, a indiqué que les Zwai avaient subi des pertes face aux Toubous, parlant de "14 personnes tuées ces deux derniers jours".

     

    De plus, des membres de la tribu des Toubous ont attaqué vendredi la "Libya Shield Brigade", une force de maintien de la paix dépêchée en février par les nouvelles autorités libyennes, faisant un mort, selon M. Zwai.

     

    Koufra, une ville de 40.000 habitants, est située aux confins du désert libyen, dans une région bordée par les frontières avec l'Egypte, le Soudan et le Tchad. Les tensions tribales y sont fortes : en février, des affrontements avaient fait plus d'une centaine de morts et poussé à la fuite la moitié de la population de Koufra, selon des chiffres de l'ONU.

     

    Cette nouvelle flambée de violences intervient à une semaine des élections du 7 juillet, le premier scrutin national depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, qui doit désigner une Assemblée constituante. Les Toubous, qui ont la peau noire et sont présents dans le sud-est libyen tout comme au Soudan, au Tchad et au Niger, ont fait l'objet de discriminations sous Kadhafi, et dénoncent une "campagne d'épuration ethnique" menée selon eux par les autorités libyennes de transition et des chefs tribaux locaux.

     

    Selon Hussein Sake, un chef toubou, le bombardement incessant des zones résidentielles de la tribu se poursuivait samedi. Le Dr Wehli a évoqué un bilan de huit morts pour cette seule journée. "Il s'agit d'une situation de guerre, avec des attaques permanentes contre les quartiers toubous (...). Ils continuent de nous bombarder, alors bien sûr nous répliquons pour nous défendre", a déclaré M. Sake, affirmant que ces attaques venaient des Zwai et de leurs alliés, dont fait selon lui partie la "Libya Shield Brigade".

     

    Wissam Ben Hamid, commandant de cette brigade de maintien de la paix, a assuré que ses forces étaient neutres et qu'elles cherchaient à établir une trêve dans les combats qui ont éclaté mercredi, confirmant que le bilan était lourd, avec selon lui une trentaine de morts.

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Le Dr Al Baghdadi El Mahmoudi est vivant, drogué et n’aurait pas été torturé à son arrivée en Libye.


    Dr Baghdadi Mahmoudi

    Dr Baghdadi Mahmoudi

    Tunis (LVO) : Depuis quelques jours, une fausse information relatant les détails de tortures qu’aurait subit le secrétaire Général du Congrès Général du Peuple Libyen, le Dr Al Baghdadi Al Mahmoudi, s’est répandu comme une tache d’huile et a été relayée jusqu’au sein des sites et réseaux sociaux qui soutiennent la Libye.

    Nos sources ont affirmé que le Dr Al Baghdadi n’a pas été torturé et qu’il est ni hospitalisé ni dans le comas comme l’indique la presse internationale.

    Selon nos sources, la diffusion de cette fausse information a été faite volontairement afin d’atteindre plusieurs objectifs :

    Le premier, était porter un coup au moral de la résistance et cela au niveau Internationale.

    Le second était de faire en sorte que l’information soit reprise par les réseaux sociaux qui diffusent habituellement les informations sur la Libye , afin de porter un coup à leur crédibilité et donc discréditer tout ce qu’ils dénoncent comme crimes de guerre et crimes contre l’humanité depuis plusieurs mois. Les témoignages que les réseaux sociaux apportent et diffusent sont autant de preuves pouvant permettre à terme des poursuites pénales internationales contre les responsables et acteurs de l’agression contre la Libye.

    Le troisième but était de servir de tremplin à une nouvelle chaîne TV tunisienne lancée la veille du nom de Zitouna qui a diffusé une interview avec le Dr Al Baghdadi Al Mahmoudi le lendemains de son lancement. Dans cet entrevue nous voyons le Dr Baghdadi souriant et visiblement drogué disant approuver la soit disant « révolution » en Libye et faire confiance en la justice libyenne. Selon un analyste, cette chaîne TV a été créé afin de récupérer les téléspectateurs perdus par Aljazeera qui n’a plus la même crédibilité depuis qu’elle a été dénoncée.

    Pour finir, les sources affirment que la rumeur de la torture de Baghdadi a été lancée par l’avocat français Marcel Seccaldi car il était le plus crédible aux yeux de la presse non arabe, selon elles.

    Une autre information importante : La résistance verte a répondu à l’appel lancé par l’ICPO et s’est mis a brûler les billets de banque pour demander la libération du Dr. El Baghdadi Ali El Mahmoudi. Ils ont mené avec succès deux opérations lors desquelles ils ont brûlé deux banques avec tous ce qu’elles contenaient. Article lié : Brûlez l’argent des banquiers ! Libérez le Secrétaire du peuple !

     

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • CPI versus CNT : Farce judiciaire et chantage entre auxiliaires de l'Otan au milieu du chaos libyen

    Les domestiques judiciaires de l’OTAN – la pseudo CPI – arrêtés et emprisonnés 

    par les milices islamistes auxiliaires de l’OTAN !

     Par Luc MICHEL (avec AFP – Reuters – PCN-SPO – Le Temps) /

     Pour ELAC / Euro-Libyan Action Committees

     et ALAC / Afro-Libyan Action Committees

     

    Si le prix de la farce sanglante qu’est devenue la Libye post-Kadhafi ne se payait pas avec le sang et les larmes du peuple libyen, il y aurait de quoi sourire.

     Voilà les domestiques judiciaires de l’OTAN – CPI, TPI et cie – arrêtés par les auxiliaires militaires de l’OTAN en Libye, ces gangs islamistes armés, financés et installés au pouvoir par les généraux français, britanniques et américains et leur banquier qatari. Quant nous disons « domestiques » pour la CPI c’est pour rester poli et par respect pour les juges et les avocats qui font leur métier honnêtement. Loin de La Haye !

     

    La Libye est en voie de somalisation, une zone de non-droit, sans état, où ne règnent que la loi des armes et les appétits vénaux de criminels sans foi ni loi. Sans foi parce que les djihadistes, ceux de Benghazi comme ceux de Bruxelles ou Londres, ne sont le plus souvent que des trafiquants d’armes ou de drogue.

      LIBYE: QUATRE MEMBRES DU PERSONNEL DE LA CPI ARRETES 

     Quatre membres du personnel de la Cour pénale internationale (CPI), dont un conseil – en fait un avocat payé par la CPI comme avocat d’un inculpé, car tel est la comédie judiciaire de La Haye – de Seif al-Islam, le fils ainé de Kadhafi, sont détenus depuis ce jeudi en Libye où ils s'étaient rendus pour rencontrer le fils de Mouammar Kadhafi, a annoncé ce samedi la CPI, qui a « exigé leur libération immédiate ».

     

    "Quatre membres du personnel de la Cour pénale internationale (CPI) sont détenus en Libye depuis le jeudi 7 juin", a indiqué dans un communiqué la CPI qui siège à La Haye.

     

    Le représentant à la CPI de la Libye, Ahmed al-Jehani, avait annoncé plus tôt samedi à Tripoli que l'avocate australienne Melinda Taylor, un des conseils de Seif al-Islam, avait été arrêtée pour avoir tenté de lui remettre des documents "qui représentent un danger pour la sécurité de la Libye".

     « La délégation de la CPI, qui outre l'avocate australienne compte des membres du greffe qui devaient notamment discuter avec le suspect de l'option de désigner un avocat de son propre choix, s'était rendue en Libye mercredi », a ajouté la CPI.

     

    Le président de la CPI, le juge Sang-Hyun Song, a exigé "la libération immédiate de tous les membres du personnel détenus". "Nous sommes très préoccupés par la question de la sûreté de notre personnel, en l'absence de tout contact avec eux", a-t-il déclaré, cité dans le communiqué.

     

    Le commandant de la « brigade de Zenten », Ajmi al-Atiri, avait affirmé samedi dans la journée qu'une "infraction à la sécurité" avait eu lieu pendant la visite et que l'avocate était détenue pour les besoins de l'enquête (sic). Selon M. Atiri, « il y a eu à l'occasion de la visite un échange de documents non déclarés, parmi lesquels une lettre de Mohamed Ismaïl, ex-bras droit de Seif al-Islam et actuellement en fuite, une feuille blanche portant la signature du fils Kadhafi et une lettre non signée adressée à la CPI » dans laquelle il assurerait qu'il n'y a pas "pas de gouvernement ni de loi en Libye" et qu'il est "maltraité".

     Selon M. Jehani, Mme Taylor est détenue à Zenten "dans un lieu de résidence et non dans une prison" et est entendue par les autorités.

     

    SEIF AL-ISLAM KADHAFI : UN DETENU QUI GARANTIT UN CHANTAGE !

     Seif al-Islam est détenu à Zenten, à 170 km au sud-ouest de Tripoli, depuis son arrestation en novembre 2011 par une brigade d'anciens combattants rebelles originaires de cette localité. Précisons – car de fausses nouvelles circulent sur le net – qu’il n’est d’aucune manière lié à la Résistance armée ou politique libyenne et qu’il n’en est encore moins le chef ou le « guide » … Seif al-Islam, 39 ans, est visé par un mandat d'arrêt de la CPI pour « crimes contre l'humanité » commis pendant la répression du coup d’état islamo-monarchiste du 15 février 2011 organisé et financé par les USA, la France et l’OTAN, et qui a été transformée en conflit armé par l’OTAN lorsque Kadhafi ne s’est pas effondré. La junte fantoche de Benghazi qui usurpe le pouvoir en Libye au nom de l’OTAN et la CPI se disputent le droit de le juger.

     Seif est en fait l’objet d’un chantage entre le commandant de la « brigade de Zenten », un gang islamiste armé, et le CNT. Qui a permis à ce gang d’obtenir des positions de force dans l’Armée fantoche organisée par le CNT, et surtout d’accéder à son juteux financement par le Qatar, l’OTAN et les fonds spéciaux français (l’argent dont dispose secrètement et sans contrôle l’Elysée et le premier ministre).

     Il est actuellement, selon la procédure anglo-saxonne, représenté par le chef du Bureau du conseil public pour la défense (OPCD), Xavier-Jean Keïta, désigné et payé par la Cour, assisté par Mme Taylor, co-conseil. On comprend tout de suite quelle indépendance ont ces juristes ! Contacté par l'AFP, Me Keïta n'a pas souhaité faire de commentaire dans l'immédiat.

    CHANTAGE DANS LE CHANTAGE : LE CNT ET LE GANG DE ZENTEN ENTENDENT FAIRE CHANTER LA CPI !

     Un responsable du ministère des Affaires étrangères de la Junte du CNT, Mohammed Abdelaziz, a déclaré que la Libye allait demander à la CPI de lever l'immunité de l'avocate, afin qu'une enquête officielle puisse être menée: "Je pense que cette femme va rester avec nous pendant un moment, jusqu'à ce que l’immunité soit levée".

    Le CNT, qui souhaitent juger chez eux le fils du dirigeant déchu, ont déposé le 1er mai une requête contestant la compétence de la CPI pour poursuivre Seif Al-Islam, seul fils de l'ancien dirigeant à être détenu en Libye. Outre la CPI, les autorités libyennes doivent aussi convaincre les responsables de Zenten de leur livrer Seif Al-Islam si elles entendent le juger. Selon M. Jehani, les ex-rebelles retarderaient « son transfert à Tripoli à cause d'arriérés de soldes non perçus ». Comme nous l’avons vu les enjeux sont bien plus élevés et concernent directement les rapports de force entre les gangs islamistes armés qui se disputent les richesses de la Libye.

     L’arrestation de l’équipe de la CPI sous un prétexte va en fait servir de moyen de pression pour faire chanter la CPI elle-même. Le but étant de l’obliger à accepter un procès de Seif par le CNT en Libye. L’OTAN a les alliés qu’elle s’est choisie en toute connaissance de cause …

     L'EQUIPE DE LA CPI EN DETENTION PREVENTIVE

      Le chef du gang de Zenten – arrêtons de parler de Brigade, terme choisi par la propagande de l’OTAN – qui détient ces quatre personnes a indiqué « qu'elles avaient été transférées vers une prison sur ordre du procureur général ».

     

    Les quatre membres de la délégation de la Cour pénale internationale (CPI) « ont été placés dimanche en détention préventive pour 45 jours », a indiqué à l'AFP un responsable du bureau du procureur général libyen. "Ils ont été placés en détention préventive pour 45 jours dans le cadre de l'enquête", a indiqué ce responsable sous couvert de l'anonymat, sans donner de détails.

     

    Ajmi al-Atiri, le chef islamiste du gang de Zenten qui détient ces quatre personnes, tout comme Seif, a indiqué que l'équipe de la CPI détenue jusqu'ici dans une maison, a été "transférée dimanche vers une prison sur ordre du procureur général"..

     Ils sont toujours accusés « d'espionnage pour avoir tenté d'échanger des documents avec Seif al-Islam ».

     

     Dimanche, le représentant de la Libye à la CPI Ahmed Jehani avait précisé que seulement deux membres de l'équipe: l'avocate australienne Melinda Taylor et son interprète libanaise, Helen Assaf, avaient été arrêtées, tandis que deux hommes, un Russe et un ressortissant espagnol, seraient restés avec elles de leur propre gré. M. Atiri n'a pas expliqué pourquoi les deux hommes ont aussi été transférés également en prison ou si des charges ont été retenus contre eux.

     LE CHAOS LIBYEN !

     Cette affaire en dit long sur les limites étroites de l’autorité réelle du pseudo CNT et sur le chaos qui règne en Libye. Il n’y a plus d’état, de gouvernement, d’autorité. Et le CNT n’est qu’un des nombreux gangs islamistes lourdement armés qui organisent le chaos en Libye. Ajoutons à tout cela les manœuvres concurrentes des multinationales pétrolières – la guerre est ouverte entre le français Total et les majors anglo-saxons – et les agendas divergents des USA, de la France et du Qatar. 

     Sans oublier les anciennes municipalités de la Jamahiriya de Kadhafi, qui après 40 ans de Démocratie Directe municipale, où tribus et anciens cadres jamahiriyens ont organisé une autonomie de fait qui ne reconnaît pas l’autorité du CNT. C’est le cas à Bani Walid ou Sebah, où les milices d’auto-défense municipales ont chassé les gangs islamistes armés …

     « La Libye instable prépare ses premières élections » (sic) commentait Le Temps (Genève), revenu à plus de lucidité. « Le pays met en place son premier scrutin démocratique (resic) dans un contexte troublé. Si la démilitarisation des groupes armés ne progresse pas, les élus n’auront qu’un poids dérisoire » …

     C’est ce chaos que les médias de l’OTAN ou l’ineffable BHL appellent un « pays libéré » (sic) et une « démocratie émergente » !

       LM

       Source : Elac committees

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Le Conseil de sécurité exige la libération des membres de la CPI détenus en Libye

     
    Publié le 2012-06-16 10:09:43 | French. News. Cn
           
     
     

    NEW YORK (Nations Unies), 15 juin (Xinhua) -- Le Conseil de sécurité de l'ONU a exhorté vendredi la Libye à libérer immédiatement tous les fonctionnaires de la Cour pénale internationale (CPI) détenus depuis plus d'une semaine.

    Dans leur déclaration à la presse, les membres du Conseil ont souligné qu'aux termes de sa résolution 1970, "la Libye est légalement tenue de coopérer pleinement avec la Cour et de lui apporter toute l'assistance voulue".

    Les membres de la CPI s'était rendus en Libye le 6 juin dernier, dans le but d'y rencontrer Saïf Al-Islam Kadhafi, l'un des fils de l'ancien dirigeant libyen, le colonel Mouammar Kadhafi, incarcéré à Zenten, dans l'ouest de la Libye. Ils comptaient notamment discuter avec le suspect de l'option de désigner un avocat de son propre choix.

    Mardi, une délégation de la Cour et les ambassadeurs de l'Australie, du Liban, de la Russie et de l'Espagne s'étaient brièvement entretenus avec les quatre membres du personnel de la CPI qui sont détenus à Zenten. Durant cet entretien, qui s'est déroulé en présence du procureur général de la Libye et des représentants des autorités locales, les fonctionnaires de la CPI ont dit être "en bonne santé et bien traités".

    "La CPI salue l'aide fournie par les autorités libyennes à ce jour. La Cour est très soucieuse d'aborder tout malentendu qui serait à déplorer concernant le mandat et les activités de la délégation lors de sa mission en Libye", a souligné un porte-parole de la juridiction internationale dans le communiqué.

    La CPI a exprimé le vif espoir que les quatre personnes détenues seront libérées sans délai, dans l'esprit de coopération qui prévaut entre la Cour et les autorités libyennes.

    La Libye avait assuré, dans une requête soumise à la Chambre préliminaire I de la Cour, qu'elle faciliterait l'accès à M. Kadhafi à ses avocats. Cet accord a été confirmé, par la suite, lors des contacts entre le gouvernement libyen et le Greffe de la CPI.

    En vertu de la résolution unanime 1970 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui a déféré à la CPI la situation en Libye, ce pays a l'obligation juridique de coopérer pleinement avec la Cour, y compris l'obligation de respecter le régime juridique imposé par le Statut de Rome, qui garantit les droits des suspects à disposer de contacts privilégiés avec leurs conseils.

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Brûlez l’argent des banquiers ! Libérez le Secrétaire du peuple !

    Brûlez l’argent des banquiers ! Libérez le Secrétaire du peuple ! (via http://stcom.net)

    From: Mathaba Libérez le Secrétaire du peuple libyen ! [ العربية | 中国的 | русски | English... ] Les gens du monde entier vont mettre le feu à des billets de monnaie à partir 12 Juin 2012 en protestation permanente contre le maintien en détention en Tunisie du Secrétaire de…


    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Libye occupée: Amal, Adel et le Dr Mohamed enseignent au peuple libyen le désapprentissage de la démocratie directe


    Posted: 2012/06/08
    From: Mathaba
        Share on TwitterFacebook
     
     
    Les puissances impérialistes sont pressées de montrer au monde la «legitimité» du gouvernement installé par le feu de l`OTAN après 7 mois de bombardements...


     

    Le CNT/OTAN et les puissances impérialistes sont pressés. Les prochaines élections au Congrès National Général (Al-Moutamar Al-Watany Al-‘Am), le nouveau «parlement» «démocratique», censé «remplacer» le Congrès Général du Peuple de la Jamahiriya que représentait le Dr Mahmood Al-Baghdady [Réf. 1], vont avoir lieu ce mois-ci (juin 2012). Il faut faire vite pour que le monde soit enfin «rassuré» quant à la «légitimité» du gouvernement installé par le feu de l’OTAN après 7 mois de bombardements…

    Sur «Les Petits-Enfants d’Al-Mokhtar» («Ahfad Al-Mokhtar»)(*), l’une des nombreuses chaînes de télévision (sur le satellite panarabe NileSat) mises en place par le CNT/OTAN, un « spot » est actuellement diffusé plusieurs fois par jour. Les normes techniques et politiques correspondent tellement à celles «en vigueur» en «Occident» qu’il ne fait aucun doute que le programme a été conçu par une agence de communication à Paris, Londres ou Washington. Il met en scène Amal et Adel, un couple d’étudiants pensifs qui évoluent dans les galeries de l’université. D’une manière faussement innocente, ils s’interrogent sur les notions de « démocratie », « pouvoir exécutif, législatif, judiciaire », « partis », « parlement », « société civile », « constitution », etc.

    Par un hasard heureux, ils rencontrent le Dr Mohamed qui leur propose alors de s’asseoir avec eux pour un cours particulier sur le «nouveau» credo «démocratique» en Libye. Tout fonctionne à merveille et les acteurs expriment ouvertement leur extase à chaque fois que l’un des mots ci-dessus est prononcé et expliqué par le professeur… Or, pour qui connaît un peu la réalité de la Libye, la situation est assez ahurissante et s’apparente à une tragi-comédie.

    Le résultat de 7 mois de bombardement de la Libye par la BBC, Al-Jazeera, Al-Arabiya, la Télévision Nationale Tunisienne, l'OTAN et autres "grands médias" (© Les Pacifistes de Tunis)

    Après la boucherie impérialiste (100 000 victimes) de l’OTAN de ses agents du CNT, voilà le cirque électoral... En effet, les Libyens sont le seul peuple au monde à avoir fait l’expérience de la démocratie directe sur une très longue période. S’ils se sont plaints de dérives (dues notamment à l’introduction de réformes imposées par le rapprochement inévitable avec les puissances impérialistes suite à l’isolement face aux nombreux coups bas de ces dernières, à commencer par l’embargo économique), les Libyens, dans leur immense majorité, appréciaient (et aujourd’hui regrettent) leur système libertaire de gouvernement [Réf. 2 à 5], théorisé dans Le Livre Vert [Réf. 6 à 7] .

    De gauche à droite, les héros de trois grandes révolutions: Daniel Ortega (Nicaragua), Mouammar Al-Gaddafi (Grande Jamahiriya Libyenne), Fidel Castro (Cuba)

    A moins de retournements spectaculaires possibles à tout moment en Libye (résistance) et dans le monde arabe en général (un printemps vraiment révolutionnaire refusant notamment la liquidation de la question palestinienne), on peut au moins s’attendre à un scénario semblable à celui de l’histoire récente du Nicaragua. Dans les années 80, le gouvernement révolutionnaire de l’époque (sandiniste, pratiquant entre autres et comme dans la Jamahiriya, la démocratie directe) fut violemment attaqué par les «Contras», c'est-à-dire les «contre-révolutionnaires», agents de l’impérialisme US, équivalents des milices du CNT/OTAN libyen. A la suite d’une guerre d’usure, les «Contras» avaient finalement «réussi» à imposer un autre pouvoir (que celui du peuple en marche guidé par les Sandinistes).

    Or, récemment, ces derniers ont reconquis le pouvoir parce qu’ils n’avaient en fait jamais quitté le cœur de la grande majorité des Nicaraguayens. Ils vainquirent «par les urnes», c'est-à-dire selon les propres critères de la «démocratie» capitaliste imposée par l’impérialisme [2]. Il ne serait donc pas étonnant que la Jamahiriya renaisse à court ou moyen terme à travers le « processus «démocratique»», tel qu’il est actuellement vendu par les courroies de transmission de l’impérialisme que sont les «grands médias». La criminalisation de toute déclaration publique des innombrables succès et avantages de la démocratie directe de la Jamahiriya [Réf. 2 et 3] -sans parler de l’interdiction de tout parti politique acceptant le «jeu «démocratique»» tout en proposant un programme d’inspiration jamahirienne- constituent des indicateurs de l’angoisse de l’impérialisme…

    (*) Il ne s’agit pas d’une plaisanterie. Omar Al-Mokhtar est en effet le héros historique de la lutte de libération du peuple libyen contre le colonialisme italien au début du siècle dernier. Tout comme avec l’Egyptien Nasser (dont la statue a été déboulonnée à Benghazi…), son digne successeur est Mouammar Al-Gaddafi.

    SOURCES :

    [1] Avocats et Pacifistes mobilisés à Tunis pour refuser la «livraison» du Dr Al-Baghdady. Les Pacifistes de Tunis, 27 mai 2012

    http://www.algeria-isp.com/actualites/politique-libye/201206-A10574/avocats-pacifistes-mobilises-tunis-pour-refuser-livraison-baghdady-premier-ministre-legal-grande-jamahiriya-libyenne-aux-merce.html

    [2] La démocratie directe, secret de l’efficacité de la résistance des peuples à l’impérialisme [Direct Democracy: The Secret of the Effectiveness of Peoples’ Resistance to Imperialism] . Les Pacifistes de Tunis, 30 avril 2012

    http://mathaba.net/news/?x=630325   http://www.albared.org/node/471 (English)

    [3] Révolutionnaire tunisien, que savais-tu et que sais-tu encore de la Libye ? [Tunisian Revolutionary, what did you know about Libya and what do you still know?]. Les Pacifistes de Tunis, 25 janv. 2012

    http://www.mathaba.net/news/?x=629835

    [4] Gaddafi, un anarchiste vraiment libertaire. Les Pacifistes de Tunis, 23 fév. 2012 www.lavoixdelalibye.com/?p=3828

    [5] Déclaration sur l'avènement du Pouvoir du Peuple (2 mars 1977). Trad. JP Maury. http://mjp.univ-perp.fr/constit/ly1977.htm  http://www.servat.unibe.ch/icl/ly01000_.html (English)

    [6] La troisième théorie Universelle. Le Livre Vert de Mouammar Al-Kadhafi. 24 fév. 2012 http://stcom.net/news/?page_id=7742

    [7] Le Livre Vert (par Kontrekulture)

    http://www.kontrekulture.com/achats-livres-subversifs/122-le-livre-vertmouammar-el-kadhafi.html

    Extrait essentiel du LIVRE VERT :

    « Les congrès populaires sont l'unique moyen de la démocratie populaire. Tout autre système est une forme non démocratique de gouvernement. Tous les régimes gouvernementaux qui prévalent actuellement dans le monde ne seront pas démocratiques tant qu'ils n'auront pas découvert ce moyen. Les congrès populaires sont l'aboutissement du mouvement des peuples vers la démocratie. Les congrès populaires et les comités populaires ne sont pas des inventions de l'imagination, dans la mesure où ils sont le produit de la pensée humaine qui a assimilé les différentes expériences des peuples pour aboutir à la démocratie.

    La démocratie directe, quand elle est mise pratique, est indiscutablement et incontestablement la méthode idéale de gouvernement. Comme une nation, quelque soit sa population, ne peut être rassemblée pour discuter, étudier et décider de sa politique, les sociétés sont détournées de la démocratie directe, qui est demeurée une idée utopique éloignée de la réalité.

    Elle a été remplacée par de nombreuses théories de gouvernement, telles que les assemblées parlementaires, les coalitions de partis, les référendums. Toutes ont conduit à isoler le peuple de l'activité politique, à usurper sa souveraineté, et à confisquer son pouvoir au profit d'"appareils de gouvernement" successifs et en conflit, qu'ils soient individu, classe, secte, tribu, Parlement ou parti. Le "Livre vert" annonce au peuple la découverte du chemin de la démocratie directe grâce à un procédé novateur.

    Puisque l'idée de l'exemplarité de la démocratie directe faisait l'unanimité mais qu'il était impossible de la mettre en pratique et puisque la troisième théorie universelle nous présente une expérience réaliste de la démocratie directe, le problème de la démocratie se trouve donc définitivement résolu dans le monde.

    Il ne reste plus aux masses qu'à lutter pour abattre toutes les formes dictatoriales de gouvernement qui dominent actuellement l'univers et qui sont fallacieusement baptisées démocraties; du Parlement à la secte, de la tribu à la classe, du système de parti unique au bipartisme ou au multipartisme ! La démocratie n'a qu'une seule forme et une seule théorie. Les différences et les divergences entre les systèmes dits démocratiques sont la preuve qu'ils ne sont pas démocratiques. Le pouvoir du peuple n'a qu'un seul visage et on peut réaliser le pouvoir populaire que d'une seule manière: par les congrès populaires et les comités populaires: "Pas de démocratie sans congrès populaires" et des comités populaires partout.

    Premièrement, le peuple se divise en congrès populaires de base. Chaque congrès choisit son secrétariat. L'ensemble de ces secrétariats forment à leur tour des congrès populaires, congrès différents de ceux de la base. Puis l'ensemble des congrès populaires de base choisit des comités administratifs populaires pour remplacer l'administration gouvernementale. Dès lors, tous les services publics se trouvent dirigés par des comités populaires responsables devant les congrès populaires de base, lesquels leur fixent la politique à suivre et en contrôlent l'exécution.

    Ainsi l'administration et son contrôle seront populaires et il sera mis fin à la définition désuète de la démocratie selon laquelle: "La démocratie, c'est le contrôle du gouvernement par le peuple." La définition juste qui la remplacera est: "La démocratie, c'est le contrôle du peuple par le peuple." Tous les citoyens membres de ces congrès populaires appartiennent, par leurs fonctions ou leurs professions, à des groupes ou des catégories différentes: ouvriers, paysans, étudiants, commerçants, artisans, fonctionnaires, etc.

    En plus de leur appartenance en tant que citoyens, aux congrès populaires de base ou aux comités populaires, ils doivent constituer des congrès populaires professionnels qui leur sont propres. Les problèmes évoqués par les congrès populaires de base, les comités populaires, les syndicats et les associations professionnelles, prendront leur forme définitive au Congrès Général du Peuple où se retrouveront les groupes exécutifs des congrès populaires, des comités populaires, des unions syndicales ou professionnelles. Ce qui est débattu par le Congrès Général du Peuple, qui se réunit une fois par an, sera soumis à son tour aux congrès populaires et aux comités populaires, aux syndicats et aux associations.

    Les comités populaires, responsables devant les congrès populaires de base, commenceront alors de mettre à exécution le programme ainsi élaboré contrairement aux assemblées parlementaires. Le Congrès Général du Peuple n'est pas un rassemblement de membres d'un parti ou de personnes physiques mais la rencontre des congrès populaires de base, des comités populaires, des syndicats et de toutes les associations professionnelles. Ainsi la question de "l'appareil de gouvernement" sera résolue et même temps il sera mis fin aux appareils dictatoriaux. Le peuple deviendra "l'appareil de gouvernement" et le problème de la démocratie dans le monde sera définitivement résolu. »

    About Les Pacifistes de Tunis

    Nous sommes un collectif de citoyens (en majorité des femmes) ayant décidé de réagir à la guerre impérialiste et hyper-totalitaire contre la Grande Jamahiriya Libyenne, menée avec la complicité des médias et partis politiques tunisiens dans leur très grande majorité... Depuis près d’un siècle, l’opposition à l’impérialisme implique de défendre sans hésiter tout pays à travers le monde (du Zimbabwe à Cuba et de la Syrie au Nicaragua) qui serait agressé par une ou des puissance(s) néocoloniale(s). Aussi, nous nous tenons sans ambigüité aux côtés de la SYRIE dans son épreuve actuelle. Nous défendrons aussi l’Iran et le Liban malgré les graves et suicidaires erreurs morales («crier avec les loups» contre la Jamahiriya) de leurs dirigeants politiques. Nous n’oublierons jamais les millions de morts causés par les guerres incessantes de l’impérialisme contre les peuples d’Asie (particulièrement les 200 000 victimes, dont 100 000 morts immédiates, des bombes d’HIROSHIMA et NAGASAKI ; la guerre contre le Vietnam, l’Afghanistan, le Pakistan) ; les peuples d’Amérique Latine; du Moyen Orient; d’Afrique. Nous faisons nôtre les consignes humanistes de Che GUEVARA et Mouammar AL-GADDAFI : "Surtout, restez toujours capables de ressentir au plus profond de vous-même toute injustice commise contre quiconque, n'importe où dans le monde. C'est là la qualité la plus belle chez un révolutionnaire". Les Pacifistes de Tunis
    #
    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Les secrets convoités de Senoussi, « boîte noire » de Kadhafi

     Beau-frère du leader libyen et chef du renseignement, Abdallah al-Senoussi a été arrêté en Mauritanie en mars. Depuis, les espions défilent dans sa prison dorée.

    Abdallah Senoussi (DR)

     

    De Nouakchott (Mauritanie).A l’ombre de quelques palmiers, à quelques encablures du nouveau ministère des Affaires étrangères, une villa cossue, protégée par de hauts murs d’enceinte.

    Un lieu idéal pour y couler des jours tranquilles. C’est là, et dans deux autres magnifiques villas du Bataillon de la sécurité présidentielle mauritanienne (Basep) qu’Abdallah al-Senoussi passait ses journées lors de sa garde à vue, comme nous avons pu le constater sur place.

    A l’occasion, Senoussi, accompagné du Basep, aimait aussi voyager à l’intérieur du pays pour « changer d’air », confie un gendarme mauritanien. « Il était détenu dans de bonnes conditions », confirme un employé de la Croix Rouge qui a pu s’entretenir avec lui pendant deux heures, le 10 mai.

    Et puis les jours ont passé. 65 jours de garde à vue au total, bien plus que le maximum autorisé par la justice mauritanienne. Il fallait donc trouver un motif d’inculpation, afin de pouvoir garder l’homme et ses secrets très convoités à Nouakchott.

     

     

    Poursuivi pour… immigration clandestine

    La nouvelle est annoncée le 21 mai par l’AFP. La justice mauritanienne l’inculpe de falsification de document de voyage et entrée illégale dans le pays. Commentaire d’un journaliste mauritanien spécialiste des questions de sécurité, Isselmou Ould Moustapha :

    « On le poursuit pour immigration clandestine, un délit mineur, ça n’a pas de sens. Les Libyens n’ont jamais eu besoin d’un visa pour la Mauritanie.
    Et puis cet homme a les mains tâchées de sang, il y a tellement d’autres motifs de le poursuivre. C’est bien la preuve que les Mauritaniens ne lui reprochent rien. »

    Ce sont pourtant les Mauritaniens qui ont mis fin à sa cavale. Abdallah al-Senoussi a été arrêté dans la nuit du 16 au 17 mars à l’aéroport de Nouakchott, alors qu’il débarquait d’un avion de la Royal Air Maroc en provenance de Casablanca, muni d’un passeport malien falsifié.

    Une arrestation qui n’a rien à voir avec le hasard. Au Maroc, pays dans lequel il avait trouvé refuge, Senoussi faisait l’objet d’un harcèlement constant des services de sécurité. L’ex-chef des renseignements libyens se déplaçait en cachette, avec la complicité de deux de ses sœurs, établies dans le royaume, selon le témoignage d’un gendarme mauritanien qui a suivi le processus.

     

    « Il était très surveillé, harcelé même. Le Maroc l’a poussé à bout pour éviter une arrestation afin de ne pas avoir à subir une demande d’extradition, ce qui l’aurait contraint à se positionner face à l’Algérie, son adversaire, qui continue d’héberger plusieurs membres de la famille Kadhafi. » 
    Un piège pour l’attirer en Mauritanie

    Excédé par cette surveillance, Senoussi se laisse convaincre de partir en Mauritanie. Ce qui était un piège, minutieusement préparé, poursuit le gendarme :

    « A son insu, Senoussi était accompagné à bord de l’avion par un conseiller aux affaires sécuritaires à l’Ambassade de Mauritanie à Rabat. A son arrivée, les alentours de l’aéroport étaient déjà sous haute surveillance. »

    Abdallah al-Senoussi ne s’attendait pas à un tel accueil. L’ex-pilier du régime libyen espérait pouvoir compter sur ses relations privilégiées avec le président Mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, fidèle allié de Mouammar Kadhafi avant sa chute. D’autant plus que ce dernier lui avait donné de solides garanties quelques mois plus tôt, selon une source proche des services de renseignements mauritaniens.

    « Des négociations ont eu lieu en Algérie le 10 décembre, à l’occasion d’un voyage du chef de l’Etat mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, dans les wilayas intérieures du pays.
    Sur place, le président mauritanien a rencontré des membres des familles Kadhafi et Senoussi réfugiés en Algérie. A cette occasion, il s’est engagé à veiller personnellement sur Abdallah al-Senoussi. »

    La promesse ne sera jamais honorée, du moins pas dans les termes attendus par la famille Senoussi.

     

    Une mine de renseignements qu’on se dispute

    Adballah al-Senoussi est une carte maîtresse dans le jeu du président mauritanien. A l’origine de toutes les tractations secrètes sous Kadhafi, l’ex-chef des renseignements libyens est une mine de renseignements que tout le monde veut interroger. Le journaliste mauritanien Isselmou Ould Moustapha résume :

    « C’est la boîte noire de Kadhafi, la fortune des Libyens. Il sait beaucoup de choses. Il est très important. »

    Les services de renseignements occidentaux se bousculent à Nouakchott pour pouvoir entendre le confident de Kadhafi. Et ce sont les autorités mauritaniennes qui délivrent les laisser passer. S’ensuit un bras de fer entre les différentes officines, selon les témoignages recueillis auprès de sources proche des services de renseignements mauritaniens.

    Le FBI fait venir des Etats-Unis plusieurs agents et obtient l’autorisation de s’entretenir avec Senoussi, dans la demeure qui lui tient lieu de villégiature. Les renseignements français l’interrogent également. Officiellement, la France veut le traduire en justice pour son rôle dans l’attentat contre un avion d’UTA en 1989.

    Une demande d’extradition a même été déposée fin mars à Nouakchott. Une manœuvre destinée à faire oublier de sombres affaires, selon le journaliste mauritanien Isselmou Ould Moustapha :

    « Nicolas Sarkozy n’avait aucun intérêt à traduire Senoussi en justice. Il sait beaucoup trop de choses sur les relations franco-libyennes d’avant la révolution. »

    Senoussi, intermédiaire à tout faire

    L’homme était de toutes les décisions stratégiques. Selon le magazine Wired, c’est lui qui, en 2007, négocie l’achat à la société française Amesys d’un système de surveillance Internet. Un logiciel destiné à épier les faits et gestes de l’opposition, comme le révéleront d’autres médias par la suite, dont le Wall Street Journal.

    L’homme était à l’époque déjà recherché par Interpol et sous le coup d’un mandat d’arrêt de la France où il a été jugé par contumace.

    Senoussi était aussi partie prenante dans des négociations avec le groupe pétrolier français Total en 2010 pour construire un gazoduc entre la Libye et l’Europe, fait savoir l’intermédiaire Ziad Takieddine sur son blog.

    L’homme et ses secrets suscitent l’intérêt de nombreux services. Les Iraniens envoient à leur tour leurs agents à Nouakchott. Ils sont prêt à tout pour obtenir des détails sur la disparition en Libye en 1978 de Moussa al-Sadr, l’imam chiite qui a inspiré la création du Hezbollah libanais.

    La négociation aboutit quelques semaines plus tard. Téhéran remet à Nouakchott l’ex-numéro 3 d’Al-Qaïda, le Mauritanien Mahfoud Ould el-Walid, ancien moufti d’Oussama Ben Laden, repenti depuis et que le président Mohamed Ould Abdel Aziz veut utiliser en exemple pour démobiliser les jeunes recrues mauritaniennes d’Al Qaeda au Maghreb islamique (Aqmi).

     

     

    La Mauritanie pas pressée de collaborer

    Reste la Libye post-Kadhafi, dont les demandes d’extradition sont ignorées par la Mauritanie. Selon une source proche des enquêteurs mauritaniens, « seul un membre d’une délégation libyenne a pu rencontrer Senoussi » le 19 mars à Nouakchott.

    Il y a trois semaines encore, le ministre des Affaires étrangères mauritanien a refusé de recevoir un émissaire libyen venu à Nouakchott pour faire avancer le dossier.

    Cette mauvaise volonté irrite Tripoli, qui a interdit à un avion de Mauritania Airlines de survoler son territoire le 13 mars. La Mauritanie a également « suscité la colère des pays du Golfe, notamment le Qatar et l’Arabie Saoudite, qui ne comprennent pas pourquoi Nouakchott privilégie l’Iran plutôt que la Libye sur ce dossier », poursuit cette même source.

    Les Mauritaniens ne sont pas en reste, eux qui ont désormais un accès privilégié à Senoussi et à ses petits secrets. Une source proche des services de renseignements mauritaniens nous le confirme :

    « Nouakchott voulait entendre Senoussi au sujet de l’implication de la Libye de Kadhafi dans presque tous les coups d’Etat qui ont eu lieu en Mauritanie. La Libye réglait tous les différents et mettait la main à la poche.
    C’est Kadhafi qui a versé, en espèce, l’équivalent de cinq années de salaire à l’ex-président mauritanien Sidi Ould Cheikh Abdallahi, pour le dédommager après le coup d’Etat de 2008. »

    15 millions de dollars évaporés

    Une autre question intéresse les enquêteurs mauritaniens, selon un gendarme. Il s’agit de savoir « où sont passés 15 millions de dollars retirés de la Chinguetti Bank (ancienne banque mauritano-libyenne) de Nouakchott par Slimane Chahoumi, l’ex-secrétaire aux Affaires étrangères du congrès général du peuple libyen, deux semaines avant la chute de Kadhafi ».

    Impossible de remonter la trace de ces fonds. Depuis le 8 mars, des scellés sont visibles sur les portes d’entrée du bâtiment de la banque.

    Les liens entre la Mauritanie et la Libye étaient très forts du temps de Kadhafi. Nouakchott est l’une des dernières capitales à avoir reconnu le Conseil national de transition (CNT) lybien en novembre 2011.

    Les relations privilégiées de l’ex-ministre mauritanienne des Affaires étrangères, Naha Mint Meknass, avec la Libye de Kadhafi étaient d’ailleurs connus de tous dans la capitale mauritanienne.

    Une source proche des services de renseignements mauritaniens raconte :

    « Elle a été priée de quitter son poste après la chute du Guide, ses accointances avec Kadhafi devenant gênantes. Fâchée, elle menaçait de révéler des secrets d’Etat. Depuis, on lui a promis le poste d’ambassadeur en Espagne et l’affaire s’est tassée. »

    Et les secrets d’Etat ne manquent pas, poursuit la même source, qui évoque notamment – sans pouvoir le prouver – la corruption d’émissaires de l’Union africaine venus rapprocher les positions des belligérants libyens.

     

    « Kadhafi avait rempli d’or l’avion des émissaires. Cet or est aujourd’hui caché en Mauritanie et en Afrique du Sud. »

    Selon lui, des hommes d’affaires mauritanien sont également impliqués dans l’envoi de mercenaires pro-Kadhafi pendant la révolution libyenne : « Ces derniers feront tout pour que Senoussi finisse sa vie en Mauritanie. »

     

    Mohamed Diop et Claude-Olivier Volluz

     

    Source : mediabenews

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • 22 au 31 mai: Nouvelles d'Algeria Isp

     ALGERIA ISP / Selon Akhbar Elmokawama Libya, à Kofra,prés du bâtiment Chaebiya, les rebelles du bataillon Darae Libya a été attaqué par les combattants des tribus de Toubous.

     Une photo souvenir du secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen en Libye, une visite de mépris envers les victimes de cette guerre injuste contre la Jamahiriya. Des milliers d'enfants, des femmes et des hommes tués par les bombes et les armes de l'Otan. Des barbares installés pour gouverner une Libye violée par les occidentaux.
    Les rebelle au côté de monsieur l'Otan n'est autre que «Fouad Najib Omar Benaji originaire de Garyane, il a volé beaucoup de richesses de Bani walid, il a volé des voitures et de l'or a des habitants de la ville alors que le second personnage n'est autre que Abdelmadjid Belaid Zouit originaire de Garyan, un grand tortionnaire.

     

     

     

     

     

     

    ALGERIA ISP / Selon Hadaba Khadra, les rebelles de la fédération de Barca ont exposé leur force sur la place Kiche à Benghazi. Ils se préparent à toute attaque des rebelles de Misrata qui veulent s'approprier les plateformes pétrolières de Sirte, Ras Lanouf, Mrasa Brega et ceux du sud.

     

     

     

     

     

    ALGERIA ISP / Selon Hadaba Khadra, les rebelles de Misrata ont enlevé le colonel du CNT Ibrahim Kassouda, directeur de la douane de l'aéroport de Maetika de Tripoli. Ce dernier a saisi chez un voyageur, une valise contenant des armes. Ce voyageur est de mIsrata. Des officiers et des douaniers ont fait un sit-in devant le bâtiment du chef de gouvernement du CNT pour dénoncer cet enlèvement.

     

    Les combattants de la résistance verte ont effectué une opération dans la ville de Sirte. Ils ont explosé le lieu de stockage de l'armement des rebelles de la Qaïda dans la région de Dohir à 15 km du centre ville.

     

    A tous qui croient à la Jamahiriya, ne vous en faites pas. La résistance verte gagne du terrain mais elle est discrète. Il viendra le jour, ou le vert reviendra à ce beau pays.

     

     

     

     

     

    ALGERIA ISP / Selon Akhbar Elmokawama Libya, des avions de guerre continuent a survoler à basse altitude la plupart des régions de l'ouest Libyen. Ce qui a étonné les Libyens sur la raison de la présence de toutes ces avions de guerre. Aucun communiqué du gouvernement du CNT.

     

    L'aéroport international de Tripoli ainsi que celui de la base militaire de Maetika ont arrété leurs activités suite au survol des avions de guerre.

     

    Pour rappel, depuis quelques jours, ces avions de guerre ont déjà bombardé des dépôts d'armes dans la ville de Mezda et Sirte.

     

     

     

     

     

    ALGERIA ISP / Selon Akhbar Elmokawama Libya, des hommes armés dans une voiture ont tiré des coups de feu sur les rebelles au centre ville de Sabha. D'autres rebelles ont essayé d'arrêter cette voiture mais cette dernière a pu s'échapper.

     

    La résistance verte demande aux jeunes Libyens de Sirte de faire attention puisque les milices de l'est Libyen qui sont au check-point n°50 arrêtent les jeunes. Ce matin, ils ont arrêté 2 jeunes de Sirte ans aucun motif.

     

    Une vidéo d'un rebelle accusé de tuer le général Abdelfateh Younes. Il explique qu'il a des documents prouvant que le n°1 du CNT Mustapha Abdeljalil et ses amis qui ont tué le général Younes. Il a encore ajouté que la décision de cet assassinat été prise dans la ville de Baida en Libye et c'est Mustapha Abdeljalil qui a ramené l'ordre de cet assassinat depuis la France.

     

     

     

     

     

     

     

     

    ALGERIA ISP / Selon Great Wefala, des émissaires du ministère de l'intérieur et du ministère de la justice ont visité la ville de Bani walid. Ils ont visité le conseil social des tribus de Warfala qui est le seul représentant de la ville.

     

    Ils ont trouvé la situation est stable dans la ville. Ils ont constaté que les agents de police font un excellent travail pour gérer la circulation. Ils sont même présents devant les universités, les lycées et les écoles.

     

    Les rues sont bandés des citoyens qui exercent leur travail quotidien.

     

    Pour rappel, les Warfala ont exigé le départ de tout rebelle de la ville. Les citoyens gèrent la ville sans se soumettre au CNT.

     

     

     

     

     

    ALGERIA ISP / Selon Great Wefala, des émissaires du ministère de l'intérieur et du ministère de la justice ont visité le conseil social des tribus de Warfala à Bani alid. Les Warfala ont demandé à cette délégation, le motif de sa visite non programmée.

     

    Ces émissaires ont expliqué qu'ils ont une mission de répertorier tous les sièges d'administration détruits pendant la guerre afin de les reconstruire entre outre les prisons, les tribunaux, … ils ont même ajouté qu'ils vont fournir les moyens de transport de marchandises, …

     

     

     

    Source : Algeria isp

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Les americains et les francais ont volé l'argent des libyens

    Les americains et les francais ont volé l'argent des libyens en Europe soit 850 milliards d'euros. Il est evident que Al Baghdadi vivant a condamné Sarkozy a la prison. Mais le demantelement des reseaux juifs sionistes doit se faire et permettre de detruire les partis politiques, les loges maconniques, et une bonne partie des services (interieur, defense, justice) a Paris. Des enquetes qui semeront la destruction des reseaux coloniaux dans tout le Maghreb. La France et ses elites racialistes sionistes a un grand besoin d'un veritable 'Printemps Arabe'!

     

    Chantage d’Etat autour des fonds secrets libyens

    Il est l’un des hommes clés de l’affaire Kadhafi/Sarkozy. Ecroué en Tunisie depuis neuf mois, l’ancien premier ministre libyen Baghdadi Ali al-Mahmoudi, qui a reconnu avoir lui-même « supervisé » le financement occulte de Nicolas Sarkozy par la Libye en 2007, se retrouve aujourd’hui au centre d’un marchandage d’Etat. Menacé cette semaine d’une extradition rapide vers la Libye par le ministre tunisien de la justice, l’ex-chef du gouvernement libyen a fait l’objet de « pressions »pour livrer les secrets bancaires de l’ancien régime, selon l’un de ses avocats à Paris, Me Marcel Ceccaldi.
    Alors qu’avocats tunisiens et français s’étaient disputé il y a quelques semaines le leadership de la défense de Baghdadi Ali al-Mahmoudi, ils sont désormais d’accord pour déjouer coûte que coûte le scénario d’une extradition précipitée.

    M. BaghdadiM. Baghdadi© Reuters
    Le chef des services secrets libyens, Salim El Hassi, accompagné d’un leader islamiste tunisien, a rendu visite, le 5 mai, à Paris, à Me Marcel Ceccaldi pour lui proposer une « négociation globale », incluant également le sort d’autres dignitaires en fuite, parmi lesquels Bachir Saleh, l’ancien directeur de cabinet de Mouammar Kadhafi, et Sabri Shadi, ancien dirigeant de la compagnie aérienne Afriqiyah Airways.
    « Il y a quinze jours, le chef actuel des services de renseignements libyens, Salim El Hassi, est venu me rencontrer à Paris, avec son directeur de cabinet et un membre du bureau politique d’Ennahda, Saïd Ferjani. Ils sont descendus au Georges V et je les ai invités au Fouquet’s », explique Me Ceccaldi, qui a conservé la note de restaurant et les cartes professionnelles de ses visiteurs.« Ils m’ont dit : “Ne faites pas d’actions sur le plan international”, confie Me Ceccaldi. Ils demandaient que le premier ministre livre les clés des comptes libyens à l’étranger. »
    Salim El Hassi, opposant historique à Kadhafi ayant participé dans les années 1980 à une tentative de coup d'Etat contre le dirigeant libyen, a été nommé en février dernier par le Conseil national de transition (CNT) à la tête des services secrets du pays. En déplacement à l’étranger, selon le CNT, il n’a pu être joint par Mediapart. Saïd Ferjani est de son côté un pilier du parti islamiste Ennahda, qui détient en Tunisie les portefeuilles de premier ministre et ministre de la justice.
    Contacté jeudi 24 mai par Mediapart, M. Ferjani a confirmé les« discussions officieuses » révélées par l’avocat parisien. « C’est une discussion entre la partie libyenne et Me Ceccaldi. J’ai essayé d’être une catalyse entre ces gens. Les Libyens voulaient récupérer l’argent de M. Baghdadi, qui appartient à l’Etat libyen. C’est tout à fait légitime. M. Ceccaldi a des informations sur ce sujet. Les gens qui font partie de l’ancien régime sont assez dangereux et ils ont de l’argent. Les Libyens veulent que ces gens-là cessent de causer des problèmes. C’est un problème de sécurité », assure le responsable islamiste tunisien.
     

    Confusion au sommet en Tunisie

    Me Ceccaldi assure avoir indiqué à ses interlocuteurs que le déblocage des fonds libyens ne dépendait pas du bon vouloir de l’ancien premier ministre incarcéré, mais de celui des Etats occidentaux qui en sont à l’origine. Il leur a, en revanche, demandé la libération de Baghdadi Ali al-Mahmoudi, ainsi que la levée du mandat d’arrêt visant Bachir Saleh. Selon l’avocat, le représentant du parti Ennahda, Saïd Ferjani, par ailleurs conseiller du ministère de la justice, a rendu visite dès son retour en Tunisie à l’ancien premier ministre libyen en prison.
     
    M. FerjaniM. Ferjani© Reuters
    « Oui, je l’ai vu en détention, confirme M. Ferjani. M. Baghdadi a menacé plusieurs fois de se suicider. Il a aussi essayé de s’échapper de la prison et ce n’est pas acceptable. Quant à son extradition, les Tunisiens ont eu des garanties sur les droits de l’homme en Libye. Il paraît que la situation n’est pas aussi mauvaise que certains le craignent. »
     
    De fait, quelques jours après la visite de M. Ferjani en prison, le ministre de la justice tunisien, Noureddine Bhiri, lui aussi membre d’Ennahda, annonçait l’extradition imminente de l’ancien dirigeant libyen. Il a ainsi fait savoir, le 22 mai, à l’agence Reuters, que « le gouvernement a décidé l’extradition de M. Mahmoudi et qu’il restait juste quelques formalités à effectuer ».
    Mais l’information a été contredite dès le lendemain par les porte-parole du président de la République tunisienne, Moncef Marzouki, issu du parti Congrès pour la République. La présidence reconnaît avoir en effet donné son aval pour l’extradition, mais elle assure qu’elle ne sera mise en œuvre que « sous réserve de certaines garanties ». Une façon de temporiser et de calmer l’opposition à cette extradition, dénoncée par plusieurs associations de défense des droits de l’homme compte tenu de l’instabilité institutionnelle de la Libye. 
    « L’ancien premier ministre m’a dit : “Ils ne me veulent pas en tant que personne physique mais pour les dossiers que j’ai”,explique de son côté Me Mabrouk Kourchid, avocat de l’ancien premier ministre libyen à Tunis. Il y a une volonté internationale de l’incarcérer. Nous sommes très inquiets. Nous craignons, comme des organisations des droits de l’homme l’ont souligné, qu’une fois extradé, il soit torturé, tué ou exécuté. Jusqu’à présent aucun pays n’a encore extradé d’agent de Kadhafi. »
    Le 25 octobre dernier, l’ancien premier ministre avait publiquement déclaré devant la cour d’appel de Tunis  : «Oui, en tant que premier ministre, j’ai moi-même supervisé le dossier du financement de la campagne de Sarkozy depuis Tripoli, des fonds ont été transférés en Suisse et Nicolas Sarkozy était reconnaissant pour cette aide libyenne et n’a cessé de le répéter à certains intermédiaires », selon l’un des avocat présents, Me Mehdi Bouaouaja.
    Un autre avocat présent à l’audience, Me Slim Ben Othman, a précisé à Mediapart : « Baghdadi Ali al-Mahmoudi a dit avoir remis à une délégation française envoyée par Sarkozy de l’argent, beaucoup d’argent, des millions d’euros en liasses de billets. Il a des documents comptables. On ne remet pas des millions d’euros sans aucune signature. »

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Libye – Les dernières nouvelles du front au pays des violeurs et des assassins

    Nous vous parlions de la loi scélérate anti-Kadhafi édictée par le CNT, ces victorieux par procuration de la pseudo révolution libyenne. Plus que jamais orphelin de Sarkozy, la navigation à vue se précise. Une autre loi a été promulguée, accordant l’immunité à tous ceux qui ont commis des crimes (odieux) contre les Libyens depuis le début de la guerre et au-delà. Que stipule cette loi ? Elle indique que « 

     

    Ainsi, le nouveau pouvoir qui se préserve, sauve semble-t-il les responsables de torture et des massacres qui se poursuivent. Il faut aussi noter les pillages ou encore le nettoyage ethnique. Elle fait donc suite à la loi anti-Kadhafi évoquée plus haut qui proscrit «la glorification de Mouammar Kadhafi, de son régime, de ses idées ou de ses fils” sinon, vous êtes passible d’une peine de prison. Qui dit pro-Kadhafi ou prisonnier en Libye implique une mort certaine…

     

    Face à ce désordre et la preuve encore plus forte que ces gens sont obligés de faire n’importe quoi, simplement pour qu’on parle d’eux, la résistance verte refait parler d’elle. C’est ainsi qu’aujourd’hui, il y a eu une attaque spectaculaire de la prison de Selae Tamwiniya située dans la ville de Zawiya. Plusieurs détenus se revendiquant de la Grande Jamahiriya arabe libyenne et socialiste de la tribu de Warchfana ont été libérés et ils ont été placés en lieu sûr…

     

    Des violents affrontements ont eu lieu  entre les jeunes de la ville de Gadames et des milices Touareg. De nombreuses morts sont signalées mais, nous ne pouvons, pour l’instant, confirmer cette information. Toujours est-il que, des armes lourdes ont été utilisées. Les Touareg semblent contrôler la situation.

     

    A Bani Walid, malgré leur forcing, le CNT n’a jamais repris la ville. Il y a eu quelques escarmouches, entre les renégats et des jeunes de la ville qui les ont repoussés. mais, un jeune de la ville a été tué…

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • La Libye, les bandits-révolutionnaires et l’ONU


    La Mission d’appui des Nations Unies en Libye a présenté les conclusions de son premier rapport. Pour Alexandre Mezyayev, celles-ci trahissent le fait que l’ONU, loin d’encourager la paix comme elle est supposée le faire en accord avec sa Charte, est désormais largement au service de la politique de remodelage du Grand Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Alors que la mission d’observation des bérets bleus débute en Syrie, il convient d’être particulièrement attentif à ce que l’organisation et son secrétaire général Ban ki Moon se remettent au service du droit international et non plus d’intérêts partisans.

     

    JPEG - 43.8 ko
    Lynn Pascoe (à gauche) – Secrétaire général adjoint aux affaires politiques discute avant l’assemblée du Conseil sur la situation en Libye avec les membres du Conseil de Sécurité parmi lesquels (de droite à gauche) : Susan Rice – USA, Gérard Araud – France, Peter Wittig – Allemagne, Mark Loyal Grant – Royaume-Unis (29 février 2012).

    Le Conseil de Sécurité de l’ONU a présenté  [1] pour la première fois ses conclusions sur l’activité de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) depuis la création de celle-ci en septembre de l’année dernière. À cette occasion a été présenté un compte-rendu du Secrétaire Général de l’ONU sur la situation dans le pays qui avait pour but de persuader les membres du Conseil de la nécessité de prolonger le travail de la Mission. Ce qui fut fait : le Conseil de Sécurité de l’ONU a rallongé de 12 mois le travail de la MANUL et mis à jour son mandat. D’après le nouveau mandat, la Mission reçoit pour objectif d’apporter de l’aide aux pouvoirs libyens dans la définitions des besoins nationaux et des priorités sur tout le territoire de la Libye, dans la mise en place de la respect de la loi et des Droits de l’Homme, dans la restauration de la sécurité des citoyens, dans la lutte contre la vente illégale de toutes sortes d’armes et de toutes sortes de matériels liés à l’armement (a été évoqué notamment le cas des lance-missile sol-air portables).

    Malgré les efforts du Secrétaire Général de l’ONU pour présenter l’action du nouveau pouvoir en place en Libye de la façon la plus positive possible, il a été impossible d’ignorer totalement la réalité des évènements actuels dans le pays. Le rapport de Ban Ki-moon contient des informations sur l’activité des forces militaires loyales à la Jamahiriya Arabe libyenne qui continue de s’opposer aux occupants OTAN-ONU et ses collaborateurs locaux. La résistance à lieu dans les plus grandes villes du pays : Tripoli, Bani-Walid, Kufra etc. [2] Le secrétaire général de l’ONU, essayant d’amoindrir l’aspect inquiétant de la situation, présente les coups d’éclats de l’opposition comme de simples « altercations », et ça n’est pas la seule maladresse de son rapport qui, non seulement ne permet en rien de comprendre ce qui se passe réellement, mais qui rend la situation encore un peu plus confuse.

    JPEG - 30.4 ko
    Sensé de part sa fonction être « le plus indépendant possible », Ban Ki Moon s’est illustré en qualifiant de « catastrophique » le double véto Russe et Chinois au Conseil de Sécurité et en reprenant sans vérification les données fantaisistes fournies par l’auto-proclamé Observatoire Syrien des Droits de l’Homme basé à Londres. En Libye, il fait assurer le service après guerre de l’OTAN par l’ONU et déclare que les forces de la coalition ont suivi « strictement le cadre politique et juridique donné par le Conseil de sécurité » alors que des faits de crimes de guerre sont désormais avérés.

    Ainsi, en plus du nouveau pouvoir en place en Libye et des « partisans de l’ancien régime » surgit de nulle part une troisième partie : de soi-disant « brigades révolutionnaires ». De qui sont-elles composées, quels territoires contrôlent-elles, qui se trouvent à leur tête – le rapport de Ban Ki-moon n’en dit mot. Néanmoins, à partir du rapport nous arrivons à comprendre de quoi s’occupent ces brigades : « les Brigades révolutionnaires » assurent les arrestations de personnes suspectées de complicité avec l’ancien régime, les interrogatoires dans des endroits inconnus ainsi que le contrôle des centres de détention connu. Elles pratiquent la torture et maltraitent les prisonniers, ce qui a entraîné la mort de certains d’entre eux. Ces faits ont lieu en particulier dans les villes de Tripoli, Mistrata, Zintan et Gariane. [3]

    Désormais tout est clair : le nouveau pouvoir libyen n’y est pour rien dans le désordre. Sont responsables de soi-disant « brigades » dont l’existence reste à prouver. Alors apparaît une question : si ces « brigades » s’approvisionnent en armes à Tripoli même, comment arrivent-elles à échapper au contrôle du « gouvernement » ?

    Le rapport du Représentant spécial à l’ONU Ian Martin est lui aussi assez pitoyable. Se trouvant en Libye, M Martin était invité à l’assemblée du Conseil de Sécurité justement pour éclaircir la situation sur place. Néanmoins, il a lui aussi affirmé que certaines « brigades armées » existent dans le pays, mais qui sont-elles et qui les dirige demeurent des questions sans réponses. [4]

    Le représentant de la Libye à l’ONU Abdel Rahman Shalgham a été bien plus honnête, reconnaissant qu’« il existe des territoires sur lesquels le gouvernement n’a pas réussi à avoir le contrôle  », où «  il n’y a ni police ni tribunal  » et ajoutant que, selon lui, le nouveau pouvoir ne peut porter la responsabilité des évènements se déroulants sur ces territoires. Seulement voila, pour une quelconque raison A.R. Shalgham n’a pas précisé où se trouvent ces territoires qui échappent au contrôle du « gouvernement ».

    D’après le droit international, un pouvoir en place est considéré juridiquement comme « gouvernement » s’il a le contrôle du territoire entier du pays. Ce sont les textes. En réalité, on considère de façon non-officielle que le gouvernement doit contrôler ne serait-ce que la majeur partie du pays. Ce qui n’est justement pas le cas du Conseil National de Transition. C’est pourquoi les instances internationales se trouvent obligés d’inventer des rapports proches du ridicule.

    Les dirigeants au pouvoir de la « nouvelle Libye » savent qu’ils peuvent se faire éjecter en un clin d’œil. C’est pourquoi le représentant de la Libye au Conseil de Sécurité à l’ONU a tiré la sonnette d’alarme : « Nous savons que certains anciens leaders du régime de Kadhafi préparent un renversement. Au cours de ces derniers jours ont été arrêtés des membres de groupes armés. Ils avaient mis au point un plan de sabotage ainsi que des explosions de bombes à Tripoli. Les agents de Kadhafi envoient du matériel en Libye afin d’organiser des actes de sabotage ». [5] A.R. Shalgham a déclaré avoir envoyé au Conseil de Sécurité ainsi qu’à la Cour Pénale Internationale des enregistrements téléphoniques dans lesquels l’ancien premier ministre libyen Baghdadi Mahmoudi (qui se trouve actuellement à Tunis) donne ses instructions personnelles pour la réalisation du sabotage. Une semaine après, le « premier ministre » libyen Abdel Rahim Al-Kib a pris la parole au Conseil de Sécurité en suppliant d’annuler l’embargo sur la livraison d’armes en Libye.

    Eh oui, le « gouvernement » se sent menacé ! Afin de sauver le régime actuel, le Conseil de Sécurité a annulé l’embargo sur les livraisons d’armes en Libye en accord avec le paragraphe 14 de la résolution 1973, mais le Conseil n’a pas annulé les paragraphes 9 et 10 de la résolution 1970 (contenant les modifications apportées par la résolution 2009).

    Malgré tout, le peuple continue de s’opposer au pouvoir nouvellement mis en place. Mais voila, les « démocraties occidentales », celles-là même qui se sont appropriées les ressources financières de la Libye, n’ont pas daignés répondre à la supplication de restituer les fonds. La résolution a seulement chargé le Comité des sanctions de « faire l’énumération des mesures restantes stipulées dans les résolutions 1970, 1973 et 2009 » et ce, uniquement en rapport avec la Gestion des investissements libyens et avec le portefeuille d’investissements africain de Libye. La résolution a également émis l’hypothèse que le Comité puisse annuler ces sanctions, mais seulement lorsque « le moment sera opportun ». [6]

    En ce moment même, et sous la protection de la Mission de l’ONU et de son chef Ian Martin, se déroule le transfert vers la Libye de brigands de « l’opposition » syrienne par les forces spéciales. Étant donné que ce fait a été rendu public [7], Ian Martin s’est efforcé de présenter les évènements comme s’il ne s’agissait pas de combattants mais de « réfugiés » fuyant le régime sanguinaire de Bachar Assad. N’importe qui connaissant sa géographie comprendra que pour « fuir » de la Syrie vers la Libye, il faut traverser la Jordanie ou Israël, puis ensuite le territoire égyptien. Et tout ça pour offrir à ces réfugiés le pays d’accueil « idéal » ! Ce ne sont pas des réfugiés mais coureurs de marathon ! Et à nouveau nous est donné une explication dénuée de sens. Mais personne ne se soucie de l’authenticité de ces explications. Les assemblées du Conseil de Sécurité sont devenues depuis longtemps des modèles de cynisme et d’hypocrisie, telle une scène où se répand le mensonge face au monde entier et dont le but est de faire soutenir par l’opinion publique les crimes les plus lâches et monstrueux.

    JPEG - 58.1 ko
    Après la chute de l’État libyen, les mercenaires « musulmenteurs » d’Al-Qaïda avaient été convoyés en Syrie pour tenter de reproduire la même stratégie contre le gouvernement de Damas. La résistance au régime mis en place par David Cameron, Nicolas Sarkosy et Bernard Henry Levy s’intensifiant, il est désormais nécessaire de les faire sortir du pays et de les rapatrier d’urgence en Libye. Ce flux permanent de combattants est assuré par la Mission de l’ONU de Ian Martin sous couvert « d’aide aux réfugiés ».

    Le 9 mars à Genève, lors de la session du Conseil des droits de l’homme a été présentée officiellement une enquête de la Commission internationale sur les violations des droits de l’homme en Libye. Son président Philippe Kirsch (ancien président de la Cour pénal internationale) a annoncé qu’en Libye ont été commis des crimes contre l’Humanité ainsi que des crimes de guerre. Il a ajouté qu’il était nécessaire de mener des enquêtes complémentaires sur l’action de l’OTAN en Libye ainsi que sur les circonstances le la mort de Muammar Kadhafi et de son fils Mouatassim.

    Le représentant russe au Conseil de l’ONU pour les droits de l’homme a souligné le « manque d’équilibre » du rapport de la commission internationale. Il s’agit bien sûr d’une approche diplomatique. Le fait qu’à l’issue d’actions militaires de l’OTAN en Libye beaucoup de crimes aient été commis se trouve être un fait rendu public appuyé par des documents.

    Nous pouvons rappeler par exemple les bombardements de Zliten le 9 avril 2011 qui ont conduit à la mort de plus de 80 personnes parmi lesquels 30 enfants. Ou encore les bombardements du centre de télévision de Tripoli en juin 2011. Il est étrange que le rapport de la Commission n’évoque pas ces évènements ainsi que de beaucoup d’autres (de grandes importances) pendant lesquels la population a été tuée sous les bombes de l’OTAN.

    Bien que le rapport contienne un chapitre spécial intitulé « Mort de Mouammar Kadhafi et de son fils Mouatassim », les conclusions faites par les juristes paraissent étranges. Ainsi, la Commission affirme que malgré ses demandes répétées, elle n’a jamais reçu de rapport d’autopsie mais seulement des photographies du corps qui ne permettent pas d’établir les raisons de la mort. Cela a permis à la Commission d’émettre la conclusion qu’« il est impossible de qualifier de crime de guerre la mort de Kadhafi » [8]. Les membres de la Commission – des juristes dont les noms sont connus- ont fait semblant d’être des petits nouveaux dans la jurisprudence et n’ont vu ni enregistrements vidéos de Kadhafi ni preuves de son meurtre. Le fait important qu’une fois fait prisonnier il ait été tué ne porte apparemment aucun sens juridique du point de vue de ces avocats expérimentés.

    L’étude de la situation en Libye par le Conseil de Sécurité de l’ONU en mars ainsi que les résultats de la Commission d’enquête ont montré que l’on continue de transformer la Libye en une « zone d’ombre » de la politique mondiale, une sorte de mélange à mi-chemin entre l’Irak et la Somalie, où les armes passent de mains en mains échappant à tout contrôle, où l’on peut puiser à volonté les ressources pétrolières du pays et organiser des camps d’entraînements pour les combattants des nouvelles révolutions. Mais n’oublions pas une chose : tant que les forces d’opposition de la Jamahiriya libyenne restent debout, ce plan peut encore échouer.

     

     

    Traduction
    Julia

    Source
    Strategic Culture Foundation (Russia)

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Dernières nouvelles de Libye

     ALGERIA ISP / Selon Akhbar Elmokwama Libya, à Benghazi, sur la route de l'aéroport, la voiture de la délégation de la sécurité a été brulé par des manifestants et les membres de la délégation ont été agressés.

     A Tripoli, cet après midi (2 avril), un avion militaire du Qatar a attiré à la base aérienne de Maetika. Des officiers du Qatar ont quitté l'aéroport pour séjourner à l'hôtel El Mahari.

     

     


    Suite au conflit entre les rebelles de Zouara et EL Jamile aux frontières Tunisiennes, 3800 civils libyens ont quitté la Libye à travers le poste frontalier de Raes Jdir.

     

    Des affrontements se sont déclenchés encore entre les habitants de Ragdaline et les milices de Zouara prés de l'école d'architecture à Ragdaline.

     

    Ce matin très tôt, le siège du CNT de Ajdabiya a été ciblé par une attaque avec les RPG.

     

     

     

     

     

    ALGERIA ISP / Selon Libyan Army to protect Muammar Gaddafi, cette photo représente le lieu d'emprisonnement du fils du guide Kadhafi, Seif El Islam Kadhafi dans une région à Zenten.

     

     

     

     

     

     
    Les rebelles de Zouara ont encore fermé le poste frontalier Tuniso-Libyen Rasr Eljdir suite à l'enlèvement de quelques rebelles de Zouara.

     Des affrontements se sont déclenchés entre les combattants du bataillon Sakr Elawhed de la résistance verte et les rebelles. Un des rebelles a été tué et un combattant de la résistance a té blessé grièvement par 2 balles.

     Une forte explosion secoué la région de Souk Jomoa à Tripoli.

     

     ALGERIA ISP / Selon Akhbar Elmokwama Libya,la ville de El Jamile et Ragdaline sont victimes de bombardement de l'artillerie lourde des rebelles de Zouara.

     La résistance verte demande aux tribus de Warchafna, Laejilate, Tarhouna, Sorman et Bani walid d'aider leurs frères dans les 2 villes pour arrêter ce massacre.

     A Tripoli, des avions de guerre viennent de décoller de la base militaire de Maetika et se dirigent vers l'ouest du pays.

     La région de l'ouest Libyen « El Jamile, Ragdaline, Zliten El Assa » sont le théâtre de massacres perpétués par les rebelles de Zouara, El Jabel, Sawiya , Sabrata et Misrata se vengeant d'eux suite à leurs soutiens au guide Kadhafi.

     

    A Sabha, une délégation de la croix rouge est arrivée dans la ville pour faciliter les échanges de prisonniers entre les combattants de Toubous et les rebelles.

     

     

     

     

     

    ALGERIA ISP / Des vidéos montrant le massacre commis par les rebelles de Zouara contre les population de la ville de El Jamile. Ils veulent étouffer la résistance verte.

     

    Tous ces massacres sont le fruit du complot occidental contre la Libye, en détruisant la Libyen en tuant le guide Kadhafi et sa population , prendre le pétrole et les abandonnés.

     

    ALGERIA ISP / Selon Kanat El Mchachiya, les villes suivantes : Janzour, Benghazi, Ragdaline, Zouara, Sabha, Darna brulent suite aux affrontements entre rebelles et la population.

     Des affrontements entre les combattants de la résistance et les rebelles dans la région de Souk Jomoa et Ghot Chaela à Tripoli.

     A Tripoli toujours, des avions de guerre survolent la ville à basse altitude.

     A Benghazi, un incendie s'est déclaré dans la région de Kare Younes

       ALGERIA ISP / Selon Akbar Tajamoe Lithowar Elfateh Eladim Bouslim wa Elhadaba, à Tripoli, depuis quelques heures (3 avril), une explosion a secoué le batiment Borj El Fateh et une autre explosion dans un navire au port de Tripoli.

    A Tripoli toujours, ce matin très tôt, les combattants de la résistance verte ont attaqué le siège du bataillon de Zenten, ils ont saisi toutes les armes et ils ont mis le feu dedans.

     

    Depuis 8 heures, un convoi de 30 pickups équipés d'armes lourdes , de rebelles de Zenten s'est arrêté dans la ville de Sabrata avant de poursuivre leur chemin vers la ville de Zouara.

     

    Les combattants du bataillon El Sakr Elawhed et du bataillon Mouatassem Bilah ElKadhafi de la résistance verte viennent d'envoyer un groupe de combattants pour aider la population de El Jamile et contrer les attaques des rebelles de Zouara.

     L'arrivée à la ville de El Jamile, des combattants de la résistance verte venant de Zawiya, Warchfana et Laejilate pour aider leurs frères.

     ALGERIA ISP / Selon Akbar Tajamoe Lithowar Elfateh Eladim Bouslim wa Elhadaba, à Ragdaline, la ville subit des bombardements à l'artillerie lourde par les rebelles de Zouara. Les maisons touchés, des enfants, femmes, hommes blessés ou tués.

     A Ragdaline, les civils qui protègent leur ville manquent de munitions. Les rebelles de Zouara aidés par les rebelles de Misrata sont entrain de détruire la ville.

     

     ALGERIA ISP / Selon Akhbar Kofra Hora (Pro CNT), le Cnt a nommé Abderahmane Eltaouile comme gouverneur militaire de la ville de Sabha. Il sera opérationnel dans 48 heures.

     Les 16 bataillons de rebelles de la ville livreront leurs armes et intégreront l'armée du CNT dés que le gouverneur sera à son poste.

     Un échange de prisonniers a eu lie hier entre les Toubous et les rebelles suite à la trêve entre les 2 parties.

     ALGERIA ISP / Selon Akhbar Elmokawama Libya, les rebelles de Zouara ont placé des véhicules autour de la ville de El Jamile et Ragdaline pour intercepter tous les appels téléphoniques en GSM entre les combattants de la résistance de ces 2 véhicules. (4 avril)

     



     

    Les combattants du bataillon de Thaer Sirte et le bataillon de Mazarie Elmokatila de la résistance verte ont piégé les rebelles de Misrata qui revenaient de la ville de Sabha. L'embuscade a ciblé le convoi de 5 pickups équipes d'armes lourdes, les 12 rebelles de Misrata sont tué et leurs véhicules sont brulés.

     A El Jamile, 2 hommes ont été blessé par des balles tirés par les snipers de Zouara. Ils sont transférés à l'hôpital de EL Jamile. Ceci est le viol du cessez le feu établi hier soir.

     La photo de la ville Ragdaline bombardée par les rebelles de Zouara.

     

     

    Un accident de circulation entre un char et un véhicule d'un civil. C'est la Libye du CNT

     

     

    ALGERIA ISP / Selon Kanat Mchachiya, à Zouara, de violents affrontements se sont déclarés entre les rebelles de Zouara et les membres de l'armée du CNT.

     

    Le ministre de l'intérieur a soutenu les rebelles de Zouara, des bateaux de guerre ont été envoyé pour bombarder la ville El Jamile et Ragdaline. Les rebelles de Misrata épaulent les rebelles de Zouara pour anéantir la résistance des 2 villes.

     

    ALGERIA ISP / Selon Kanat Mchachiya, les membres de l'armée du CNT qui étaient dépêchés pour sécuriser la zone de sécurisation entre la ville de Zouara et El Jamile ont été ciblés par un déluge de feu des rebelles de Zouara ce qui les a poussé à fuir la région. Les jeunes de la ville ont pris la main pour défendre leur ville.

     

     L'armée du CNT a déclaré que la ville Zouara, EL Jamile, Ragdaline sont des zones militaires fermées.

     Le décès d'une femme innocente madame Saloua Kaebar de la ville de El Jamile victime d'un bombardement des rebelles de Zouara.

       ALGERIA ISP / Des photos diffusées par Akhbar Kofra Ahrar (Pro CNT), les rebelles ont entouré la ville de Kofra de véhicules, d'engins, … pour la protéger des visiteurs verts.

     Ils pensent que cela bloquera les combattants de Toubous d'avancer chez eux.

     

     

     

     

      

     

    ALGERIA ISP / Selon Akhbar Elmokawama Libya, des affrontements entre la population de El Jamile et les rebelles de Zouara. Les membres de l'armée du CNT accusent les rebelles de Zouara qui ont violé la trêve.

     Le commandant des rebelles de Zouara Chalegam Mohamed Chalegam a été dans la ville de Zouara.

     A ce moment, la région El Makmen de la ville El Jamile subit à ce moment un violent bombardement de l'artillerie lourde des rebelles de Zouara. Plusieurs déces et blessés chez les civils de El Jamile.

    Le CNT a empêché les correspondants des chaines de télévisions El Jazeera, BBC, CNN de rentrer dans la ville de Zouara afin de les empêcher de montrer les massacres commis par les rebelles.

     

       ALGERIA ISP / Un communiqué du général major « Harb » de l'armée Libyenne verte déclarant que la résistance a défendu les villes El Jamile et Ragdaline. Il demande aux Libyens d'intégrer la résistance.

     Il a ajouté que la résistance a libéré le sud Libyen et elle va libérer l'ouest de la Libye.

    La résistance a donné des instructions à tous les résistants afin d'aider les combattants dans les villes de Ragdaline et El Jamile pour les aider à s'organiser et se défendre contre les rebelles. Les tribus aident actuellement les 2 villes.

      

    Source : Algeria isp

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Libye : Fin des affrontements dans le sud, nouveaux incident dans l’ouest

     Libye : Fin des affrontements dans le sud, nouveaux incident dans l’ouest (via http://stcom.net)

    Libye (LVO) : A peine le nouveau “gouvernement libyen” annonçant la fin des affrontements dans le sud, que de nouveaux incidents ont éclaté dans l’ouest. Le “Conseil national de transition” en Libye a annoncé la veille que trois zones à l’ouest de Tripoli ont été décrétée « …

     

     

    Résistance libyenne, Nouvelles de la guerre, 11 Avril 2012 (via http://stcom.net)

    Tripoli: Un avion de guerre Mirage à été abattu par la résistance verte. Il est tombé à Alhamronet. Un entrepôt des Rats a sauté avec ses munitions à Abu-Aisha. Dans la capitale des agents spéciaux de la CIA ont arrêté et emprisonné HAJ Abdul Hakim. La Banque Centrale de Libye est au bord…

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Déclaration du Major-général « Harb » (Armée Verte de la Jamahiriya- Armée libyenne de libération),

    Enfants de la Libye, je vous annonce une grande victoire.
    La Résistance verte a libéré et conquis les villages et les régions d’El Jamile et Ragdaline.
    Nous avons répondu à l’appel à faire notre devoir et repousser les forces de la haine qui cherchent à détruire nos forces qui résistent contre plus de 40 Pays.
    Nous ne nous rendrons jamais et ne trouverons jamais de repos avant de vous avoir débarrassés des rats et d’avoir nettoyé l’ensemble de la Libye.
    J’appelle tous les enfants de la Libye à soutenir la résistance.

    Nous annonçons que nous avons infligé de nombreuses victimes dans les rangs des ennemis de la Libye, qui ont appelé l’OTAN à les aider pour les secourir.
    Nous résistons toujours contre leur artillerie lourde, mais nos armes de la résistance pour la justice et la liberté de la Libye sont plus fortes qu’elle.
    Vous avez toutes les raisons de résister et nos principes travaillent à libérer la Libye.

    Nous avons libéré le sud et, comme nous l’avons déjà dit, cette guerre est contre tous les Arabes pour détruire notre symbole de force et de construire sur ses ruines le statut de l’amazigh.

    Mais nous répondons que vous n’êtes pas en mesure de le faire même si vous avez le soutien de 40 Pays, parce que nous avons répondu à l’appel et maintenant nous avons tous les chefs des tribus qui ont dit qu’ils sont présents avec leurs frères, luttant à leurs côtés et dirigeant les combats sur le champ de bataille.

    Maintenant je m’adresse aux dirigeants des rats:  » Vous n’êtes pas des militaires, mais juste une bande de rats qui veulent prendre le pouvoir et voler l’argent des Libyens et les massacrer. Mais je vous préviens que votre fin est proche, car vous n’êtes rien, que les germes autour de la plaie libyenne que vous avez vous-même provoqué.  Mais si Allah le veut, nous allons guérir cette plaie par notre sang et les corps de nos martyrs qui deviendront des ancres pour construire la nouvelle Grande Jamahiriya libre et démocratique « .
    Nous essayons d’imiter et de réaliser notre ancien martyre et espérons que Allah nous donnera ce martyre, afin de permettre à nos générations futures de vivre dans la liberté et qu’ils se souviennent du sol pur et sacré de la Libye.

    Chers Libyens, avec ces opérations de la Résistance vous entrez dans l’histoire de la Libye, à cause des actions que vous faites pour le compte de toutes les tribus dignes d’honneur, remercions donc particulièrement Allah pour ces tribus qui ont répondu à l’appel de la Résistance.

    Nous voyons la victoire devant nous et nous sommes très confiants de l’atteindre bientôt. De mon lieu de combat j’envoie à chacun d’entre vous mes tendres salutations avec toute la fierté du Résistant.
    Nous avons eu beaucoup de martyrs, mais ceux que nous avons sauvé et libéré sont bien et en bonne santé, Dieu merci.
    Nous voulons aussi dire à ceux qui ont vendu et ont trahi leur pays : Honte sur vous!
    Tandis que nous disons merci à tous les patriotes libyens qui n’ont pas consenti à être utilisés comme un chiffon de ces rats et les saluons avec respect due aux hommes d’honneur. Je vous amène les salutations de tous les combattants Résistants qui sont avec moi, de toutes les tribus de Libye et en particulier maintenant les régions d’El Jamile et Ragdaline.

    Si Dieu le veut, la victoire est à nous, et nul doute que nous pouvons gagner contre les rats du CNT et leurs complices.

    Allahu Akbar!
    Allah O Mouammar O Libya Wa Bas !  (Allah et Mouammar et la Libye et c’est tout)

    http://stcom.net/news/?p=8613

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Libye ? Vous vous êtes encore fait avoir ? Oui, encore !

      Les « armes de destruction massive », ça n’a pas suffi ? Le martyre de l’Irak, frappé d’abord par les médiamensonges et ensuite par les bombes, on n’en a pas tiré les leçons ? Non, on n’en a pas tiré les leçons. On sait que les Etats-Unis ont menti sur le Vietnam, l’Irak, la Yougoslavie, l’Afghanistan et Gaza, mais on croit que cette fois-ci, sur la Libye, ils disent la vérité. Etrange.

     La majorité de nos concitoyens croient encore ce que l’Otan a raconté sur la Libye. Y compris les Arabes car cette fois, Al Jazeera s’est aligné sur l’OTAN (on verra bientôt pourquoi).

     Pourtant, dans nos infos quotidiennes, tellement d’indices devraient nous pousser à la méfiance. Juste un exemple… Depuis le début, l’Otan et les médias nous racontent que les rebelles ne cessent de se progresser, qu’ils ont conquis telle et telle ville, et qu’ils seront très bientôt dans Tripoli, où Kadhafi, « isolé et détesté », va tomber rapidement.

     Ça fait cinq mois qu’on nous dit (comme toujours) que la guerre sera rapide et propre, presque joyeuse, ne vous faites pas de soucis ! Tous les quinze jours, les « rebelles » effectuent une « percée décisive ». Cette semaine, on le lit encore partout.

    Depuis cinq mois qu’ils ne cessent « d’avancer », les rebelles devraient déjà se trouver à Paris ! Mais de « succès » en « succès », ils se retrouvent à piétiner au même point et cela bien qu’ils disposent de deux avantages énormes :
    1. Les bombardements effectués par les armées les plus puissantes du monde.
    2. Des livraisons d’armes ultra-modernes par la France, le Qatar (tiens, les propriétaires d’Al Jazeera !), et d’autres pays.

     Alors pourquoi les rebelles piétinent-ils malgré tout ? Serait-ce qu’en fait ils n’ont pas le soutien massif de la population, comme on nous le prétend ?

     Si vous vous renseignez ailleurs que chez les médias pro-Otan, vous entendrez une toute autre explication sur la situation militaire. En fait, les rebelles « progressent » seulement quand l’Otan a bombardé des positions de l’armée libyenne ou des milices de défense. Alors, ils prennent vite possession des zones « libérées », se font photographier avec un drapeau, envoient un communiqué aux médias complaisants et puis se retirent rapidement car la population ne les soutient pas et ils commettent quantité de crimes pour l’intimider. Donc, un pas en avant, deux pas en arrière, tout le temps.

     

    Ça n’a rien à voir avec un soulèvement massif de toute la population contre Ben Ali ou Moubarak, et c’est pour ça que ça dure des mois.

     Et donc, ça vaudrait la peine de se pencher sur tous les autres manipulations médiatiques, qui a mené à soutenir cette guerre en ignorant la véritable situation. Ces manipulations médiatiques, nous allons les examiner dans un petit livre de poche qui sortira le 8 septembre Libye, Otan et médiamensonges(1). Afin que plus jamais vous ne deviez dire : « Ah oui, je me suis fait avoir encore une fois ».

     http://www.michelcollon.info/Libye-Vous-vous-etes-encore-fait.html

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Communiqué final du Comité International des Juristes Pour la Défense des Libyens Opprimés et Exilés.

     

      Conférence de Tunis, 10 Mars 2012 :  “Les Libyens sous l’autorité des milices et bandes armées”

      Le comité a pour principe et devoir, la défense de toute personne sur terre opprimée ou exilée.

    Le Comité constate avec regret que les Organisations Civiles et Non Gouvernementales de défense des Droits de l’Homme du monde entier, sont restées silencieuses, en contradiction flagrante avec leurs devoirs humanitaires, religieux et de bienfaisance en général, face à la souffrance que subit le peuple libyen, et ceci, sans s’inquiéter du fait qu’une écrasante majorité de ces personnes se retrouve sans moyen de subsistance, de nourriture, de soin médicaux, de logement et autres et sont harcelées par des bandes  et des milices armées qui procèdent chaque jour, depuis des mois, à des crimes de guerre et de Droit commun, allant des arrestations arbitraires jour et nuit, des pillages, des assassinats, des kidnappings, des viols, des tortures, jusqu’aux destructions des maisons…

    Conscient de l’importance d’attirer l’attention de l’opinion publique internationale sur ces agissements criminels, les membres de ce comité ont décidé d’organiser cette conférence juridique, humanitaire et d’information, avec la participation de plusieurs personnalités.

    Des juristes arabes, européens et américains, des journalistes, des écrivains, des représentants d’ONG internationales de Défense des Droits de l’Homme étaient présents. Les intervenants ont dénoncé l’illégalité de cette guerre, ainsi que le détournement des résolutions 1971 et 1973, votées par le Conseil de Sécurité des Nations-unies et ont surtout insisté sur les conséquences catastrophique engendrées. Ils ont précisé qu’un climat de terreur et de chaos a été instauré à travers tous le pays et que le Conseil de Sécurité des Nations Unies ne semble pas se soucier, le moins du monde, des suites catastrophiques de ses résolutions couvertes aujourd’hui par l’indifférence et le silence le plus total, alors qu’un tiers de la population innocente a été amené à s’exiler pour échapper à la barbarie.

    Sont intervenus :

    • Le Bâtonnier Bechir Essid, président du Comité international des juristes pour la défense des Libyens opprimés et exilés
    • Dr. Mohieddine Ben Jemaa, Juriste, Activiste international pour la défense des Droits de l’Homme, Secrétaire Général du Comité.
    • Dr. Adel Ben Hassine, Avocat, porte parole du Comité.
    • Dr. Robert Charvin,  Doyen de la Faculté de Droit de Nice, Responsable des Relations Extérieurs du Comité.
    • Son Altesse Royale, le Prince, Sixte Henry Bourbon De Parme.
    • Piazzini Simonne, Secrétaire Générale à la Sous-commission des Droits de l’Homme aux Nations-unies à Genève.
    • Edmond Jouve, Pr. Emérite de l’Université Paris Descartes, Écrivain, Président de l’Académie  Centrale Européenne des Sciences, des Arts et des Lettres.
    • Smaïn Bédrouni,  Journaliste d’Investigation, Président de l’Observatoire International de Recherche pour la Paix.
    • Ginette Hess Skandrani, Rédactrice de « lavoixdelalibye.com », Écologiste Anticolonialiste, Militante et Activiste des Droits des Peuples.
    • Dr. Ella Rule, Vice-présidente anglaise du Secrétariat International du P.C.
    • Dr.Kurtis Debauer, Juriste américain, Activiste International pour la Défense des Droits de l’Homme.
    • Joe Fallisi, Artiste Ténor, Militant et Activiste italien pour les Droits de l’Homme.

    Le Comité, a entendu plusieurs témoignages, notamment celui de Monsieur Nasser Warfalli, coordinateur des Tribus Libyennes, Monsieur Belaid Mechri, Président de l’ONG « The international Center for Protecting and helping the Libyans Abroad », sur les cas de tortures, d’emprisonnements et de viols. Lors des interventions des divers orateurs, des vidéos de ces crimes ont été projetées. Certains intervenants exilés ont montré des traces de torture dont ils ont été personnellement victimes et ont révélé que des citoyens noirs et ressortissants de l’Afrique subsaharienne ont été emprisonnés, torturés, tués, étouffés avec des drapeaux verts.

    Le coordinateur des tribus Libyennes a attiré l’attention du publique sur le fait qu’il y a actuellement près d’un millions trois cents milles libyens exilés, dont beaucoup d’handicapés, de blessés et de malades et que parmi ces réfugiés, plus de 400 000 se trouvent actuellement en Tunisie, plus de 800 000 en Égypte et une centaine de milliers en Afrique et en Europe. Il a dénoncé le fait que toute personne libyenne qui porte le prénom de Mouammar, Seif, Aicha, Khamis, Saadi ou Moutassim, n’ont pas le droit à la scolarité et d’accéder aux métiers de la fonction publique.

    Après audition de tous les orateurs, le Comité international déclare :

    1.    Sa plus vive condamnation envers tous ces crimes commis par les milices et les bandes armées contre la population civile innocente.
    2.   Exige  l’arrêt immédiate de tous ces crimes et agissements inhumains, passibles de poursuites pénales internationales auprès des tribunaux et instances juridiques compétentes.
    3.   Exige la libération immédiate et inconditionnelle des plus de 11000 prisonniers politiques détenus, dont 7000 sont toujours dans les prisons de Misurata, l’arrêt de toute persécution envers les exilés et qu’il soit permis à ces derniers d’obtenir de la nourriture, des soins médicaux, que l’accès à la scolarité pour leurs enfants leur soit garantie ainsi que le droit au logement, le renouvellement de leurs passeport et leur reconnaissance comme citoyens libyens.
    4.   Le Comité interpelle la Communauté International, les Nation-unies, la Ligue Islamique Mondiale, l’Organisation de l’Union Africaine, l’Union Européenne, la Ligue Arabe, toutes les ONG internationales et Organisations des Droits de l’Homme, d’aide aux réfugiés, la Croix et le Croissant Rouge, toute les personnes libres du monde et toute personne douée d’humanité et les appelle à apporter leur aide, selon leurs moyens et compétences, à ces personnes exilées et opprimées.
    5.   Le comité demande à tous les médias tunisiens et du monde entier de faire connaitre la vérité auprès de l’opinion publique de tous les pays et de prendre contacte avec lui pour exposer clairement la réalité du quotidien vécu par la population libyenne.
    6.   Enfin, le comité demande à toute la population libyenne, en particulier opprimée et exilée, de se faire connaitre, auprès de lui, afin d’être entendue et écoutée dans les revendications de ses Droits.

     

    Fait à Tunis, le 11 Mars 1012.

    Le Secrétaire Général
    Dr. Mohiedine Ben Jemaa

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Blogueurs et activistes des médias sociaux de la Libye Verte : contribuez à faire connaître la Conférence de Tunis

     

     

    Les médias esclaves de l’argent ne couvrent pas cette importante conférence qui a lieu le 10 Mars 2012, il vous revient donc à vous de le faire, s’il vous plaît, consultez cet article pour obtenir les instructions et les codes à incorporer

     

    Le 10 Mars 2012, à Tunis, la capitale de la Tunisie voisine, qui est sous le cadre d’un régime mis en place par le financier du nouvel ordre mondial George Soros, et donc également ne donnera pas à cet événement toute la couverture médiatique méritée, une conférence doit avoir lieu concernant la Jamahiriya libyenne .

     

    Mathaba transmettra en quasi-direct la couverture de l’événement, insha Allah, en français et en anglais. Si tous les autres membres qui seront présents à l’événement auront une connexion Internet et un ordinateur portable sur la scène, vous pouvez nous contacter en laissant un commentaire ici sur cette page en vertu du présent article, nous allons donc vous donner l’occasion d’accéder, vous aussi, aux mises à jour de la conférence, en anglais, français ou arabe.

    Pour rester informé des nouvelles importantes et des annonces en général (gratuitement) Envoie une fois par jour par courrier électronique, du service de Briefing :

    http://www.mathaba.net/go/daily

     

    Pour les partisans verts qui sont actifs dans les réseaux de médias sociaux ou qui ont des sites Web ou des blogs, et qui souhaitent afficher également une couverture en direct de l’événement, s’il vous plaît utilisez les codes ci-dessous le cas échéant.


    Stream videos at Ustream

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire
  • Mort de Kadhafi : l'ONU reste prudente

     

     

     

    Les Nations unies n'ont pas été en mesure d'établir les circonstances exactes de la mort de Mouammar Kadhafi après sa capture près de la ville de Syrte le 20 octobre dernier et ne peuvent dire s'il s'agissait d'un assassinat, selon un rapport rendu public vendredi à Genève.

    Dans ce rapport de 200 pages, la commission de l'Onu sur les crimes de guerre et les violations des droits de l'homme en Libye, mise en place en mars 2011, déclare n'avoir recueilli que des récits de seconde main et contradictoires qui ne permettent pas de déterminer avec certitude comment est mort l'ancien "Guide" libyen.

    Selon certaines sources, Kadhafi, capturé blessé mais vivant, a été tué d'une balle dans la tête par un combattant rebelle alors qu'il se trouvait dans une ambulance. "La commission est dans l'incapacité de confirmer que la mort de Mouammar Kadhafi relève d'un assassinat extra-judiciaire et elle juge nécessaire un complément d'enquête", souligne le rapport qui va être discuté ces prochaines semaines au Conseil des droits de l'homme de l'Onu.

    http://www.europe1.fr/International/Mort-de-Kadhafi-l-ONU-reste-prudente-972775/

    Lien permanent Catégories : Libye 0 commentaire